SAINT-OFFICE CONGRÉGATION DU ou CONGRÉGATION POUR LA DOCTRINE DE LA FOI

Nom donné par Pie X, lors de sa grande réforme de la curie romaine, en 1908, à un organisme central (Congregatio Sancti Officii) qui se trouve être l'héritier de la Sacrée Congrégation de l'Inquisition romaine et universelle, créée par Paul III, en 1542, pour lutter contre les progrès du protestantisme (constitution Licet ab initio), mais sans rapport direct avec l'Inquisition médiévale. Cette institution, qui s'appelle désormais Congrégation pour la doctrine de la foi, a subi une nouvelle réforme par Paul VI, qui l'avait annoncée à la veille de la clôture du IIe concile du Vatican ; au cours de celui-ci, en effet, les Pères avaient émis de vives critiques contre les méthodes suivies par le Saint-Office : ils les jugeaient trop autoritaires, voire inquisitoriales (1965). Jean-Paul II a confirmé la réforme de Paul VI.

L'institution, fondée par Paul III (peut-être pour contrebalancer l'Inquisition espagnole et pour soustraire aux évêques la répression des hérésies) et réformée par Pie X, a tenu un grand rôle dans la vie de l'Église en précisant et en défendant la doctrine et la pratique chrétiennes. L'Inquisition romaine, dont les papes successifs ont fait un usage plus ou moins rigoureux, doit à certains de ses actes de passer pour un organisme qui fut particulièrement répressif : exécution de Giordano Bruno (1600), condamnation du système de Copernic (1616), procès de Galilée (1632). La Congrégation du Saint-Office elle-même a porté de nombreuses condamnations ou interdictions, dont certaines sont demeurées célèbres (par exemple l'interdiction pour les catholiques d'entrer au Parti communiste sous peine d'excommunication).

Le secret du Saint-Office est particulièrement rigoureux, et celui qui l'enfreint est puni très sévèrement. De la nouvelle congrégation le pape n'est plus préfet ; elle est dirigée, comme les autres organismes de la curie, par un cardinal-préfet, lequel est assisté d'un secrétaire et d'un sous-secrétaire, ainsi que d'un promoteur de justice chargé [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

Classification


Autres références

«  SAINT-OFFICE CONGRÉGATION DU ou CONGRÉGATION POUR LA DOCTRINE DE LA FOI  » est également traité dans :

BENOÎT XVI JOSEPH RATZINGER (1927-    ) pape (2005-2013)

  • Écrit par 
  • Raymond WINLING
  •  • 2 140 mots

En 1977, Paul VI promeut Joseph Ratzinger archevêque de Munich-Freising et, la même année, il le crée cardinal. En 1981, Jean-Paul II le nomme préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, l'ancien Saint-Office […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-benoit-xvi/#i_48127

INDEX LIBRORUM PROHIBITORUM

  • Écrit par 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 311 mots

À la fin du xvie siècle, surtout pour contrecarrer l'avancée du protestantisme, la papauté décida d'établir la liste officielle des livres dont la lecture était en principe interdite aux fidèles, à cause des dangers qu'elle pouvait représenter pour la foi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/index-librorum-prohibitorum/#i_48127

JOURNAL D'UN THÉOLOGIEN. 1946-1956 (Y. Congar)

  • Écrit par 
  • Christian HERMANSEN
  •  • 1 044 mots

menacée », correspond au temps des premières sanctions à l'égard du théologien. Le Saint-Office interdit à la fois la réédition et la traduction de son livre paru en 1950. Toute sa production écrite est soumise à la censure préalable du général de l'ordre, le père Emmanuel Suárez. Avec « La Crise de 1954 », on suit pas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/journal-d-un-theologien-1946-1956/#i_48127

KÜNG HANS (1928-    )

  • Écrit par 
  • Raymond WINLING
  •  • 1 141 mots

la tradition de l'Église ; par ailleurs, ils faisaient état de lacunes regrettables. En 1975, une mise en garde fut adressée au théologien par la Congrégation pour la doctrine de la foi ; en 1979, la même Congrégation le sanctionna canoniquement en le privant de son droit d'enseigner. L'institut dirigé par Hans Küng fut détaché de la faculté de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-kung/#i_48127

OTTAVIANI ALFREDO (1890-1979)

  • Écrit par 
  • Émile POULAT
  •  • 852 mots

sur l'image qu'ils se faisaient de lui, associée à celle qu'ils avaient du sinistre Saint-Office où le prélat avait fait sa carrière, la Congrégation pour la doctrine de la foi, héritière de la Sainte Inquisition. Voir en lui un idéologue et un intégriste préposé au maintien de l'orthodoxie dans toute son intransigeance, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfredo-ottaviani/#i_48127

PAUL IV, GIOVANNI PIETRO CARAFA (1476-1559) pape (1555-1559)

  • Écrit par 
  • Armand DANET
  •  • 445 mots

Préféré par le conclave à l'Anglais Reginald Pole et à l'ambitieux Hippolyte d'Este, cardinal de Ferrare, Giovanni Pietro Carafa, doyen du Sacré Collège, est élu pape à soixante-dix-neuf ans, le 23 mars 1555. Napolitain austère, cet évêque de Chieti, que le pape Adrien VI a rappelé d'Espagne en 1523, est acquis à la réforme de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giovanni-pietro-paul-iv/#i_48127

Pour citer l’article

Jean PASSICOS, « SAINT-OFFICE CONGRÉGATION DU ou CONGRÉGATION POUR LA DOCTRINE DE LA FOI », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/saint-office-congregation-pour-la-doctrine-de-la-foi/