Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FOGEL ROBERT WILLIAM (1926-2013)

C'est à soixante-sept ans que Robert William Fogel, professeur à l'université de Chicago (Illinois) a reçu le prix Nobel d'économie 1993, en même temps que son compatriote Douglass Cecil North, soixante-douze ans, professeur à l'université Washington de Saint Louis (Missouri), pour avoir « renouvelé la recherche en histoire économique par l'application de la théorie économique et des méthodes quantitatives aux changements économiques et institutionnels ». Le jury de Stockholm a ainsi récompensé les deux précurseurs de la « cliométrie » (du nom de la muse de l'Histoire), cette « nouvelle histoire économique » qui a vu le jour aux États-Unis à la fin des années 1950. Jusque-là, l'analyse économique et l'histoire se développaient chacune de son côté, l'histoire adoptant une conception narrative des faits, alors que la science économique appliquait la plupart des méthodes des sciences exactes. Il en résulta quantité de divergences voire d'erreurs d'interprétation que la New Economic History s'est efforcée de corriger.

Né en 1926, de parents russes immigrés, Robert Fogel fait ses études à l'université de Columbia à New York où il commence par étudier la science statistique. Travaillant sous la direction de Simon Kuznets (Prix Nobel en 1971) qu'il reconnaît comme son maître, il obtient son doctorat à l'université Johns Hopkins, enseigne d'abord à Chicago (1960-75), puis à Harvard (1975-81) avant de revenir à l'université de Chicago pour diriger en 1981 le Centre d'économie des populations.

Robert Fogel a contribué à marier la théorie économique, la statistique et l'économétrie à la méthode historique traditionnelle. Cet apport méthodologique lui a permis de procéder à des avancées significatives dans la compréhension de trois domaines particuliers : la révolution des transports et le développement économique du xixe siècle, l'esclavage en tant que système économique et la relation entre le niveau de vie et la croissance économique moderne.

En 1964, la publication de Railroads and American Economic Growth vient malmener l'histoire « officielle » de l'Amérique en contestant l'affirmation de Rostow (The Stages of Economic Growth, 1960) selon laquelle les chemins de fer et les subventions d'État ont permis le « décollage » des États-Unis au xixe siècle. Fogel procède de manière « contrefactuelle » pour le démontrer. Cette méthode consiste à mesurer l'influence d'un facteur sur une évolution, par la différence entre cette évolution et celle, hypothétique, qui serait survenue si le facteur concerné n'avait pas existé. Dans le cas du chemin de fer, Fogel calcule de combien le P.N.B. des États-Unis de 1890 aurait différé si ce moyen de transport n'avait pas existé. Après avoir rassemblé une immense quantité de données historiques, il conclut que le trafic par chemin de fer aurait pu être remplacé par d'autres moyens de transports (les canaux par exemple) pour un gain social (addition au revenu national) plus faible d'à peine 5 p. 100. L'histoire économique du décollage des États-Unis n'aurait donc guère été différente, avec ou sans le « cheval de fer ».

L'application de la méthode contrefactuelle fondée sur des comparaisons rétrospectives entre alternatives « réelles » et « hypothétiques » allait inciter les historiens économiques à une plus grande prudence pour vérifier la pertinence de leurs hypothèses.

Au-delà de cette application, Fogel a jeté le doute sur la valeur prétendument « fondamentale » des innovations technologiques et sur les subventions d'État aux secteurs de pointe qu'elle justifie, leur préférant la répétition d'innovations de plus faible ampleur.

Le deuxième domaine de recherche de[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • HISTOIRE (Domaines et champs) - Histoire économique

    • Écrit par Michel MARGAIRAZ
    • 4 543 mots
    • 1 média
    ...données quantitatives historiques puisées dans des séries chronologiques relatives aux variables (Ralph Andreano, 1977). Les travaux pionniers sont ceux de Robert Fogel qui, dès les années 1960, publie des recherches sur le rôle des chemins de fer dans la croissance économique américaine. Il recourt à des...
  • NORTH DOUGLASS CECIL (1920-2015)

    • Écrit par Françoise PICHON-MAMÈRE
    • 1 001 mots

    Douglass Cecil North, professeur à l'université Washington de Saint Louis (Missouri) fut colauréat, avec son compatriote Robert William Fogel, du prix Nobel des sciences économiques en 1993 pour avoir « renouvelé la recherche en histoire économique par l'application de la théorie économique...

  • NOUVELLE HISTOIRE ÉCONOMIQUE

    • Écrit par Jean HEFFER
    • 2 029 mots
    ...débats historiographiques, en particulier à propos du rôle des chemins de fer et de l'esclavage américain. Au cœur de ces controverses, on trouve toujours Robert W. Fogel, professeur à Rochester, Chicago et Harvard. Dans son ouvrage Railroads and American Economic Growth publié en 1964, il démontre, en...

Voir aussi