GRENIER ROGER (1919-2017)

Journaliste, homme de radio et écrivain français, Roger Grenier fut un incomparable témoin de notre xxe siècle littéraire. L'exergue malicieux de ses Brefs Récits pour une longue histoire (2012), emprunté à Valery Larbaud, en dit long sur la posture paradoxale de leur auteur dont l'œuvre abondante et limpide est constituée de nouvelles, de romans et d'essais : « Je préfère parler de moi à la troisième personne, c'est plus convenable. » Pour lui, la fiction était une façon courtoise de s'autoriser des mémoires et l'essai une sorte d'autoportrait collectif dont l'artiste aurait eu l'élégance de s'absenter. Roger Grenier, qui commença sa carrière comme journaliste à Combat, et qui devint régent du Collège de pataphysique, est l'écrivain des subtils paradoxes (Le Droit de se contredire, entretiens avec D. Stéphane, 2001), du réel par la fiction, de l'histoire par l'anecdote, de l'émotion dans la réserve, du sérieux dans la dérision et de la tendresse dans l'ignominie de ce monde.

Né à Caen le 19 septembre 1919, Roger Grenier a passé son enfance et son adolescence à Pau où sa mère (Andrélie, 2005) et son père étaient opticiens. Durant les vacances, le fils de commerçants « fait le laboratoire » dans le rayon photo de leur successeur (Dans le secret d'une photo, 2010), puis travaille comme projectionniste dans un cinéma de quartier racheté par ses parents, épisode transposé dans la fiction de Ciné-roman (1972). Au cours des années 1930, à Pau, on y découvre François, qui remplace le projectionniste du Magic Palace, faire l’expérience de l'amertume de la vie et de la magie consolatrice du cinéma. Plus tard, Roger Grenier écrira des scénarios, des dialogues, des adaptations pour la télévision et le cinéma (René Clément, François Leterrier, Serge Moati, Claude Chabrol, Édouard Molinaro, Marcel Camus, etc.) et sera lié au photographe Brassaï, auquel il consacrera un livre (1987). La photographie, surtout, n'aura cessé de nourrir une écriture qui refuse la pose et préfère l'instantané (Instantanés, 2007 et Instantanés II, 2014).

Roger Grenier appartient à cette génération qui connut à vingt ans la Seconde Guerre [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

  • : docteur en littérature française, professeur agrégé, écrivain, critique littéraire

Classification


Autres références

«  GRENIER ROGER (1919-2017)  » est également traité dans :

PARIS MA GRAND'VILLE (R. Grenier) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yves LECLAIR
  •  • 953 mots

Roger Grenier , journaliste, écrivain et éditeur aux éditions Gallimard, est né à Caen (Calvados), en 1919. Après une enfance et une adolescence passées à Pau, il arrive le 30 novembre 1943 à Paris , où il réside encore. Publié en 2015 aux éditions Gallimard, Paris ma grand'ville, titre qui fait allusion à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paris-ma-grand-ville/#i_56654

RINALDI ANGELO (1940-    )

  • Écrit par 
  • Véronique HOTTE
  •  • 715 mots

Ses recueils de critiques mettent au jour, par exemple, son consentement à chaque mot pesé chez Roger Grenier (Le Veilleur), éloigné de toute complaisance (Le Roman sans peine, 2012). Le chroniqueur aime Georges Bernanos, « celui dont les élans religieux ne sont pas nés du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/angelo-rinaldi/#i_56654

Pour citer l’article

Yves LECLAIR, « GRENIER ROGER - (1919-2017) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/roger-grenier/