RORTY RICHARD (1931-2007)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une pensée de la solidarité

Le pragmatisme est une philosophie de la contingence. Pour Rorty, il n'y a de « nécessité » que celle de nos choix en faveur du bien commun et de l'accomplissement individuel – autrement dit des perspectives qui nous sont offertes dans la double dimension publique et privée de notre existence. Cette dernière distinction, mobilisée dans Irony, Contingency and Solidarity (1989, trad. Contingence, ironie et solidarité, 1993), au titre d'une réflexion sur le Soi, l'art et la littérature, a paru d'autant plus discutable, pour les critiques de Rorty, qu'elle semblait déboucher sur un esthétisme philosophique assez peu compatible avec l'inspiration deweyienne dont il se recommandait par ailleurs. Le récit intitulé Trotsky et les orchidées sauvages apporte des éclaircissements à ce sujet, de même que les textes réunis dans Pragmatism and Social Hope. Si une distinction stricte entre le public et le privé prête à controverse, et si divers malentendus ont peut-être obscurci la lecture de Irony, Contingency and Solidarity, le pragmatisme de Richard Rorty n'en est pas moins une philosophie de la solidarité : c'est-à-dire à la fois une philosophie qui ne subordonne pas la justification de la connaissance ou de nos évaluations à une instance « objective » qui rétablirait le « point de vue de Dieu » ou l'idée de quelque inébranlable pivot de l'objectivité, et une philosophie au regard de laquelle le « public », les exigences de la vie commune l'emportent sur tout le reste : « Tout ce qui nous rapproche d'une communauté totalement démocratique, entièrement sécularisée me paraît être maintenant la plus grande réussite de notre espèce. » Les écrits de Rorty sur des questions sociales et politiques ne laissent pas de doute à ce sujet. Achieving our Country (1998, trad. L'Amérique, un projet inachevé, 2001), où il porte un regard critique sur la gauche intellectuelle américaine et sur ses responsabilités sociales, illustre pleinement le lien étroit qui associe la philosophie de Rorty à une réflexion sur la démocratie et, comme ce fut le cas pour Dewey, à un [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  RORTY RICHARD (1931-2007)  » est également traité dans :

DEWEY JOHN (1859-1952)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 1 897 mots

Dans le chapitre « Le pragmatisme de John Dewey »  : […] La philosophie de John Dewey appartient au courant auquel C. S. Peirce a primitivement donné le nom de pragmatisme pour désigner une méthode, plus qu'une doctrine, attentive aux effets pratiques de nos idées et à leurs résultats observables. La première philosophie à laquelle Dewey doit une grande part de son inspiration n'est toutefois ni celle de Charles S. Peirce, ni celle de William James, ma […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 6 285 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le renouveau du pragmatisme »  : […] Cette situation ne serait guère compréhensible si l'on ne tenait pas compte des contestations et des désaccords qui se sont manifestés dans le champ philosophique et scientifique dès les années 1960. Ils se présentent, à côté d'autres facteurs évoqués plus loin, sous deux aspects concernant respectivement la philosophie du langage et la philosophie de l'esprit via la linguistique. Au sein de la ph […] Lire la suite

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 532 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Vers une « philosophie de l'esprit » »  : […] Dans les années 1990, au sein de la philosophie analytique, le paradigme dominant a ainsi été diversement abandonné, et le « tournant linguistique » a débouché sur un « tournant cognitif ». Au prix d'un renversement qui permet de se demander, comme l'a suggéré Pascal Engel, si la « philosophie de l'esprit » n'est pas un autre nom pour la « philosophie du langage » poursuivie par d'autres moyens, […] Lire la suite

LINGUISTIC TURN, histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand MÜLLER
  •  • 1 841 mots

Le linguistic turn (ou « tournant linguistique », mais l'expression est surtout utilisée en anglais) n'est assurément réductible ni à une école ni à un courant de pensée. Une école de pensée se reconnaît à ses maîtres, à ses fondateurs : ici il n'y en pas vraiment. L'expression apparaît pour la première fois dans le titre d'un ouvrage ( The Linguistic Turn. Recent Essays in Philosophical Method ) […] Lire la suite

POSTMODERNISME

  • Écrit par 
  • Carla CANULLO, 
  • Romain JOBEZ, 
  • Erik VERHAGEN
  •  • 5 158 mots

Dans le chapitre « Un deuil impossible ? »  : […] L'époque postmoderne naît précisément du refus de ces deux grands discours de légitimation – ce qui implique une redéfinition du but des sciences, et une analyse critique du discours social. À l'encontre de la stabilité poursuivie par la modernité, le postmodernisme va chercher à produire non pas du connu, mais de l'inconnu, transformant le modèle de la légitimation en éloge de la différence ; à l […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Pierre COMETTI, « RORTY RICHARD - (1931-2007) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/richard-rorty/