e siècle sassanide"/ >

SASSANIDES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

300 à 400. Christianisme

300 à 400. Christianisme
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Palais d'Ardashir Ier

Palais d'Ardashir Ier
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Triomphe de Shapur Ier

Triomphe de Shapur Ier
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Coupe en argent doré

Coupe en argent doré
Crédits : Bonhams, London, UK, Bridgeman Images *

photographie


Le foisonnement des idées religieuses

Mani bénéficia d'une large tolérance sous les premiers Sassanides et put tout à la fois former des disciples, consigner par écrit son enseignement et le propager dans l'empire. Il effectua même des voyages en Inde. Mais cette tolérance à son endroit cessa sous le règne des Vahrām, de Vahrām II (276-293) en particulier, qui, sur dénonciation du grand mage Kirdīr, le fit arrêter et jeter en prison, où il mourut. Kirdīr est une autre figure célèbre du iiie siècle. Il est assez bien connu aujourd'hui, grâce aux quatre inscriptions qu'il a laissées et qui retracent sa carrière prestigieuse. Il fut l'organisateur, sinon le fondateur, d'un zoroastrisme d'État, dont il devint le chef suprême, devenant, par là même, le deuxième personnage de l'empire. Il employa toute son énergie à développer le culte, à accroître le clergé, à établir partout des temples du feu. Les fouilles semblent confirmer cette dernière affirmation, car c'est de l'époque sassanide qu'on date le plus grand nombre de ces monuments, soit quarante-neuf sur les soixante-six connus à ce jour. Parmi ceux-là, une quarantaine sont des čahār tāq, petits bâtiments carrés à quatre murs ouverts sur l'extérieur et surmontés d'une coupole ; la moitié d'entre eux sont situés en Perside (Fārs).

Kirdīr ne se borna pas à promouvoir la « bonne religion des mazdéens », mais, par suite des progrès réalisés en Iran et ailleurs par les religions à Écritures, comme le judéo-christianisme et le manichéisme, il en persécuta les adeptes, comme il le dit lui-même. Il n'épargna pas non plus, semble-t-il, ceux qui, à l'intérieur du mazdéisme, ne professaient pas des doctrines orthodoxes, tels peut-être les maguséens, qui s'étaient laissé séduire par l'astrologie chaldéenne, ou les Zervanites, qui croyaient en un mythe des origines foncièrement dualiste, selon lequel le dieu du temps, Zurvān, aurait engendré deux jumeaux, Ohrmazd et Ahriman, dieux du bien et du mal. Comme ce mythe est connu surtout par des sources étrangères (syriaques et arméniennes), on [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  SASSANIDES  » est également traité dans :

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 325 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « L'empire kushana »  : […] Au moment même où les Parthes essayaient de consolider leur pouvoir dans la vallée de l'Indus, la Bactriane était envahie et occupée par une nouvelle vague de nomades, les Kushana, qui faisaient partie de la confédération des Yue-Tche, tribus habitant les régions situées au nord de la Chine. Les historiens ne sont pas d'accord sur l'origine ethnique des Yue-Tche. Certains les considèrent comme éta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afghanistan/#i_15227

ARDACHIR Ier (mort en 241) roi des Perses (224-241)

  • Écrit par 
  • Philippe OUANNÈS
  •  • 401 mots
  •  • 2 médias

Petit-fils de Sāsān, ancêtre éponyme de la dynastie sassanide qu'Ardashīr (Ardachir) contribua à fonder. Jeune encore, il obtient de son suzerain Gushihr, le commandement militaire de la ville de Darabdjird. Il étend peu à peu son pouvoir sur les villes voisines, en les assiégeant, en tuant les princes ou chefs, et en y instaurant sa propre loi. Son père tue Gushihr, prend le titre de roi et décid […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ardachir-ier/#i_15227

BAHRĀM ou VAHRĀM LES

  • Écrit par 
  • Michèle ÉPINETTE
  •  • 700 mots
  •  • 2 médias

Rois sassanides de Perse ( iii e -V e s.). Leur nom, Bahrām ou Vahrām, est dérivé du pehlevi varahran et de l'avestique verethraghna . Bahrām I er (273-276) était le second fils de Šāhpūr I er et le frère de Hormazd I […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bahram-vahram/#i_15227

FIRDOUSI (940 env.-env. 1020)

  • Écrit par 
  • Charles-Henri de FOUCHÉCOUR
  •  • 2 167 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le mythe littéraire et l'histoire »  : […] Le Shāhnāmè noue trois cycles épiques en un récit continu : celui des rois d'Iran, celui des princes du Sistān à leur service et celui des ancêtres légendaires de la grande famille iranienne des Qāren. « Expliquer comment on en est là » : tel est le dessein du récit ; « là », c'est l'Iran sassanide et zoroastrien, son espace, sa place parmi les nations, la légitimité de ses r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/firdousi/#i_15227

FRONTALITÉ LOI DE

  • Écrit par 
  • Roland MARTIN
  •  • 211 mots

Principe de composition très discuté, car sa définition même soulève des difficultés et son application est très variée ; on en trouve la marque dans les périodes primitives de l'art (art celte et art grec archaïque) comme dans les formes évoluées et même sophistiquées (art parthe et art byzantin). La frontalité consiste à traiter les personnages isolés ou appartenant à un ensemble (relief) dans u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/loi-de-frontalite/#i_15227

INDIEN HISTOIRE DE L'OCÉAN

  • Écrit par 
  • André BOURDE, 
  • Jean-Louis MIÈGE
  •  • 14 249 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Une seconde Méditerranée »  : […] La première route, celle de l'or et des aromates, partant de la mer Rouge, contournait la corne de l'Afrique, longeait la côte d'Azanie, parvenait au terminus des îles (Pemba et Zanzibar) au-delà desquelles « l'océan inexploré s'enfonce vers l'ouest ». La deuxième route, vers l'Inde, passe le détroit de Bab el-Mandeb, longe l'Arabie Heureuse (région d' Aden) et, à partir de là, se divise en deux b […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-de-l-ocean-indien/#i_15227

ISLAM (Histoire) - De Mahomet à la fin de l'Empire ottoman

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 10 444 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'expansion hors d'Arabie »  : […] Si, au lendemain même de la mort de Muḥammad, des sécessions se produisirent parmi les tribus bédouines, mal assimilées à la communauté, rapidement, Abou Bakr, successeur du Prophète, a refait l'unité de l'Arabie et affirmé la suprématie de l'islam : ce fut à la fois une guerre de conquête et une entreprise religieuse, qui devait en quelque sorte servir de répétition à des actions plus ambitieuse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-histoire-de-mahomet-a-la-fin-de-l-empire-ottoman/#i_15227

MANICHÉISME

  • Écrit par 
  • Henri-Charles PUECH
  •  • 15 291 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les origines : la vie de Mani »  : […] Le manichéisme tire son nom de celui de son fondateur, Mani, ou Manès, ou aussi Manikhaios, Manichaeus, c'est-à-dire, originellement et en syriaque, Manī ḥayyā , « Mani le Vivant ». Mani est né le 14 avril 216 (8 nisan 527 de l'ère séleucide) en Babylonie, dans un lieu proche de Séleucie-Ctésiphon : d'où l'épithète arabe d' al-Bābilīyu (« le Babylonien  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manicheisme/#i_15227

NAHAVAND BATAILLE DE (642)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 213 mots

Bataille d'Iran qui opposa les Arabes aux Sassanides et marqua un tournant majeur de l'histoire iranienne. Elle se termina par une défaite désastreuse pour l'armée sassanide et ouvrit la porte à la conquête arabe, entraînant l'islamisation de l'Iran. À Navahand, une armée de quelque trente mille hommes, placée sous le commandement de Numan, attaqua les troupes sassanides, qui auraient compté cent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bataille-de-nahavand/#i_15227

NARSÈS (mort en 302) roi sassanide de Perse (293-302)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 280 mots

Menacé au nord par les peuples germains, l'Empire romain à la fin du iii e  siècle doit aussi surveiller ses frontières de l'est qui bordent l'empire sassanide expansionniste et ambitieux, dont le roi Narsès, connu pour sa violence, vient de prendre la tête en 293. L'Empire romain a déjà essuyé de nombreux revers dans cette partie du monde et l'em […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/narses-mort-en-302-roi-sassanide-de-perse-293-302/#i_15227

NESTORIANISME

  • Écrit par 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 1 276 mots

Dans le chapitre « L'Église de Perse sous les Sassanides (224-632) »  : […] Les premières preuves d'un christianisme organisé en Perse datent de l'avènement des Sassanides. Mais les chrétiens n'y obtinrent jamais l'appui de l'État : Sapor II (340-379) les persécuta d'autant plus violemment qu'il les soupçonnait de sympathies pour l'Empire romain où leur situation était devenue privilégiée. Ils durent constamment témoigner de leur loyalisme à la Perse, contre Byzance. La d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nestorianisme/#i_15227

OSROÈNE

  • Écrit par 
  • Valentin NIKIPROWETZKY
  •  • 648 mots

Nom que porte dans l'Antiquité un royaume situé dans le nord-ouest de la Mésopotamie, dans la région d'Édesse (Urfa ou Osroé). Bornée sur trois côtés par le Habbour et l'Euphrate, avec les monts Masios pour limite septentrionale, l'Osroène était l'ancien Bît-Adini, royaume fondé au début du x e  siècle avant l'ère chrétienne par les Araméens et qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/osroene/#i_15227

PERSE - Histoire

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD, 
  • Philippe GIGNOUX
  •  • 8 041 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les fondateurs du iiie siècle »  : […] L'opinion communément admise d'une réaction sassanide à l'hellénisme et d'une tentative de restauration de l'âge d'or achéménide est à réviser quelque peu. L'usage du grec sous Shābuhr I er (241-272), qui fit graver en cette langue (à côté du parthe et du pehlevi) le mémorial de ses victoires sur les Romains et de ses fondations religieuses en faveur de la famille royale, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perse-histoire/#i_15227

SHĀHPŪR Ier ou SAPOR Ier roi sassanide de Perse (241-272)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 341 mots

Roi sassanide de Perse (241-272), mort en 272. Shahpur I er monte sur le trône de Perse en 241, à la mort de son père, Ardachir I er . Poursuivant la guerre que celui-ci menait contre Rome, il conquiert Nisibin (auj. Nusaybin, en Turquie) et Carrhae (Harran, Turquie) et pénètre en Syrie. Vaincu à Resaina (auj. en Turquie) en 243, il parvient néan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/shahpur-ier-sapor-ier/#i_15227

SHĀHPŪR II ou SAPOR II, roi sassanide de Perse (309/10-379)

  • Écrit par 
  • Philippe OUANNÈS
  •  • 448 mots
  •  • 1 média

Neuvième souverain sassanide, fils posthume de Hurmizd II, Shāhpūr II naquit roi, d'où la longueur de son règne. Héritier d'un royaume aux structures peu cohérentes et menacé de tous côtés, il doit, pour en maintenir l'intégrité, se livrer à des luttes constantes . Son règne est marqué par l'adoption du zoroastrisme « orthodoxe », utilisé comme moyen d'unification, mais il est aussi une longue sui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/shahpur-ii-sapor-ii/#i_15227

Voir aussi

Pour citer l’article

Philippe GIGNOUX, « SASSANIDES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sassanides/