RICKETTSIES ET RICKETTSIOSES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Rickettsioses de l'homme

Typhus épidémique

Répandu dans le monde entier, le typhus épidémique a été un des grands fléaux de l'humanité. Il reste toujours capable de quelques résurgences en Asie, en Europe, en Afrique et en Amérique (Amérique centrale et Amérique du Sud). Maladie infectieuse à déclaration obligatoire dont l'agent est Rickettsia prowazeki, le typhus ne provoque pas en principe de contagion directe : en effet, son vecteur est le pou, Pediculus humanus corporis, comme le démontra Charles Nicolle en 1909-1910.

Cette rickettsiose a pour principaux signes : une fièvre élevée (de 39 à 40 0C) qui suit une incubation de quatorze jours ; un exanthème maculo-pétéchial qui apparaît entre le quatrième et le septième jour, généralement au niveau des flancs, puis s'étend d'une seule poussée au reste du corps, respectant le visage, la paume des mains et la plante des pieds ; délire et état stuporeux ; râles pulmonaires discrets ; affaiblissement des bruits du cœur ; anémie et leucopénie légères. Avant la découverte des antibiotiques, un tiers des malades mouraient après quinze jours en moyenne.

Actuellement, le tableau clinique est moins grave : une fois le diagnostic posé, on administre des antibiotiques à large spectre, tels que les tétracyclines, le chloramphénicol, la spiramycine, qui agissent très rapidement. La température tombe en quarante-huit heures ; l'état général s'améliore et le malade entre en convalescence. La forme résurgente (maladie de Brill-Zinsser) peut survenir, par exemple, chez des déportés, longtemps après un premier typhus.

Le diagnostic se fait par inoculation de sang du malade au cobaye, ce qui détermine chez ce dernier une poussée fébrile caractéristique après six à quinze jours d'incubation, sans orchite. On peut aussi utiliser des techniques sérologiques (immunofluorescence) pour compléter l'investigation clinique.

La prophylaxie consiste à assurer la protection contre les poux (épouillage, désinsectisation) e [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : docteur en médecine, chef de service à l'Institut Pasteur
  • : docteur en médecine, ancien chef de laboratoire à l'Institut Pasteur

Classification


Autres références

«  RICKETTSIES ET RICKETTSIOSES  » est également traité dans :

PARASITOLOGIE ET MALADIES PARASITAIRES

  • Écrit par 
  • Yves GOLVAN
  • , Universalis
  •  • 8 215 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les rickettsioses »  : […] Le type des rickettsioses, dont les germes sont intermédiaires entre les bactéries et les virus, est le typhus exanthématique, maladie strictement humaine, transmise par les déjections du pou, dont les foyers couvrent les régions pauvres des zones tempérées. Une épidémie meurtrière de typhus a fait au moins trois millions de morts en Pologne et surtout en Russie immédiatement après la Grande Gue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parasitologie-et-maladies-parasitaires/#i_29898

TYPHUS

  • Écrit par 
  • Marcel CAPPONI
  •  • 449 mots

Le terme de typhus, du grec tuphos (stupeur), est assez vague et ancien. En effet, il a été appliqué pour la première fois avec exactitude à la maladie infectieuse appelée actuellement rickettsiose à pou, par Boissier de Sauvages, au xviii e siècle. Mais il a désigné longtemps plusieurs maladies pestilentielles. En médecine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/typhus/#i_29898

TYPHUS MURIN

  • Écrit par 
  • Marcel CAPPONI
  •  • 189 mots

Depuis Hermann Mooser (1891-1971), le typhus murin désigne surtout la maladie des Muridés. Or, de nombreux animaux, notamment des Rongeurs et leurs puces peuvent véhiculer la rickettsie. Il s'agit donc d'une zoonose largement répandue, principalement en Afrique. On sait depuis longtemps que de nombreux Rongeurs africains, même en dehors de Rattus rattus ou de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/typhus-murin/#i_29898

Voir aussi

Pour citer l’article

Monique THIBON, Marcel CAPPONI, « RICKETTSIES ET RICKETTSIOSES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rickettsies-et-rickettsioses/