RUMEUR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Rumeurs et histoire sociale de l'opinion

À ce titre, la rumeur est sans doute le plus vieux média du monde (Jean-Noël Kapferer, 1987), sinon le plus spontané pour faire connaître une nouvelle (Michel Balard et al., 1994). Mais la persistance des rumeurs dans les « sociétés de communication » démontre qu'on ne peut réduire le phénomène à une technique de transmission, le bouche-à-oreille. Pour ceux qui l'entendent et la répètent, une rumeur possède la valeur d'une révélation, c'est-à-dire d'une nouvelle inédite censée dévoiler une vérité jusque-là cachée. De la rumeur d'Orléans en 1969 (des jeunes filles enlevées dans les cabines d'essayage de boutiquiers juifs) à celle du Pentagone (aucun avion détourné par des terroristes n'aurait frappé le secrétariat américain à la Défense), les récits de rumeurs sont toujours construits sur le franchissement d'une ligne du secret, réelle ou fantasmée. Pour produire cet effet de dévoilement, les récits de rumeurs empruntent et combinent principalement quatre types narratifs classiques : la faute, la trahison, le complot et le mal dissimulé. Le principe de dévoilement confère aux rumeurs une valeur particulière d'information qui conditionne toute leur économie sociale, et notamment les formes spécifiques de leur énonciation en public : recours aux registres de la confidence, référence à une source indiscutable (l'ami d'un ami ou le nombre anonyme), marques de la clandestinité (usage du conditionnel).

Plus qu'un média rudimentaire et populaire, le phénomène des rumeurs correspond donc à la trajectoire d'une révélation non vérifiée dans la société et aux changements d'attitude qu'elle provoque. Les rumeurs de pénurie, les lynchages populaires et les paniques boursières en figurent la forme paroxystique et rappellent que les récits de rumeurs s'imprègnent des éléments culturels et des préoccupations des univers sociaux qu'ils traversent. C'est cette propriété des rumeurs qu'explore le courant dit des « rumeurs et légendes urbaines » (Renard, 1999), de loin le plus prolixe sur le phénomène depu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : docteur en science politique, maître de conférences à l'université Robert-Schuman, Strasbourg

Classification


Autres références

«  RUMEUR  » est également traité dans :

RAGOTS ET RUMEURS, anthropologie

  • Écrit par 
  • Julien BONHOMME
  •  • 1 112 mots

Loin de se réduire à un bavardage insignifiant, les ragots, potins, commérages et autres rumeurs sont des genres de discours qui jouent un rôle important dans toutes les sociétés. Max Gluckman a mis en lumière leur fonction sociale : échanger des potins réaffirme les valeurs collectives, renforce la cohésion entr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ragots-et-rumeurs-anthropologie/#i_80840

SOCIOLOGIE POLITIQUE DES RUMEURS (P. Aldrin)

  • Écrit par 
  • Philippe JUHEM
  •  • 976 mots

DansSociologie politique des rumeurs (P.U.F., Paris, 2005), Philippe Aldrin relève le défi d'analyser raisonnablement le phénomène des rumeurs, objet au premier abord impalpable et irrationnel, au contenu apparemment évanescent et mensonger, et dont ceux qui l'entendent refusent de reconnaître participer de facto à sa propagation.Les représentations ordinaires de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-politique-des-rumeurs/#i_80840

Pour citer l’article

Philippe ALDRIN, « RUMEUR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rumeur/