SANŪSIYYA ou SENOUSSIYA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fondée en 1837 par Muḥammad ibn ‘Alī as-Sanūsī (1787-1859), la confrérie musulmane de la Sanūsiyya (ordre des Senousis ou Senousites) s'implanta d'abord en Cyrénaïque, par où s'explique son rôle dans l'histoire politique de la Libye, pour étendre ensuite son influence jusqu'en Afrique centrale. À la mort de son fondateur, le mouvement fut dirigé par le fils de ce dernier, Muḥammad al-Mahdī, et eut pour centre, pendant près de quarante ans (1859-1895), Jaghbūb, d'où il rayonna par l'intermédiaire de nombreuses zāwiya : 45 en Cyrénaïque, 31 en Égypte, 27 dans le Ḥidjaz, 18 en Tripolitaine, 15 dans le Fezzān, 6 à Kofrā, 14 au Soudan. Il en vint à inquiéter à la fois le sultan ottoman ‘Abd al-Ḥamīd (qui essaiera ensuite d'annexer le mouvement senousite) et les puissances occidentales, si bien que al-Mahdī transféra le zāwiya mère à Kofrā (1895) puis à Gouro (1898) et enfin à Kanem, où un affrontement avec les troupes françaises entraîna la défaite des senousites (1902) et l'arrêt de leur expansion. Après la mort de al-Mahdī (1902), le nouveau chef de la confrérie, Aḥmad ash-Sharīf, organisa la résistance, dans le Sud, contre la pénétration française (Gouro, Oudai, Tibesti, Borkou), puis, dans le Nord contre l'invasion italienne (1911). Condamné à l'exil en 1918, ash-Sharīf (mort en 1933) fut remplacé par le petit-fils d'as-Sanūsī, Muḥammad Idrīs al-Mahdī, qui fut écrasé en 1931 par les Italiens, avant de devenir roi de Libye, lorsque fut proclamée en 1951 l'indépendance du pays. Il fut renversé en 1969 par la junte que conduisait le colonel Kadhafi.

Idris Ier de Libye, 1952

Idris Ier de Libye, 1952

Photographie

Chef de la confrérie sénoussie, Mohamed Idris as-Sanoussi devient roi de Libye en décembre 1950. Le 1er septembre 1969, il est chassé du pouvoir par le coup d'État militaire du colonel Kadhafi. 

Crédits : Getty

Afficher

Comme dans tous les ordres ou confréries islamiques, la zāwiya joue son rôle essentiel dans la structure de la Sanūsiyya ; mais elle devient, pour cette dernière, le centre d'un pouvoir théocratique qui gouverne les collectivités locales ainsi que les tribus avoisinantes et gère leur vie économique et sociale. Les zāwiya senousites, dont la plus petite comptait [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages



Écrit par :

Classification


Autres références

«  SANUSIYYA ou SENOUSSIYA  » est également traité dans :

AFRIQUE (Histoire) - Les décolonisations

  • Écrit par 
  • Marc MICHEL
  •  • 12 312 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Le sort des colonies italiennes et la naissance de la Libye »  : […] Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les anciennes colonies italiennes, Érythrée, Somalie, restaient sous administration provisoire britannique. La question de leur avenir fut une des premières questions abordées par l'O.N.U. La solution de la tutelle internationale était logique mais se heurtait à toutes sortes de difficultés. En Érythrée et en Somalie italienne, le problème était, à l'ori […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-histoire-les-decolonisations/#i_32612

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Religions

  • Écrit par 
  • Marc PIAULT
  •  • 9 611 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Autour du lac Tchad et sur la côte orientale (Xe-XIXe s.) »  : […] De l'autre côté du continent, l'islam s'est infiltré par la route des caravanes transsahariennes qui joignaient Tripoli au lac Tchad en passant par le Fezzan. Au xi e  siècle, un souverain du Kanem (nord-est du Tchad) se convertit. Au xiv e  siècle, ses successeurs sont chassés et fondent, au sud- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-noire-culture-et-societe-religions/#i_32612

CONFRÉRIES MUSULMANES

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON
  •  • 1 563 mots

Dans le chapitre « Rôle historique des confréries musulmanes »  : […] Bien qu'une minorité seulement de musulmans se soient affiliés aux confréries, celles-ci n'en ont pas moins joué un rôle historique de premier plan. Elles ont fourni des missionnaires pour la conversion des populations conquises et développé un mysticisme populaire qui a facilité l'adhésion des masses. Elles ont souvent animé la résistance aux envahisseurs chrétiens et dirigé quelques reconquêtes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/confreries-musulmanes/#i_32612

IDRĪS Ier, MUḤAMMAD IDRĪS AL-MAHDĪ AL-SANŪSĪ (1890-1983) roi de Libye (1951-1969)

  • Écrit par 
  • Taoufik MONASTIRI
  •  • 1 416 mots
  •  • 1 média

Roi de Libye (1950-1969). Mohamed Idris as- Sanoussi est né le 13 mars 1890 à El-Jaghboub dans le nord-est du désert libyen, non loin de la frontière égyptienne. Oasis perdue entre sebkhats et dunes, El-Jaghboub était le siège de la « Zaouiya mère » de la confrérie sanoussiya. Idris est le fils aîné de Mohamed el-Mahdi as-Sanoussi et le petit-fils du prestigieux fondateur de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/muhammad-idris-al-mahdi-al-sanusi-idris-ier/#i_32612

LIBYE

  • Écrit par 
  • Nora LAFI, 
  • Olivier PLIEZ, 
  • Pierre ROSSI
  •  • 11 695 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Élaboration de la nation libyenne »  : […] Ni les Libykoï Logoï d'Hérodote ni l' Histoire naturelle de Pline l'Ancien, pas plus que les études plus récentes, ne fournissent de renseignements ethnologiques sur les Libyens, tant furent nombreux les brassages de races, de religions et de coutumes, tant s'y succédèrent de conquérants. Devenue maîtresse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/libye/#i_32612

MONACHISME

  • Écrit par 
  • André BAREAU, 
  • Guy BUGAULT, 
  • Jacques DUBOIS, 
  • Henry DUMÉRY, 
  • Louis GARDET, 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 12 548 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les confréries (ṭuruq) »  : […] À partir des xii e et xiii e  siècles, aux cercles ou compagnies spontanés des débuts succédèrent des confréries constituées, les ṭuruq (singulier ṭarīqa ). Le terme, on l'a vu, signifie d'abord route, voie. Il en vint à désigner une organisation de vie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monachisme/#i_32612

SANŪSĪ MUḤAMMAD IBN ‘ALĪ AS- (1787-1859)

  • Écrit par 
  • Khalifa SOUA
  •  • 724 mots

Fondateur du mouvement politico-religieux qui porte son nom, as-Sanūsī (Muḥammad ibn ‘Alī as-Sanūsī al-Khaṭṭābī al-Idrīsī al-Ḥasanī) naquit à al-Wāsiṭa, près de Mostaganem (Algérie), dans une famille qui disait descendre de ‘Alī ibn Abī Ṭālib, cousin et gendre du Prophète. Pourvu d'une formation religieuse déjà poussée et devenu adepte de la confrérie ad-Darqāwiyya, il partit en 1803 environ pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/muhammad-ibn-ali-as-sanusi/#i_32612

TCHAD

  • Écrit par 
  • Marielle DEBOS, 
  • Jean-Pierre MAGNANT, 
  • Roland POURTIER
  • , Universalis
  •  • 9 759 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'époque précoloniale »  : […] L'histoire, mal connue, du bassin tchadien est celle de l'adaptation des hommes à l'aridification de la région. Au début, des cultures de chasseurs paléolithiques s'épanouissent et laissent de nombreuses œuvres pariétales. Cette tradition rupestre se maintient chez les pasteurs néolithiques et s'éteint après l'introduction du dromadaire, vers 400 après J.-C. Dans le bassin tchadien, des céramiques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tchad/#i_32612

Pour citer l’article

Khalifa SOUA, « SANŪSIYYA ou SENOUSSIYA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sanusiyya-senoussiya/