SALONS, histoire de l'art

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'Académie et ses procès

« Crispée dans le respect et la défense de la tradition, méprisant tout ce qui ne répondait pas aux canons de la grande peinture, l'Académie a laissé progresser en dehors d'elle un réseau commercial animé par les marchands et un moyen d'information, la critique d'art » (Raymonde Moulin). L'analyse est juste, mais le phénomène, patent depuis l'entrée en scène des impressionnistes, ne doit pas faire oublier que les Salons ont connu pendant près d'un siècle, approximativement de 1750 à 1850, et surtout de la Restauration à la Troisième République, un véritable âge d'or. L'importance des Salons, qui cristallisent l'intérêt de l'opinion et attirent le public (500 000 entrées en 1876, 50 000 visiteurs certains dimanches), est difficile à imaginer. Certes le jeu des récompenses, mentions, médailles, décorations qui marquent tout au cours des Salons une carrière réussie, explique la place que les artistes lui accordent. Le tableau du Salon est la grande affaire, à lire Balzac et Zola, de la vie du peintre – et son meilleur revenu. « Il y a dans Paris à peine quinze amateurs capables d'aimer un peintre sans le Salon. Il y en a quatre-vingt mille qui n'achèteront même pas un nez si un peintre n'est pas au Salon. Voilà pourquoi j'envoie tous les ans deux portraits, si peu que ce soit. Mon envoi est tout commercial », écrit Renoir en 1881. Que l'artiste soit ou non accepté, que son tableau soit bien ou mal placé, et il connaît succès ou oubli.

Jeune Femme à la voilette, A. Renoir

Jeune Femme à la voilette, A. Renoir

Photographie

Auguste Renoir, «Jeune Femme à la voilette», vers 1870. Huile sur toile, 61 cm × 51 cm. Musée d'Orsay, Paris. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Portrait de madame Monet, A. Renoir

Portrait de madame Monet, A. Renoir

Photographie

Auguste Renoir, «Portrait de madame Monet», 1874. Huile sur toile, 53 cm × 71,7 cm. Museu Calouste Gulbenkian, Lisbonne. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

On comprend ainsi l'attention accordée à la composition du jury qui incarne la double contrainte de l'État et de l'Académie. L'exigence de liberté s'accroît, mais l'expérience de 1848 en a montré les difficultés, et tous les efforts de libéralisation confirment paradoxalement le rôle de l'Académie : en 1852, la moitié des membres, en 1864, neuf sur douze, sont élus par les artistes, mais par les seuls médaillés, et parmi les académiciens en majorité ; en 1875, les médaillés et les prix de Rome désignent quarante-cinq artistes parmi lesquels on tire au sort les quinze membres du jury, jusqu'à la réforme de 1880 qui [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages



Médias de l’article

Jeune Femme à la voilette, A. Renoir

Jeune Femme à la voilette, A. Renoir
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Portrait de madame Monet, A. Renoir

Portrait de madame Monet, A. Renoir
Crédits : Bridgeman Images

photographie





Écrit par :

Classification


Autres références

«  SALONS, histoire de l'art  » est également traité dans :

ACADÉMIES

  • Écrit par 
  • Nathalie HEINICH
  •  • 5 955 mots

Dans le chapitre « Triomphe et déclin »  : […] Cette incontestable réussite ne fut pas éphémère, et marqua profondément toute la peinture française du xviii e siècle, époque ou l'Académie exerça quasiment un monopole non seulement sur la « grande » peinture – dont on établit les règles au cours des conférences et dans les nombreux écrits qui se mirent à paraître sur le sujet – mais également sur des genres plus marginaux, représentés notammen […] Lire la suite

ART (Aspects culturels) - Public et art

  • Écrit par 
  • Nathalie HEINICH
  •  • 6 253 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Quel public pour l'art ? »  : […] Dans l'art occidental tel que nous le connaissons, la notion de public commence avec le mécénat, autrement dit la commande d'œuvres par des instances collectives, religieuses d'abord, princières ensuite, avec le développement de la « curialisation » analysée par Norbert Elias dans La Société de cour . Dans ce contexte cultuel ou somptuaire, les œuvres avaient deux catégories de spectateurs : d'un […] Lire la suite

BAZILLE FRÉDÉRIC (1841-1870)

  • Écrit par 
  • Alain MADELEINE-PERDRILLAT
  •  • 2 468 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Une carrière d'à peine sept ans »  : […] Né en 1841 à Montpellier, dans un milieu protestant fortuné et cultivé (son père, propriétaire terrien et éleveur, fut sénateur de l'Hérault), Frédéric Bazille put très tôt découvrir chez un voisin ami de sa famille, le célèbre collectionneur Alfred Bruyas, d'importantes œuvres des plus grands maîtres français de l'époque : Corot, Delacroix, Couture, Théodore Rousseau, Courbet... et l'on peut supp […] Lire la suite

CAILLEBOTTE GUSTAVE (1848-1894)

  • Écrit par 
  • Éric DARRAGON
  •  • 2 410 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une représentation du monde bourgeois »  : […] Le refus des Raboteurs de parquets par le jury du Salon en 1875 accélère l'adhésion du peintre aux idées de Degas et du critique réaliste Edmond Duranty exprimées en 1876 dans son manifeste Une nouvelle peinture  : il s'agit de représenter l'individu dans la vérité de son environnement et de sa fonction, d'inventer des points de vue et des coupes qui impliquent une observation renouvelée. À parti […] Lire la suite

CENSURE (art)

  • Écrit par 
  • Julie VERLAINE
  •  • 2 630 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La naissance d'un art indépendant »  : […] La censure accompagne l'histoire de l'art moderne. En 1863, date symboliquement retenue pour marquer le changement d'époque, le jury du Salon de peinture et de sculpture exerce son rôle annuel de censeur avec une sévérité telle que sur les 5 000 œuvres soumises à son examen, seules 2 000 sont retenues. Or, à l'époque et depuis deux siècles, le Salon est pour un artiste le principal moyen de trouv […] Lire la suite

COURBET ET SON PUBLIC - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 551 mots

1848 Gustave Courbet (1819-1877), qui exposait au Salon depuis 1844 sans vraiment y percer, est cette année-là remarqué avec Le Violoncelliste , 1847, Stockholm Nationalmuseum. 1849 L'Après-Dînée à Ornans remporte au Salon un succès d'estime (la toile est appréciée à la fois par Ingres et par Delacroix) et est achetée pour le musée des Beaux-Arts de Lille. Courbet est médaillé (et ne devra donc […] Lire la suite

CRITIQUE ARCHITECTURALE

  • Écrit par 
  • Valérie DEVILLARD, 
  • Hélène JANNIÈRE
  •  • 5 217 mots

Dans le chapitre «  Supports et instances de la critique »  : […] Si, par comparaison avec la critique d'art dans son acception littéraire, l'on s'en tient au contraire à la définition de la critique comme description et jugement, on peut se demander si la critique architecturale est née au xix e  siècle avec le développement de la presse spécialisée. Avant le lancement de la première revue d'architecture en 1800, le Salon annuel (auquel les architectes exposent […] Lire la suite

CRITIQUE D'ART EN FRANCE AU XIXe SIÈCLE

  • Écrit par 
  • Christine PELTRE
  •  • 6 626 mots
  •  • 4 médias

La critique d'art est un « genre littéraire autonome qui a pour objet d'examiner l'art contemporain, d'en apprécier la valeur et d'influencer son cours ». Cette définition – donnée par Albert Dresdner en 1915 dans son ouvrage Die Kunstkritik et adoptée par Pierre Vaisse ( Romantisme , 1991) – permet d'isoler de la « littérature d'art » dans son ensemble un genre spécifique qui connaît dans la Fran […] Lire la suite

DEGAS EDGAR (1834-1917)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 3 813 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Réaliste ou impressionniste ? »  : […] Degas s'est engagé sans réserve dans l'aventure des expositions impressionnistes, où il vit l'occasion d'imposer sa peinture, moins « impressionniste » d'ailleurs que « naturaliste » ou « réaliste » (ce sont les deux termes qu'il employait de préférence). Il participa ainsi à l'exposition inaugurale de 1874 , et, au moment de recruter des participants, il écrivait à Tissot (qui finalement refusa)  […] Lire la suite

DELACROIX AU SALON - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 292 mots

1822 Premier envoi de Delacroix au Salon ( La Barque de Dante ). Le tableau obtient un succès d'estime et est acheté par le gouvernement. 1824 Scènes des massacres de Scio suscite des réactions contrastées. Malgré ses aspects peu académiques et novateurs, la toile est néanmoins acquise et exposée au musée du Luxembourg. 1827-1828 Ayant confirmé ses succès antérieurs avec Le Christ au Jardin d […] Lire la suite

DELÉCLUZE ÉTIENNE JEAN (1781-1863)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 751 mots

Critique d'art. Témoin lucide des événements — et des bouleversements artistiques — qui ont marqué la France de la Révolution au second Empire, Delécluze a, tout au long de sa très abondante production de critiques (plus d'un millier d'articles), manifesté une inlassable fidélité aux valeurs classiques. Ses chroniques — ou ses souvenirs édités — sont le témoignage sur la première moitié du xix e […] Lire la suite

DEVÉRIA ACHILLE (1800-1857) & EUGÈNE (1805-1865)

  • Écrit par 
  • Bernard PUIG CASTAING
  •  • 1 116 mots

Dans la préface d' Hernani , Victor Hugo définit le romantisme comme « la liberté dans l'art ». Le peintre Achille Devéria ne manqua pas de prendre part à la bataille du romantisme. Dès 1824, l'artiste fréquente le salon de l'Arsenal tenu par Charles Nodier ; il y retrouve le dimanche soir, parmi tant d'autres, ses amis Victor Hugo et Théophile Gautier qui lui consacrèrent des odes célèbres. À par […] Lire la suite

ENSEIGNEMENT DE L'ART

  • Écrit par 
  • Annie VERGER
  •  • 16 047 mots

Dans le chapitre « L'enseignement des « beaux-arts » »  : […] Garantes de la définition dominante de l'art, l'Académie royale de peinture et de sculpture (devenue l'Académie des beaux-arts en 1816), l'Académie de France à Rome et l'École de dessin appelée par la suite des beaux-arts de Paris ont subi, à chaque rupture historique, les attaques les plus violentes. La Convention les supprime ; le Directoire les rétablit ; Napoléon les transforme. Sous la Commu […] Lire la suite

EXPOSITION

  • Écrit par 
  • Nathalie HEINICH
  •  • 5 638 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'exposition et le marché »  : […] L' histoire nous apprend d'ailleurs que la fonction esthétique se dégage progressivement d'une fonction commerciale autrefois prépondérante. Ainsi, dans le cas de la peinture, la nécessité d'exposer n'est apparue qu'à partir du moment où le système traditionnel de la vente au public, dans l' atelier-échoppe ouvert sur la rue, fut sinon interdit, du moins déconseillé aux peintres qui voulaient se d […] Lire la suite

GREUZE JEAN-BAPTISTE (1725-1805)

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 2 730 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une peinture édifiante »  : […] Jean-Baptiste Greuze naquit à Tournus : son père le destinait à l'architecture. Il obtint de parfaire ses dons de dessinateur dans l'atelier du peintre lyonnais Grandon, et monta à Paris vers 1750. On y connaît mal ses débuts. Jeune provincial, inconnu et ombrageux, il ne se fixa dans aucun atelier, mais dessinait le modèle à l'Académie. Il eut la chance d'être remarqué par La Live de Jully, un ri […] Lire la suite

IMPRESSIONNISME

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU
  •  • 9 461 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Les événements de l'impressionnisme »  : […] Depuis le Salon des Refusés (1863), initiative libérale de Napoléon III, Manet est le peintre que la presse, les pouvoirs académiques et le publics ont voué à l'exécration. En quoi il succède à Courbet, lequel, non seulement se proclamait le fondateur de l'école réaliste, mais encore se faisait honnir pour ses opinions sociales. Manet est, lui aussi, un réaliste, peut-être de façon encore plus af […] Lire la suite

LANDON CHARLES-PAUL (1760-1826)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 546 mots

Peintre, critique d'art et éditeur. Élève de F.-A. Vincent et de J.-B. Regnault (dont les ateliers étaient rivaux de celui de David), Landon remporta le grand prix de Rome en 1792 et exposa au Salon jusqu'en 1812 des tableaux mythologiques et des allégories. Son style précieux, à la composition harmonieuse et au coloris frais, est empreint de la suavité aimable chère à une époque qui n'oublia jama […] Lire la suite

MANET À LA MARGE DE L'IMPRESSIONNISME - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 346 mots

1859 Après avoir étudié dans l'atelier de Thomas Couture (1850-1856), Manet (1832-1883), qui a l'habitude de faire des copies au Louvre, y rencontre Fantin-Latour (1857) puis Degas. 1861 Manet expose pour la première fois au Salon. Il cherchera toujours à participer à cette manifestation, malgré les refus du jury ou les incompréhensions des critiques. 1863 Exposition particulière à la galerie M […] Lire la suite

MANET ÉDOUARD

  • Écrit par 
  • Éric DARRAGON
  •  • 3 201 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'œuvre et la vie »  : […] On peut distinguer trois moments importants dans l'activité de Manet. D'abord celui qui consiste à prendre toute la mesure du Salon officiel. On sait que le jeune Manet était le fils d'un magistrat parisien qui aurait été davantage satisfait de le voir entrer à l'École navale que dans un atelier de peintre. Une traversée de l'Atlantique sur le Havre et Guadeloupe , qui met un terme à sa vocation d […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bruno FOUCART, « SALONS, histoire de l'art », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/salons-histoire-de-l-art/