Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ROME ET EMPIRE ROMAIN La République

-600 à -200. Philosophes et conquérants - crédits : Encyclopædia Universalis France

-600 à -200. Philosophes et conquérants

La République romaine a duré pendant près de cinq siècles, de 509 à 27 avant J.-C. Elle a connu tour à tour la mise en place d'institutions qui ont subsisté jusqu'au principat d'Auguste, la conquête de l'Italie, puis du bassin méditerranéen, enfin les divisions et les guerres civiles qui, affaiblissant progressivement le régime, ont abouti peu avant l'ère chrétienne à sa disparition définitive. Vaste sujet qui a tenté la plume de bien des écrivains et nourri la pensée des philosophes et des hommes politiques aux époques les plus diverses.

Si l'on cherche à définir simplement ce que représentait la République pour les Romains face au régime absolutiste auquel elle succéda, il est évident qu'il faut recourir, fondamentalement, à la notion de liberté. Avec la République, cette liberté est née, elle est morte avec elle. Le mot demande une définition claire. La libertasromaine consiste dans les droits personnels et politiques du citoyen romain, droits qui lui sont garantis par la forme républicaine du gouvernement. Libertass'oppose à regnumet à servitus. Elle est intimement liée au respect absolu des lois qui, seules, assurent son maintien. Elle doit être égale pour tous. Cette égalité n'empêche pas la République romaine de donner le plus souvent un rang éminent à quelques grandes familles que leur valeur et leur rang mettent à la tête de l'État. Le maintien de la liberté politique est assuré par l'équilibre des pouvoirs. Sénat, magistrats et peuple se partagent les prérogatives et les responsabilités. Au cours du dernier siècle de la République, la politique sera d'inspiration sénatoriale. Quand l'oligarchie gouverne, c'est grâce au prestige, la dignitas, que lui valent soit sa naissance et son rang, soit sa fortune. L'idéal cicéronien, également hostile à l'absolutisme et à la démocratie, situe au centre de l'État le Sénat aristocratique. La lutte des ambitions, au ier siècle avant J.-C., annonce la disparition de la liberté. Mais si grand est le prestige de cette notion et de ce mot qu'Auguste, après avoir rassemblé dans ses mains tous les pouvoirs, ose se proclamer libertatisvindex, le garant de la liberté. En fait, une fois l'Empire établi, les droits civils et même la vie des citoyens dépendront du bon vouloir du prince.

Les institutions

L'établissement de la République

Le récit que fait l'annalistique de l'établissement de la République est artificiel et tendancieux ; il faut en suivre le cours pour tenter de retrouver la réalité qu'il cache. Un des fils de Tarquin le Superbe s'éprend d'une matrone vertueuse, Lucrèce, femme de Tarquin Collatin. Ne pouvant réduire sa résistance, il la viole et Lucrèce se suicide. Le peuple romain se soulève sous la direction de Junius Brutus et les Tarquins doivent se résoudre à l'exil. L'assemblée du peuple, groupée par centuries, nomme les deux premiers consuls de la République, Junius Brutus et Tarquin Collatin, que remplace bientôt P. Valerius. Suivant la chronologie de Varron, ces événements décisifs eurent lieu en l'année 509 avant J.-C. Le roi de Chiusi, Porsenna, vient en aide aux tyrans expulsés et marche sur Rome. Deux épisodes héroïques, ceux d' Horatius Coclès et de P.  Mucius Scaevola, frappent l'esprit de Porsenna qui accepte de conclure la paix avec Rome. L'armée de la ville latine d'Aricie et les troupes de la ville grecque de Cumes participent à la lutte contre l'armée de Porsenna.

Toute cette tradition est romancée et destinée à exalter les vertus romaines, qui jouent un rôle décisif lors de l'expulsion des Étrusques. En fait, ce départ ne s'est pas fait d'un seul coup et semble se placer plus tard que ne le veut la tradition. L'activité religieuse, édilitaire, économique de Rome persiste, égale à[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études

Classification

Pour citer cet article

Raymond BLOCH. ROME ET EMPIRE ROMAIN - La République [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

-600 à -200. Philosophes et conquérants - crédits : Encyclopædia Universalis France

-600 à -200. Philosophes et conquérants

Institutions de la République romaine - crédits : Encyclopædia Universalis France

Institutions de la République romaine

Rome, expansion - crédits : Encyclopædia Universalis France

Rome, expansion

Autres références

  • CIVILISATION ROMAINE (notions de base)

    • Écrit par
    • 4 292 mots
    • 18 médias

    Le destin de Rome est celui d’une obscure bourgade de la péninsule italienne devenue, en l’espace de quatre siècles, une mégapole, capitale d’un immense empire s’étendant de l’Écosse à l’Arabie, des confins sahariens aux rives du Danube. Ce processus historique s’accompagna de la disparition de la ...