GLUCKMAN MAX (1911-1975)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Spécialiste sud-africain de l'anthropologie sociale, Max Gluckman est connu pour ses contributions à l'anthropologie politique et juridique, en particulier pour ses analyses des dimensions culturelles et sociales du droit et de la politique chez les peuples africains. Il envisagea notamment le rapport que les querelles et les conflits entretiennent avec l'évolution culturelle dans l'ouvrage Custom and Conflict in Africa (1955).

Né le 26 janvier 1911 à Johannesburg, Herman Max Gluckman réalise la première étude de terrain dans le Zoulouland de 1936 à 1938. Il devient ensuite anthropologue assistant au sein de l'institut Rhodes-Livingstone de Rhodésie du Nord, puis déplace son domaine d'analyse au Barotseland entre 1939 et 1941. Directeur de l'établissement de 1941 à 1947, il travaille pendant cette période sur les ethnies Ila et Tonga (1944) et sur les Lamba (1946). Maître de conférence en anthropologie sociale à l'université d'Oxford de 1947 à 1949, il est ensuite nommé professeur de cette même discipline à l'université de Manchester. Les titres des nombreux ouvrages de Gluckman témoignent de l'étendue de ses travaux ; citons notamment Rituals of Rebellion in South-East Africa (1954), Politics, Law, and Ritual in Tribal Society (1965) et The Ideas in Barotse Jurisprudence (1965). Max Gluckman dirige également la publication de The Allocation of Responsibility (1972).

—  Universalis

Classification


Autres références

«  GLUCKMAN MAX (1911-1975)  » est également traité dans :

ACCULTURATION

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 8 291 mots

Dans le chapitre « Situation actuelle du problème : la perspective sociologique »  : […] Malgré tous ces progrès, le « culturalisme » nord-américain ne pouvait satisfaire les esprits européens, et l'apport de l'Europe (l'Europe de la sociologie ou de l'anthropologie sociale tournée vers l'anthropologie culturelle) à la clarification des problèmes de l'acculturation nous paraît considérable : il ne tend à rien de moins qu'à une révision de tout le système théorique élaboré en grande p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acculturation/#i_89727

ANTHROPOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élisabeth COPET-ROUGIER, 
  • Christian GHASARIAN
  •  • 16 099 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  L'anthropologie sociale britannique »  : […] Il est nécessaire toutefois de revenir au débat entre culture et société si l'on veut comprendre la naissance de l'anthropologie sociale britannique. Celle-ci a subi l'influence de Durkheim, qui cherchait dans les faits ethnographiques autre chose que la simple description d'une société, et a d'emblée négligé les traits culturels pour s'intéresser aux relations, aux systèmes, aux fonctions. Ses f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropologie/#i_89727

ANTHROPOLOGIE URBAINE

  • Écrit par 
  • Thierry BOISSIÈRE
  •  • 4 895 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un passage fondateur par l’Afrique : des villes minières aux « Brazzavilles noires » »  : […] L’autre grande école d’anthropologie urbaine est britannique et voit le jour à la fin des années 1930 en Rhodésie du Nord (auj. Zambie), alors dominée par la Grande-Bretagne. Le Rhodes-Livingstone Institute y est fondé en 1937, avec pour mission d’étudier les changements affectant les sociétés d’Afrique australe confrontées à l’émergence rapide de villes minières et industrielles. Ces villes nouv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropologie-urbaine/#i_89727

MICRO-HISTOIRE

  • Écrit par 
  • Paul-André ROSENTAL
  •  • 1 795 mots

Dans le chapitre « L'objet et les méthodes »  : […] Au cœur de la micro-histoire repose le principe de la réduction d'objet : il consiste à appréhender un phénomène historique d'ampleur à travers un filtre, un terrain contrôlable, de taille limitée mais doté d'une grande valeur heuristique. Par l'étude de parcours de vie dans la région de Biella au xix e  siècle, Franco Ramella en 1984 écrit une hi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/micro-histoire/#i_89727

RAGOTS ET RUMEURS, anthropologie

  • Écrit par 
  • Julien BONHOMME
  •  • 1 112 mots

Loin de se réduire à un bavardage insignifiant, les ragots, potins, commérages et autres rumeurs sont des genres de discours qui jouent un rôle important dans toutes les sociétés. Max Gluckman a mis en lumière leur fonction sociale : échanger des potins réaffirme les valeurs collectives, renforce la cohésion entre les participants et exerce un contrôle social informel en dénigrant les comportemen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ragots-et-rumeurs-anthropologie/#i_89727

RITUEL

  • Écrit par 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 5 523 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'approche fonctionnaliste »  : […] Le rituel fait classiquement référence à des séquences d'actes ordonnés et prescrits, répétitifs, « expressifs et dramatiques », à des comportements standardisés qui, à première vue, ne peuvent être expliqués en termes de rationalité (de fins et de moyens) et qui semblent donc s'appuyer sur des représentations symboliques, c'est-à-dire, au sens de R. Needham, des représentations qui « tiennent lie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rituel/#i_89727

Pour citer l’article

« GLUCKMAN MAX - (1911-1975) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/max-gluckman/