SCHEIN JOHANN HERMANN (1586-1630)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À la fois cantor, poète, compositeur, maître de chapelle, latiniste et pédagogue, Johann Hermann Schein fut le deuxième des « trois S » de la musique allemande au xviie siècle, à côté de Heinrich Schütz (1585-1672) et de Samuel Scheidt (1587-1654). Malgré sa mort précoce à l'âge de quarante-quatre ans, au milieu des affres de la guerre de Trente Ans (1618-1648), et bien avant celle des deux autres musiciens de cette triade, il exerça une influence considérable sur la musique allemande par son œuvre vocale profane et par sa musique religieuse, dans laquelle il traite le choral luthérien avec une certaine liberté. Son œuvre se situe dans le cadre de la Prima et de la Secunda Pratica ; elle est à la fois proche du style allemand et de l'esthétique italienne.

Les années de formation

Johann Hermann Schein naît à Grünhain (près d'Annaberg, en Saxe), en 1586 ; il est le fils d'un pasteur luthérien. Ce dernier meurt en 1593 ; sa veuve s'installe à Dresde avec ses cinq enfants en 1599. Johann Hermann Schein a treize ans ; il est enfant de chœur (Kantoreiknabe), et chante sous la direction de Rogier Michael (1554 env.-1619), dont il sera aussi l'élève. Il a pour précepteur Andreas Petermann, qui lui enseigne la musica theoretica et practica. En 1603, une bourse du prince Christian II lui permet de s'inscrire à l'université de Leipzig, pour des études de droit ; mais il est aussi admis à l'école de Pforta, où il bénéficie d'une formation humaniste et musicale, du 18 mai 1603 au 26 avril 1607. L'année suivante, il étudie le droit et les artes liberales à Leipzig. Dès 1609, il publie sa première œuvre, Venus-Kräntzlein. En 1613, il est précepteur et Hausmusikdirector (directeur de la musique) au château de Weissenfels, chez Gottfried von Wolffersdorff. À partir du 21 mai 1615, il est maître de chapelle à la cour du duc Johann Ernst (Le Jeune), à Weimar.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-Sorbonne, professeur à l'Institut catholique de Paris, docteur ès lettres et sciences humaines

Classification


Autres références

«  SCHEIN JOHANN HERMANN (1586-1630)  » est également traité dans :

SCHEIDT SAMUEL (1587-1654)

  • Écrit par 
  • Edith WEBER
  •  • 1 442 mots

Dans le chapitre « Une œuvre musicale entre tradition et modernité »  : […] L'œuvre de Scheidt – environ sept cents numéros connus – comprend deux tiers de chorals et un tiers d'œuvres liturgiques, ou encore environ 50 p. 100 de musique vocale et 50 p. 100 de musique instrumentale. Plus de cent madrigaux sont perdus. Sa production assure la synthèse entre les œuvres de musiciens de l'Allemagne du Nord, la science du contrepoint et de la variation codifiée par les musicien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/samuel-scheidt/#i_94990

Voir aussi

Pour citer l’article

Edith WEBER, « SCHEIN JOHANN HERMANN - (1586-1630) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-hermann-schein/