FIRDOUSI (940 env.-env. 1020)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Le Livre des rois, poème perse

Le Livre des rois, poème perse
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Miniature moghole, feuille du Shah-name

Miniature moghole, feuille du Shah-name
Crédits : Bridgeman Images

photographie


Le grand poète épique de la littérature persane est un de ces hommes qui viennent bien à leur temps. Du fond des âges, par oral, par écrit, la culture iranienne avait amassé quantité de matériaux divers, tels les mythes de l'Iran païen, l'histoire du monde vue par Zoroastre, les gestes princières des Scythes ou des Parthes, des chroniques, des romans et des ouvrages didactiques. Des compilations en avaient été faites jusqu'aux premiers siècles de l'Islam. Firdousi a recentré ces matériaux sur quelques idées essentielles à la culture iranienne ; il l'a fait à une époque où la montée des Turcs à l'intérieur de l'empire musulman allait profondément remodeler la culture en Iran. Presque un siècle avant que n'apparaissent en France les premières chansons de geste, Firdousi a fixé dans une immense fresque toute cette culture, telle qu'elle était comprise de son temps. Sa langue n'a pas avec le persan contemporain la distance qu'il peut y avoir par exemple entre le roman et la langue française d'aujourd'hui ; son grand poème a marqué profondément la littérature persane et il continue d'être accessible à tous, dans le texte ou dans les récits des conteurs populaires.

Une vie difficile sur une terre aimée

Ce que l'on sait de Firdousi est dans son œuvre, Le Livre des rois (Shāhnāmè). Ce poème « de 60 000 distiques », selon sa propre expression, est le travail de sa vie. D'une famille de propriétaires terriens établie dans le district de Ṭūs (Khurāsān), il faisait partie de cette classe aisée que le passage du pays à l'Islam avait peu ébranlée ; elle assurait à sa façon, et pour un moment encore, la continuité culturelle avec l'Iran pré-islamique. Firdousi (ou Firdūsī, Ferdowsi, Firdawsī) est le nom de poète qu'il s'est lui-même donné. Il naquit vers 940 ; il avait trente-huit ans, a-t-il écrit, quand Maḥmūd affirma son autorité militaire, en 977. Il acheva la première rédaction de son livre à l'âge de soixante et onze ans, en 1010 et, de son propre aveu, mit la dernière main [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  FIRDOUSI (940 env.-env. 1020)  » est également traité dans :

DAQĪQĪ ABŪ MANṢŪR MUḤAMMAD IBN AḤMAD (mort en 976/81)

  • Écrit par 
  • Michèle ÉPINETTE
  •  • 232 mots

Panégyriste des princes samanides, Abū Mansūr Muḥammad ibn-Aḥmād Daqīqī est l'un des plus grands poètes du xe siècle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abu-mansur-muhammad-ibn-ahmad-daqiqi/#i_8440

Voir aussi

Pour citer l’article

Charles-Henri de FOUCHÉCOUR, « FIRDOUSI (940 env.-env. 1020) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/firdousi/