RUSSIE (Arts et culture)Le théâtre

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'année 1898 est une des grandes dates de l'histoire du théâtre européen. Elle marque la fondation du Théâtre d'art de Moscou, en réaction contre l'académisme, le vedettariat, le bas niveau du répertoire et le caractère commercial de la scène russe de l'époque. C'est sur les planches du Théâtre d'art que se produit la rencontre des deux figures fondatrices, Konstantin Stanislavski et Vsevolod Meyerhold, dont les œuvres constitueront, selon le mot de l'acteur Mikhaïl Tchekhov, les deux moitiés de l'arche puissante du théâtre russe du xxe siècle. Meyerhold construira son « théâtre de la convention consciente » contre le réalisme du Théâtre d'art qui l'a formé, après avoir tenté de l'établir en son sein, au moment de la brève existence du Théâtre-Studio, lieu expérimental animé par le maître et l'élève en 1905.

La qualité des recherches artistiques entreprises par les hommes de théâtre russes, leurs utopies et leur pratique de la pédagogie, conduisent la scène russe du début du xxe siècle, en une période où des réformes profondes se manifestent également sur les scènes européennes, à un très haut niveau. Réalisme, naturalisme, symbolisme, futurisme : les théories concernent la dramaturgie, le décor, le jeu de l'acteur. Le cinéma naissant aiguise les questionnements. L'art du metteur en scène, appuyé souvent sur une volonté de rigueur quasi scientifique, se développe très vite dans l'effervescence de la vie littéraire et artistique, la passion des débats suscités par cette prise de pouvoir.

Après les transformations brutales qu'entraînent sur le plan politique et social les événements d'octobre 1917, le décloisonnement des différents arts du spectacle se poursuit et s'accélère. C'est sur une scène profondément modifiée et devant un public nouveau que s'expriment avec force les rêves de transformation du monde et de l'homme. Productivisme et constructivisme repensent la place de l'art et tout particulièrement du théâtre dans la société. L'agit-prop invente des formes légères et mobiles au service d'un art engagé. De 1919 date le premier décret sur la nationalisation des théâtres. Désormais, cet art va occuper une place privilégiée dans la culture de la Russie soviétique et de l'U.R.S.S. (création d'un grand réseau de troupes permanentes subventionnées par l'État, développement du théâtre amateur, du théâtre pour enfants, organisation de structures de formation pour artistes et techniciens du théâtre). La chape de plomb du stalinisme et du réalisme socialiste fige, à la fin des années 1930, l'extraordinaire vitalité dont a fait preuve le théâtre soviétique, riche en spectacles d'anthologie.

À partir de 1954, à la faveur du dégel, les théâtres commencent à se libérer du carcan idéologique, et les grandes scènes de la période brejnévienne, sous la direction d'Oleg Efremov, Anatoli Efros, Iouri Lioubimov, Georgui Tovstonogov, lutteront contre la censure pour retrouver un dialogue authentique avec les maîtres de la première moitié du xxe siècle – trop rapidement disparus (Evgueni Vakhtangov), fusillés comme ennemi du peuple (Meyerhold), ou dont les recherches ont été momifiées (Stanislavski). Le théâtre est alors l'ultime conscience d'un pays où règne partout ailleurs la langue de bois. Car, même si Meyerhold a été juridiquement réhabilité en 1955, sa réhabilitation artistique ne s'effectuera que très lentement.

Après la perestroïka commence une nouvelle phase historique, caractérisée par la remise en cause des structures antérieures, l'abandon de la censure, les possibilités nouvelles d'échanges et de tournées. De nouveaux noms semblent émerger pour l'Occident : Lev Dodine, Anatoli Vassiliev, Piotr Fomenko. En réalité, ces metteurs en scène ont été formés pendant la période dite « de stagnation », et sont d'abord les héritiers de la grande école de metteurs en scène et d'acteurs dont les racines remontent au début du xxe siècle. Abandonné par un État en faillite à partir de 1991 et soumis à la concurrence des médias dont il avait été protégé jusqu'au milieu des années 1980, le théâtre de la Russie postcommuniste subit [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  RUSSIE  » est également traité dans :

RUSSIE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Myriam DÉSERT
  •  • 1 234 mots

L'hyperbole est d'usage dès qu'il s'agit de la Russie. La démesure y est montrée partout à l'œuvre, dans le territoire comme dans les passions individuelles et l'histoire collective. Au panthéon littéraire elle a légué des héros caractérisés par leurs excès, indolent Oblomov ou modèles exaltés de l'Homme révolté. Le flirt constant avec l'infini se dit jusque dans la conquête de l'espace : les Russ […] Lire la suite

RUSSIE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Pascal MARCHAND
  •  • 8 556 mots
  •  • 11 médias

En 1985, Mikhaïl Gorbatchev engageait l'U.R.S.S. dans la perestroïka, nouvelle politique qui se transforma bien vite en séisme géopolitique pour le continent européen.Après l'effondrement des démocraties populaires en 1989, l'implosion de l'U.R.S.S. en 1991 laissait la place à quinze républiqu […] Lire la suite

RUSSIE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel LESAGE, 
  • Roger PORTAL
  •  • 20 260 mots
  •  • 27 médias

L'histoire de la Russie est celle de la formation d'un vaste empire qui, du xe au xxe siècle, s'est peu à peu étendu, à partir des plaines de l'Europe orientale aux rives du Pacifique et aux montagnes d'Asie centrale. Le mot « Russie » désigne un domaine où se sont rassemblés des peuples divers, en grosse […] Lire la suite

RUSSIE (Le territoire et les hommes) - La Fédération de Russie

  • Écrit par 
  • Myriam DÉSERT
  •  • 14 323 mots
  •  • 8 médias

La Fédération russe naît en 1991 avec la disparition de l'URSS. Elle doit alors s'inventer comme État-nation, qui plus est multiethnique, tâche d'autant plus ardue que le pays a été tout au long de son histoire à la tête d'un empire et que sa population vient de subir, avec la perestroïka, un traumatisme identitaire, la sensation d'être une superpuissance déchue venant s'ajouter à la perte des rep […] Lire la suite

RUSSIE (Le territoire et les hommes) - Économie

  • Écrit par 
  • Julien VERCUEIL
  •  • 5 353 mots
  •  • 6 médias

L’histoire de l’économie russe à partir de la disparition de l’URSS en 1991 est symptomatique des enjeux de la « transition » qu’a connue toute l’Europe de l’Est à la fin du xxe siècle et au début du xxie : le passage d’un système économique de type soviétique à un système de type capitaliste. Les grandes […] Lire la suite

RUSSIE (Arts et culture) - L'art russe

  • Écrit par 
  • Michel ALPATOV, 
  • Olga MEDVEDKOVA, 
  • Cécile PICHON-BONIN, 
  • Andreï TOLSTOÏ
  •  • 18 903 mots
  •  • 22 médias

Par art russe ancien les historiens de l'art désignent la période d'activité artistique qui débute en Russie par l'adoption du christianisme, en l'an 988, et se poursuit jusqu'à la réforme de Pierre le Grand, au début du xviiie siècle, moment où l'art religieux d'inspiration byzantine est remplacé par un art profane qui participera à tous les grands c […] Lire la suite

RUSSIE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER, 
  • Marie-Christine AUTANT-MATHIEU, 
  • Hélène HENRY, 
  • Hélène MÉLAT, 
  • Georges NIVAT
  •  • 25 104 mots
  •  • 7 médias

Produit d'une société dont l'histoire est caractérisée par une suite de ruptures brutales, la littérature russe est née de la première de ces ruptures, celle qui, dans les dernières années du premier millénaire, fait de la Russie païenne évangélisée par Byzance l'un des grands États de la chrétienté médiévale. Une seconde rupture, provoquée à l'aube du xviii […] Lire la suite

RUSSIE (Arts et culture) - La musique

  • Écrit par 
  • Michel-Rostislav HOFMANN
  •  • 3 034 mots
  •  • 4 médias

« C'est le peuple qui crée la musique, et nous sommes des « arrangeurs » à son service », déclarait Glinka qui, même s'il eut quelques précurseurs, tel A. Verstovski, fut bel et bien le « père » de la musique russe, le fondateur d'une école nationale, durant la première moitié du xixe siècle. Et Glinka écrit enc […] Lire la suite

RUSSE CINÉMA

  • Écrit par 
  • Bernard EISENSCHITZ
  •  • 10 172 mots
  •  • 6 médias

Le cinéma soviétique naît officiellement du décret de nationalisation signé par Lénine le 27 août 1919. Pendant soixante-dix ans, ce cinéma va être affaire d'État, pour le meilleur et pour le pire. Pour le meilleur : par l'indifférence à peu près constante aux questions de rentabilité, qui en fait un cas unique, ouvert à de très nombreuses expérimentations. P […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Béatrice PICON-VALLIN, Nicole ZAND, « RUSSIE (Arts et culture) - Le théâtre », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-arts-et-culture-le-theatre/