Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PINGET ROBERT (1919-1997)

L'œuvre théâtrale

Comme Nathalie Sarraute, Robert Pinget a su transposer à la scène son univers romanesque. Lettre morte (1959) est une adaptation du Fiston, montée au Théâtre Récamier en 1960 ; Architruc (1961), un doublon de Baga, créé par Olivier Hussenot en 1962 et repris à la Comédie-Française en 1971 ; La Manivelle (1960), un épisode de Clope au dossier, créé au théâtre de Lutèce en 1962 et repris à Avignon par la Comédie-Française en 1987, en même temps qu'Abel et Bela (1972), qui est un savoureux dialogue sur l'art dramatique entre deux faiseurs de théâtre.

Deux pièces méritent une mention spéciale, parce qu'elles illustrent parfaitement ce théâtre des nouveaux romanciers et qu'elles témoignent de la solitude existentielle de l'auteur et de l'échec de l'artiste auprès de ses contemporains. L'Hypothèse a été jouée par Pierre Chabert en 1965 au théâtre de l'Odéon dans la mise en scène de Beckett. Une nouvelle version, interprétée par David Warrilow, en a été proposée par Joël Jouanneau au festival d'Avignon en 1987, en partie consacré à l'œuvre théâtrale de Pinget. C'est une conférence tragi-comique d'un auteur qui se voit peu à peu dépossédé de son texte et qui finit par l'anéantir ou par se supprimer lui-même. Autour de Mortin, pièce radiophonique à huit personnages, contemporaine de Quelqu'un, a été adaptée par Jacques Seiler en 1979 au Théâtre Essaïon et reprise avec un vif succès huit ans plus tard. Trois acteurs se partagent les divers rôles et portent sur l'écrivain disparu les jugements les plus contradictoires et les plus infamants, allant jusqu'à lui dénier la paternité de son œuvre.

Robert Pinget est également l'auteur d'un important théâtre radiophonique. Il a toujours tenu sous le boisseau sa production poétique, jamais interrompue, et ses travaux critiques (sur Max Jacob, Jules Renard, Samuel Beckett, saint Augustin...), en dehors de ses contributions aux colloques sur le Nouveau Roman (Cerisy, 1971, et New York, 1982). Installé en Touraine depuis 1964, il laisse un important fonds manuscrit, partiellement déposé à la bibliothèque municipale de Tours.

— Jean-Claude LIÉBER

— Madeleine RENOUARD

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur de littérature française contemporaine à l'université François-Rabelais, Tours (Tours)
  • : professeur à l'université de Londres, department of French, Birkbeck College (Royaume-Uni)
  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

Voir aussi