JÉRUSALEM ROYAUME DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

État fondé en fait lors de la prise de Jérusalem par les croisés (15 juill. 1099) et de l'élection de Godefroi de Bouillon comme avoué du Saint-Sépulcre, et en droit par le couronnement de Baudouin Ier comme roi (25 déc. 1100). Rien n'ayant été expressément spécifié quant aux droits du pape, organisateur de la croisade, à ceux de l'empereur byzantin, à qui appartenait la Terre sainte avant la conquête arabe, et à ceux des barons croisés, qui étaient venus en Orient pour libérer les Lieux saints, mais non (en théorie) pour conquérir et coloniser, la création du royaume de Jérusalem ne fut que la conséquence de la nécessité politique et militaire de disposer d'un commandement fort et unifié sur les lieux mêmes. C'est cependant à grand-peine que les rois firent reconnaître leur autorité sur les autres principautés franques également nées de la croisade (Antioche, Tripoli, Édesse). Une exploitation systématique des crises et des difficultés de tout genre (minorités, en particulier) permit d'introduire progressivement la notion d'une souveraineté royale que légitimait surtout la protection offerte à ces principautés par les rois et leurs armées.

Les rois durent, d'autre part, lutter constamment contre les facteurs internes de désagrégation, comme le particularisme des barons, qui avaient établi en Orient un système féodal idéalisé, comme l'indépendance du clergé (les revendications du légat avaient difficilement été repoussées en 1099-1100) et comme l'insubordination constante des ordres militaires (Temple et Hôpital), qui représentaient cependant la force principale et permanente du royaume.

La constitution territoriale du royaume était donc à peine achevée par la prise des grands ports, et en dernier lieu par celle de Tyr (1123), que s'amorçait un déclin principalement dû à des crises internes qui privèrent de secours des principautés trop simplement considérées comme rivales du royaume. Le premier signe fut la perte d'Édesse en 1144. Les plus rudes coups furent portés un demi-siècle [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : membre de l'Institut, directeur général des Archives de France

Classification


Autres références

«  JÉRUSALEM ROYAUME DE  » est également traité dans :

ACRE ou AKKA, anc. SAINT-JEAN-D'ACRE

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 336 mots

Ville et port de Palestine, qui apparaît dans l'Ancien Testament sous le nom de ‘Acco et au temps des Ptolémées d'Égypte sous celui de Ptolemaïs, époque où elle connut une certaine prospérité. Conquise par les Arabes en 636, elle fut reconstruite peu après et son port réaménagé à la fin du ix e siècle. Mais c'est durant les croisades qu'elle atte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acre-akka-saint-jean-d-acre/#i_18971

AYYŪBIDES (XIIe-XIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Gaston WIET
  •  • 1 581 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Malik Kāmil (1180-1238) »  : […] Un des souverains ultérieurs de l'Égypte, Malik Kāmil, reste une belle figure. Il avait assumé le pouvoir pendant que les Francs assiégeaient Damiette, dont ils s'étaient emparés le 5 novembre 1219 ; sans doute leur situation restait précaire mais aussi les troupes musulmanes en avaient assez. C'est dans cette atmosphère de batailles sanglantes et sans issue que Malik Kāmil se prit à préférer la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ayyubides/#i_18971

BAUDOUIN Ier (1058-1118) roi de Jérusalem (1100-1118)

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 265 mots

Fils du comte Eustache de Boulogne et frère de Godefroi IV de Boulogne dit Godefroi de Bouillon, Baudouin I er prit part à la première Croisade mais abandonna les autres croisés avant le siège d'Antioche pour aller à Édesse (actuellement Orfa), au-delà de l'Euphrate, où il s'assura, par ruse et par trahison, de la succession d'un prince arménien (mars 1098). À la mort de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baudouin-ier-1058-1118-roi-de-jerusalem-1100-1118/#i_18971

BAUDOUIN II (mort en 1131) roi de Jérusalem (1118-1131)

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 219 mots

Fils du comte de Rethel, Baudouin II participa à la première Croisade dans l'entourage de son cousin, Baudouin de Boulogne, qui lui céda le comté d'Édesse lorsque lui-même devint roi de Jérusalem en 1100. Pris par les Turcs près de Harran (1104), il ne fut libéré qu'en 1108 contre le versement d'une rançon et avec l'assurance de son alliance, cette captivité mit un terme à la conquête franque en d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baudouin-ii/#i_18971

BAUDOUIN III (1131-1163) roi de Jérusalem (1143-1163)

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 225 mots

Fils du roi Foulques d'Anjou et de Mélisende (fille de Baudouin II), Baudouin III est le demi-frère de Geoffroi Plantagenêt, comte d'Anjou. Baudouin hérite, en 1143, du titre de roi de Jérusalem, mais il reste soumis jusqu'en 1152 au gouvernement de la reine Mélisende, laquelle commet l'erreur de rompre l'alliance damasquine ménagée par Foulques (1147) et réussit, malgré l'opposition des barons et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baudouin-iii/#i_18971

BAUDOUIN IV LE ROI LÉPREUX (1160-1185) roi de Jérusalem (1174-1185)

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 249 mots

Fils du roi Amaury auquel il succéda en 1174. D'abord trop jeune, puis victime de la lèpre et finalement d'une cécité quasi totale, Baudouin régna en réalité fort peu. Il tint tête à Saladin pendant trois ans, notamment à Ramla (25 nov. 1177), mais ne put empêcher ensuite une série de défaites qui mirent le royaume latin à la merci des Turcs et des Égyptiens. Son entourage eut une influence partic […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baudouin-iv/#i_18971

GUILLAUME DE TYR (1130 env.-1185)

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 220 mots

Né en Palestine, Guillaume vint en Occident faire ses études et regagna Jérusalem où il devint conseiller, puis chancelier du roi Amaury et de Baudouin IV. Archidiacre (1167), puis archevêque (1174) de Tyr. Il remplit diverses missions diplomatiques, notamment à Byzance, et prit part au concile du Latran de 1179. C'est à la fois comme conseiller du roi et comme archevêque de Tyr qu'il en vint à un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-de-tyr/#i_18971

HUGUES DE PAYNS (1070 env.-1136)

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 271 mots

Fondateur de l'ordre du Temple. Chevalier champenois, sans doute parent des comtes de Champagne, Hugues de Payns participa aux combats quotidiens en Terre sainte contre les musulmans qui ne cessaient de harceler les communications entre les forteresses et les villes où la présence franque tendait à s'éparpiller. Arrivé en Orient vers 1115, il groupait, trois ans plus tard, huit autres chevaliers p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hugues-de-payns/#i_18971

JEAN DE BRIENNE (1148-1237) empereur latin d'Orient (1231-1237)

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 286 mots

Fils d'Érard II de Brienne. D'abord destiné à la vie religieuse, puis chevalier, il participa à la Quatrième Croisade, en 1204. Désigné par Philippe Auguste pour être l'époux de Marie de Montferrat, reine de Jérusalem, il repartit pour la Terre sainte en 1210. Veuf en 1212, il assuma la régence pour sa fille, Yolande ; il se remaria avec Isabelle, fille du roi d'Arménie, puis avec Bérengère, fille […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-de-brienne/#i_18971

JÉRUSALEM

  • Écrit par 
  • Alain DIECKHOFF, 
  • Gérard NAHON
  •  • 6 847 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le Moyen Âge »  : […] Le règne de Constantin ouvre à Jérusalem une période chrétienne. Hélène, la mère de l'empereur, visite la ville en 326. Constantin y fait édifier la basilique du Saint-Sépulcre par des architectes de Constantinople, Zenobius et Eusthatius. La construction de la Jérusalem byzantine se poursuit trois siècles durant. Elle est dédicacée en 335. La ville prend un caractère chrétien : les juifs en sont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jerusalem/#i_18971

LATINS D'ORIENT ÉTATS

  • Écrit par 
  • Jean RICHARD
  •  • 3 042 mots
  •  • 2 médias

La naissance des États latins d'Orient est la conséquence de deux des croisades organisées par la papauté pour la libération des chrétiens d'Orient . Au cours de la première croisade, des éléments de l'armée des croisés s'établirent successivement à Édesse (fin 1097), à Antioche (1098), à Jérusalem (1099) et finalement devant Tripoli (1102). En 1191, lors de la troisième croisade, le débarquemen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-latins-d-orient/#i_18971

LUSIGNAN GUY DE (1129-1194) roi de Jérusalem (1186-1192)

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 323 mots

Fils cadet du comte de la Marche, Hugues le Brun, Guy de Lusignan épousa Sybille, sœur du roi Baudouin IV, mariage arrangé en 1180 par son frère Amaury de Lusignan, connétable de Jérusalem. Le roi donna son accord, espérant que Guy serait un tuteur efficace pour le jeune fils qu'avait eu Sybille de son premier mari, Guillaume de Montferrat, et à qui Baudouin IV, lépreux et sans héritier direct, al […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guy-de-lusignan/#i_18971

RAYMOND III (1140?-1187) comte de Tripoli (1152-1187)

  • Écrit par 
  • Jean RICHARD
  •  • 349 mots

Fils du comte Raymond II et d'Hodierne, fille de Baudouin II de Jérusalem, encore mineur à la mort de son père en 1152, Raymond III de Tripoli fut placé sous la tutelle du roi Baudouin III. L'empereur byzantin ayant renoncé à épouser sa sœur Mélisende, il fit ravager Chypre en 1161. Capturé par Nūr al-Dīn à Ḥarīm deux ans plus tard, il ne fut relâché contre rançon qu'en 1172 : entre-temps son comt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raymond-iii/#i_18971

SALADIN (1137-1193)

  • Écrit par 
  • Claude CAHEN
  •  • 1 568 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les débuts de la reconquête »  : […] Au xii e  siècle, ce qui restait de Syrie musulmane était aux mains de princes turcs, dont le plus important, Nūr ed-dīn (1146-1174), avait clairement défini et propagé le programme de la reconquête  : réunification politique pour se donner les moyens de la guerre sainte favorisée par la propagande rendant impopulaires les princes refusant de s'y […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saladin/#i_18971

Pour citer l’article

Jean FAVIER, « JÉRUSALEM ROYAUME DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-de-jerusalem/