CHARTIER ROGER (1945- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Texte et culture

Dans ses lignes de force, l'œuvre de Roger Chartier aide à s'interroger sur des notions aussi importantes que celles de texte, d'événement ou de culture. Les littéraires ont longtemps cru savoir ce qu'était un texte, appréhendé à partir de son auteur et de son sens (ou de son défaut de sens). La prise en compte de sa genèse (de ses avant-textes), de son devenir éditorial, de sa réception lui a déjà fait perdre son évidence et son unité, elle l'a démultiplié, en a déployé des virtualités insoupçonnées. L'histoire culturelle situe le texte dans des relations triangulaires où il devient inséparable, d'une part, de l'objet matériel (manuscrit ou imprimé) et de l'usage, d'autre part, de l'image et de la parole. Un texte prend un sens différent selon qu'il est copié à la main, imprimé à quelques exemplaires ou diffusé à des milliers d'exemplaires, composé dans une typographie dense ou aérée, selon qu'il est lu collectivement ou individuellement, proféré à haute voix ou dévoré silencieusement. Le texte change selon les rythmes et les régimes de lecture.

La distinction entre littératures savante et populaire est malmenée par de telles enquêtes. Certaines œuvres appartiennent aux deux cultures : données dans une version complète aux lettrés, elles sont adaptées pour un public moins averti. Les contes de Perrault sont composés par un savant pour les milieux de la Cour ; ils reprennent pourtant une matière folklorique et sont rapidement annexés par la Bibliothèque bleue, ces petits volumes brochés, diffusés dans tout le pays par les colporteurs.

Il faut ajouter que l'opposition du savant et du populaire ne se superpose pas à celle de la consommation individuelle et de la pratique collective. Certaines sociétés littéraires des Lumières instituent des échanges de lectures à haute voix ; les salons aristocratiques apprécient également la lecture de textes, soit classiques, soit récemment parus ou en cours de rédaction. Au contraire, la lecture paysanne à la veillée, qui fait partic [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur de littérature française à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  CHARTIER ROGER (1945- )  » est également traité dans :

HISTOIRE (Histoire et historiens) - L'écriture de l'histoire

  • Écrit par 
  • Christian DELACROIX
  •  • 4 391 mots

Dans le chapitre « L'écriture de l'histoire au risque du relativisme »  : […] Les aspects proprement poétiques ou stylistiques des approches textualistes ou rhétoriques ne sont que très rarement – au moins jusqu'à la fin des années 1980 – pris en compte par les historiens dans leurs pratiques d'écriture. Mais une majorité d'entre eux vont dénoncer la dimension relativiste des approches « textualistes » et « fictionnalistes » qui, selon eux, remettent en cause la visée de vé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-histoire-et-historiens-l-ecriture-de-l-histoire/#i_85309

LINGUISTIC TURN, histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand MÜLLER
  •  • 1 841 mots

Dans le chapitre «  L'histoire comme activité purement rhétorique ? »  : […] Le linguistic turn sépare radicalement texte et réalité et considère le langage comme un système fermé et autosuffisant de signes dont le sens est gouverné par leurs relations réciproques, impersonnelles et échappant au contrôle des acteurs sociaux, réduisant ainsi le monde social aux seuls principes qui commandent les discours. Dans ce remue-ménage tonitruant, les travaux d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistic-turn-histoire/#i_85309

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel DELON, « CHARTIER ROGER (1945- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/roger-chartier/