SCHEIDT SAMUEL (1587-1654)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le « director musices »

En 1628, alors que la guerre de Trente Ans (1618-1648) bat son plein, Scheidt, directeur de la musique municipale, réforme la Stadtpfeiferei (fifres municipaux), achète du matériel – partitions et instruments –, réorganise la pratique musicale au Gymnasium et introduit le nouveau style concertant dans la musique d'Église à la Marienkirche (église Sainte-Marie), dont il occupe le poste, créé pour lui, de director musices. Il réunit des textes pour ses Geistliche Konzerten (concerts spirituels), avec instruments obligés, mais leur parution sera retardée à cause de la guerre, la ville, occupée par les Suédois, étant en ruines. Ces « concerts » paraîtront à Halle en quatre parties, sous les titres suivants : Newe geistliche Konzerten, prima pars (à deux et à trois voix), en 1631 ; Geistliche Konzerten Ander Theil, en 1634 ; Dritter Theil, en 1635 ; Vierter Theil, en 1640. Ses « concerts » reposent sur des textes bibliques et comprennent cent cinq pièces vocales, de deux à six voix, avec basse continue et soutien instrumental facultatif.

En 1644, vers la fin de l'interminable guerre, les cultes luthériens reprennent à la cour, et la Hofkapelle (la chapelle) recommence à travailler avec des effectifs réduits ; mais l'administrateur August s'intéresse davantage à l'opéra qu'à la production de Scheidt, qui lui dédie cependant ses LXX Symphonien auff Concerten manir, dans lesquelles il utilise, pour ses soixante-dix préludes en style concertant, les sept tonalités en usage. Il compose encore, en 1650, un volume de cent chorals pour orgue à quatre voix, intitulé Görlitzer Tabulaturbuch ; ces chorals sont destinés à la pratique alternée (Alternatim Praxis) : selon l'usage de l'époque, les chorals sont joués à l'orgue alternant avec le chant de l'assemblée (il ne s'agit donc pas d'un accompagnement). Samuel Scheidt meurt à Halle le 24 mars 1654.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-Sorbonne, professeur à l'Institut catholique de Paris, docteur ès lettres et sciences humaines

Classification


Autres références

«  SCHEIDT SAMUEL (1587-1654)  » est également traité dans :

SCHEIN JOHANN HERMANN (1586-1630)

  • Écrit par 
  • Edith WEBER
  •  • 1 699 mots

Dans le chapitre « Le cantor à Saint-Thomas de Leipzig »  : […] Le 19 août 1616, Schein succède à Sethus Calvisius (mort le 24 novembre 1615) au poste très envié de cantor de l'église Saint-Thomas de Leipzig, pour laquelle Calvisius avait composé des hymnes et des chorals (pour les services religieux et pour ses élèves). Schein réussit la synthèse entre l'héritage luthérien de la Réforme et de l'humanisme, et entre les idées de la Renaissance et l'esthétique m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-hermann-schein/#i_94943

Pour citer l’article

Edith WEBER, « SCHEIDT SAMUEL - (1587-1654) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/samuel-scheidt/