RICKETTSIES ET RICKETTSIOSES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les rickettsies, germes classés actuellement parmi les bactéries, parasitent les Insectes ou les Acariens, et provoquent chez l'homme et chez l'animal des syndromes infectieux dont le plus important est le typhus épidémique. En Europe, ces maladies, appelées rickettsioses, ont une incidence mineure ; en revanche, en Asie, en Afrique et en Amérique du Sud, elles sont très répandues. Sur le plan clinique, elles se caractérisent par une triade de symptômes : fièvre, exanthème et troubles neurologiques plus ou moins accusés, d'où leur nom de fièvres typho-exanthématiques.

Les rickettsies

Les rickettsies, sauf le genre Rochalimaea, ne se multiplient jamais en l'absence de cellules vivantes en raison de leur parasitisme obligatoire, conséquence de leur faible capacité enzymatique. Les rickettsies sont, en effet, des parasites intracellulaires de divers Arthropodes vecteurs. Chez ces derniers, la plupart des rickettsies ne produisent aucun symptôme de maladie, mais, si elles sont transmises, que ce soit par les déjections des Insectes (poux, puces) ou par la piqûre des Acariens (Trombididés ou tiques), à un second hôte (homme ou animal), les rickettsies peuvent provoquer une affection sévère.

En laboratoire, on les cultive soit dans le sac vitellin de l'œuf incubé, soit sur des cellules.

Leur dimension moyenne est de un micron. Leur constitution, très voisine de celle des bactéries, comprend : un cytoplasme, une partie centrale nucléaire visible en microscopie électronique et une paroi plurilamellaire. Leur composition chimique rappelle également celle des bactéries : acides ribonucléique et désoxyribonucléique, acides aminés, polyosides, acide muramique, lipides, etc. Les rickettsies se multiplient par scission binaire. On les colore par la fuchsine  

phéniquée ou le Giemsa. Ces propriétés distinguent nettement ces micro-organismes [...]



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : docteur en médecine, ancien chef de laboratoire à l'Institut Pasteur
  • : docteur en médecine, chef de service à l'Institut Pasteur

Classification


Autres références

«  RICKETTSIES ET RICKETTSIOSES  » est également traité dans :

PARASITOLOGIE ET MALADIES PARASITAIRES

  • Écrit par 
  • Yves GOLVAN
  • , Universalis
  •  • 8 215 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les rickettsioses »  : […] Le type des rickettsioses, dont les germes sont intermédiaires entre les bactéries et les virus, est le typhus exanthématique, maladie strictement humaine, transmise par les déjections du pou, dont les foyers couvrent les régions pauvres des zones tempérées. Une épidémie meurtrière de typhus a fait au moins trois millions de morts en Pologne et surtout en Russie immédiatement après la Grande Gue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parasitologie-et-maladies-parasitaires/#i_29898

TYPHUS

  • Écrit par 
  • Marcel CAPPONI
  •  • 449 mots

Le terme de typhus, du grec tuphos (stupeur), est assez vague et ancien. En effet, il a été appliqué pour la première fois avec exactitude à la maladie infectieuse appelée actuellement rickettsiose à pou, par Boissier de Sauvages, au xviii e siècle. Mais il a désigné longtemps plusieurs maladies pestilentielles. En médecine humaine, en dehors des rickettsioses, le terme sert encore à désigner so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/typhus/#i_29898

TYPHUS MURIN

  • Écrit par 
  • Marcel CAPPONI
  •  • 189 mots

Depuis Hermann Mooser (1891-1971), le typhus murin désigne surtout la maladie des Muridés. Or, de nombreux animaux, notamment des Rongeurs et leurs puces peuvent véhiculer la rickettsie. Il s'agit donc d'une zoonose largement répandue, principalement en Afrique. On sait depuis longtemps que de nombreux Rongeurs africains, même en dehors de Rattus rattus ou de Rattus norvegicus et de leur puce ha […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/typhus-murin/#i_29898

Voir aussi

Pour citer l’article

Marcel CAPPONI, Monique THIBON, « RICKETTSIES ET RICKETTSIOSES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rickettsies-et-rickettsioses/