SCHEIDT SAMUEL (1587-1654)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une œuvre musicale entre tradition et modernité

L'œuvre de Scheidt – environ sept cents numéros connus – comprend deux tiers de chorals et un tiers d'œuvres liturgiques, ou encore environ 50 p. 100 de musique vocale et 50 p. 100 de musique instrumentale. Plus de cent madrigaux sont perdus.

Sa production assure la synthèse entre les œuvres de musiciens de l'Allemagne du Nord, la science du contrepoint et de la variation codifiée par les musiciens francoflamands et néerlandais – que lui avait enseignée Sweelinck à Amsterdam – et le nouveau style concertant venu d'Italie, développé – entre autres – par Michael Praetorius, mettant l'accent sur l'exégèse du texte religieux, l'emploi des instruments concertants, des madrigalismes et du chant orné. Les Concerti sacri I, avec basse continue – un ensemble instrumental à huit voix dans un style différent pour les ensembles de solistes (concertino) et le chœur (ripieno) – et avec instruments obligés recherchant l'opposition entre les cordes et les vents et la différenciation des coloris, illustrent la transition de la technique du motet vers le style concertant.

Scheidt s'est imposé dans l'histoire de la musique allemande, à côté de Schütz et de Schein, en tant que créateur de la variation pour orgue à partir de thèmes de chorals luthériens (par exemple, avec les chorals de la deuxième partie de sa Tabulatura nova, traités en bicinium, en tricinium, en imitation, avec des combinaisons de thèmes).

Il respecte la tradition dans la technique de la variation à la manière de Sweelinck et avec toute la rigueur polyphonique requise. Il exploite la modernité en empruntant au ricercare italien la construction contrapuntique avec plusieurs thèmes, les formes canoniques, les principes de l'augmentation ou de la diminution, et le style concertant. Son œuvre appartient au patrimoine musical allemand et luthérien.

Il n'a exercé ses activités d'organiste, de maître de chapelle et de compositeur pour ainsi dire qu'à Halle. Ses compositions restent dans le sillage de Sweelinck ; il est d'abord conservateur en [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-Sorbonne, professeur à l'Institut catholique de Paris, docteur ès lettres et sciences humaines

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Edith WEBER, « SCHEIDT SAMUEL - (1587-1654) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/samuel-scheidt/