SAINTE-LUCIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielSainte-Lucie (LC)
Chef de l'Étatla reine Élisabeth II (Royaume-Uni), représentée par le gouverneur général Neville Cenac (depuis le 12 janvier 2018)
Chef du gouvernementAllen Chastanet (depuis le 7 juin 2016)
CapitaleCastries
Langue officielleanglais
Unité monétairedollar des Caraïbes de l'Est (XCD)
Population182 500 (estim. 2021)
Superficie (km2)616

État insulaire des Caraïbes, membre du Commonwealth britannique, Sainte-Lucie, dont la population s'élevait à 178 000 habitants en 2009, est la deuxième plus grande île du Vent (Windward Islands) dans les Petites Antilles. Située à près de 40 kilomètres au sud de la Martinique et à environ 34 kilomètres au nord-est de Saint-Vincent, elle mesure 43 kilomètres de longueur pour une largeur maximale de 22,5 kilomètres, soit une superficie de 617 kilomètres carrés. La capitale, Castries, est le principal port de l'île et regroupe 40 p. 100 de la population. Forte d'une tradition démocratique bien ancrée et d'une économie aux bases solides, l'île exerce un rôle particulièrement actif au sein des organisations régionales dont elle est membre.

Sainte-Lucie : carte physique

Carte : Sainte-Lucie : carte physique

Carte physique de Sainte-Lucie. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Sainte-Lucie : drapeau

Dessin : Sainte-Lucie : drapeau

Sainte-Lucie (1979). Ce drapeau offre un aspect peu commun : au centre d'un champ bleu (l'océan), deux triangles isocèles superposés, le plus petit, jaune d'or (soleil et plages), cachant partiellement le plus grand, noir bordé de blanc (sol volcanique). Le bleu du champ a récemment été... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Géographie

D'origine volcanique, l'île est traversée du nord au sud par une chaîne centrale de montagnes (culminant au mont Gimie, 950 mètres) d'où descendent de nombreux cours d'eau irriguant des vallées fertiles. Dans le sud-ouest, se dressent le Gros et le Petit Piton (798 et 750 mètres), deux immenses pyramides rocheuses qui s'élèvent brusquement au-dessus de la mer et encadrent une petite baie. Près du Petit Piton, le cratère d'un ancien volcan abrite des sources chaudes sulfureuses dont la ville voisine de la Soufrière tire son nom. Ce site touristique présente également un grand potentiel énergétique.

Sous l'influence de l'alizé de nord-est, Sainte-Lucie connaît un climat tropical maritime. Variant, comme les températures, selon l'altitude, les précipitations annuelles s'élèvent en moyenne de 1 500 à 1 750 millimètres sur la côte à 4 000 millimètres à l'intérieur de l'île. La saison sèche dure en général de février à mai tandis que la saison des pluies s'étale de juin à septembre. La température moyenne reste stable autour de 25 0C.

Aucun descendant de la population d'origine, les Karibs, ne vit plus dans l'île. La grande majorité des habitants, noirs, côtoie une petite minorité de mulâtres et de métis. Les autres habitants sont blancs ou originaires d'Inde. Le dialecte français parlé par la majorité de la population cède peu à peu la place à l'anglais, langue officielle.

Après avoir supplanté dans les années 1960 la canne à sucre, la banane est devenue la première culture de l'île, qui produit également des noix de coco, du cacao, des agrumes et autres fruits, des épices, du manioc et des ignames. En outre, la pêche locale demeure une activité stable. Mais la production bananière, qui a chuté de 70 000 tonnes par an en 2000 à 38 000 tonnes par an en 2008, est confrontée à une concurrence internationale (Amérique latine) de plus en plus vive. En réaction, le gouvernement tente à la fois de revitaliser le secteur et d'inciter certains agriculteurs à réorienter leur activité vers la culture du cacao, de l'avocat et de la mangue.

L'économie manufacturière de Sainte-Lucie est relativement diversifiée. L'île est productrice de vêtements, de composants électriques, de cartonnages, de tabac et de boissons alcoolisées (rhum, bière) et possède un terminal de transbordement pétrolier près de Castries.

Le tourisme est une composante essentielle du développement de l'île, qui s'est dotée des infrastructures nécessaires afin d'accueillir un nombre croissant de visiteurs. Un aéroport international a été construit à Vieux-Fort, à la pointe sud de Sainte-Lucie, tandis qu'un aéroport plus modeste, à Vigie, dessert les lignes locales et régionales. Les ports de Castries et de Vieux-Fort figurent sur le parcours des lignes maritimes internationales. L'île a ainsi enregistré plus de 700 000 arrivées touristiques en 2005, dont 395 000 « croisiéristes », avec une forte présence nord-américaine. Représentant 31 p. 100 du P.I.B. en 2008, le tourisme constitue une manne amenée à croître en fonction des nombreux investissements étrangers programmés. Il n'en reste pas moins tributaire de la situation internationale, comme l'a souligné la forte baisse de fréquentation enregistrée après les attentats du 11 septembre 2001 et depuis la crise économique mondiale de 2008. Le gouvernement a également encouragé l'implantation d'un secteur bancaire offshore qui, malgré les améliorations apportées à son fonctionnement, reste sous la surveillance des pays occidentaux à travers le Groupe d'action financière sur le blanchiment de capitaux (G.A.F.I.).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Sainte-Lucie : carte physique

Sainte-Lucie : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Sainte-Lucie : drapeau

Sainte-Lucie : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  SAINTE-LUCIE  » est également traité dans :

CASTRIES

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 172 mots

Capitale et plus grande ville (66 000 habitants en 2005) de Sainte-Lucie, État insulaire des Petites Antilles, Castries se trouve sur la côte nord-ouest de l'île, à seulement 65 kilomètres au sud de Fort-de-France, en Martinique. Le nom de la ville vient du maréchal de Castries, ministre de la Marine de Louis XVI, qui s'était battu lors de la signature du traité de Versailles en 1783 pour que la […] Lire la suite

WINDWARD ISLANDS

  • Écrit par 
  • Jean-Claude GIACOTTINO
  •  • 375 mots

Îles situées entre la Guadeloupe et Tobago, les Windward, d'origine volcanique, sont très humides et menacées par les cyclones ; elles ont toutes accédé à l'indépendance après avoir été sous souveraineté britannique. Leur pauvreté alimente un fort courant d'émigration, sauf en Dominique, moins densément peuplée que les autres. La Dominique est située entre la Guadeloupe et la Martinique ; elle com […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

5 décembre 2017 Union européenne. Publication de la « liste noire » des paradis fiscaux.

Sainte-Lucie, les Samoa – indépendantes et américaines –, Trinité-et-Tobago et la Tunisie. Aucun État membre n’en fait partie – ni aucun grand centre financier offshore, selon l’avis des organisations non gouvernementales anticorruption. Huit pays des Caraïbes touchés par les ouragans de septembre figurent sur une liste dérogatoire : Anguilla, Antigua-et-Barbuda […] Lire la suite

6-7 juin 2016 Sainte-Lucie. Victoire de l'opposition aux élections législatives.

Sainte-Lucie (social-démocrate) du Premier ministre Kenny Anthony, qui obtient 44,1 p. 100 des voix et 6 élus. Le taux de participation est de 53,4 p. 100. Le 7, le chef de l’UWP, Allen Chastanet, est investi au poste de Premier ministre. […] Lire la suite

9-17 septembre 1988 Amérique. Passage meurtrier du cyclone Gilbert dans les Caraïbes et au Mexique

Sainte-Lucie puis Porto-Rico, avant de frapper, le 11, la république Dominicaine et Haïti. Entre-temps, il s'est transformé en cyclone, le plus violent jamais enregistré dans l'hémisphère Nord, avec des vents qui dépassent parfois 300 km/h. C'est ensuite la Jamaïque que le cyclone balaye les 12 et 13, provoquant des dizaines de morts et des dégâts  […] Lire la suite

14-30 octobre 1983 États-Unis – Grenade. Débarquement des forces américaines dans l'île de la Grenade

Sainte-Lucie et Saint-Vincent. Washington justifie l'opération en affirmant qu'il fallait sauver le millier de citoyens américains présents dans l'île. Les troupes sont plutôt bien accueillies par la population de l'île, scandalisée par l'assassinat de Maurice Bishop qui était très populaire. Par contre, une forte résistance est opposée par les forces […] Lire la suite

3 mai 1982 Sainte-Lucie. Victoire des conservateurs aux élections législatives

Sainte-Lucie élisent leurs dix-sept députés. Le parti conservateur (U.W.P.) de John Compton obtient 55 p. 100 des voix et quatorze sièges tandis que le parti travailliste (S.L.P.), vainqueur du dernier scrutin en juillet 1979, n'obtient que deux sièges et le parti révolutionnaire procubain un seul. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Janet D. MOMSEN, David Lawrence NIDDRIE, Richard TOLSON, « SAINTE-LUCIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sainte-lucie/