FEYNMAN RICHARD PHILLIPS (1918-1988)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La notoriété

En 1951, Feynman accepte un poste de professeur au California Institute of Technology. Il contribue de façon déterminante à l'étude des interactions faibles, en collaboration avec Murray Gell-Mann, avec la mise au point de la théorie V — A, en 1958, et l'hypothèse du courant vectoriel conservé, qui peut être considérée comme l'ancêtre de la théorie unifiée des interactions électromagnétique et faible. Chercheur par devoir, enseignant par plaisir – selon Oppenheimer –, il donne un cours de physique générale remarqué. La transcription qui en est faite, Le Cours de physique de Feynman, constitue un ouvrage exigeant – intellectuellement plus que techniquement –, dont l'originalité et la richesse de points de vue ont une influence mondiale sur des générations d'étudiants... et sur leurs enseignants. Au rayonnement intellectuel vient s'ajouter la reconnaissance institutionnelle, avec le prix Nobel en 1965 en compagnie de Schwinger et de Tomonaga Shinichirō pour leurs théories de l'électrodynamique quantique dont l'équivalence avait été montrée par Freeman Dyson. Les conférences que Feynman donne durant cette période (Qu'est-ce que la science ? , La Nature des lois physiques, conférence Nobel), merveilleuses de fraîcheur et de clarté, sont une lecture obligée pour toute personne curieuse du sens des théories physiques à la fin du xxe siècle. En 1969, Feynman chercheur propose encore le modèle des partons, version phénoménologique du modèle des quarks créée pour expliquer la diffusion vers l'arrière des électrons de haute énergie sur les protons et les neutrons.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Graphe 1

Graphe 1
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Graphe 2

Graphe 2
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Théorie électro-faible

Théorie électro-faible
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître de conférences au Laboratoire de physique théorique et hautes énergies de l'université de Paris-VII

Classification

Autres références

«  FEYNMAN RICHARD PHILLIPS (1918-1988)  » est également traité dans :

ANTIMATIÈRE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE, 
  • Jean-Marc RICHARD
  •  • 6 912 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Théorie des antiparticules »  : […] À l'époque des premières spéculations sur les antiparticules, la matière pouvait être décomposée en trois constituants primordiaux : l' électron, le proton et le neutron, dont on soupçonnait l'existence et que l'on s'apprêtait à découvrir. Toutes les expériences d'électricité confirment une parfaite symétrie entre les charges positives et les charges négatives. Par exemple, deux charges positives […] Lire la suite

CHAMPS THÉORIE DES

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 4 478 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Calculs perturbatifs et diagrammes de Feynman »  : […] La méthode de calcul des observables physiques qui s'est révélée la plus féconde en théorie quantique des champs est fondée sur la théorie mathématique des développements en série. L'idée est de raffiner un résultat par des approximations successives : on considère d'abord que les champs présents dans la réaction étudiée sont libres et que leurs interactions se réduisent à l'échange d'un seul qua […] Lire la suite

FINALITÉ

  • Écrit par 
  • Raymond RUYER
  •  • 6 602 mots

Dans le chapitre « La finalité dans le monde physique »  : […] Si l'on s'est donné tant de peine pour nier l'évidence de la finalité psychobiologique, c'est que, jusqu'aux dernières décennies, la physique paraissait reléguer la finalité dans l'archéologie de l'esprit. Il n'en est plus de même depuis l'avènement de la microphysique. Elle a d'abord fait prendre conscience (aux savants sinon aux philosophes) que la mécanique et la physique classiques avaient co […] Lire la suite

FORMULATION DE L'ÉLECTRODYNAMIQUE QUANTIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 122 mots

La procédure de « renormalisation » proposée indépendamment en 1948 par le Japonais Shinichiro Tomonaga et les Américains Richard Feynman et Julian Schwinger résout de façon extrêmement ingénieuse une difficulté majeure de la théorie quantique de l'électromagnétisme et lui donne le statut de théorie mathématiquement cohérente. En absorbant dans une nouvelle normalisation des champs, des masses et […] Lire la suite

PHYSIQUE - Physique et mathématique

  • Écrit par 
  • Jean-Marc LÉVY-LEBLOND
  •  • 7 176 mots

Dans le chapitre « La plurivalence des mathématiques en physique »  : […] On achèvera de dissiper l'illusion d'une harmonie préétablie entre concepts physiques et concepts mathématiques en évoquant, réciproquement au polymorphisme mathématique des lois physiques, la plurivalence physique des structures mathématiques. Ainsi, les équations différentielles linéaires (à coefficients constants) du deuxième ordre régissent-elles les vibrations mécaniques, les oscillations él […] Lire la suite

WHEELER JOHN ARCHIBALD (1911-2008)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 931 mots

Le physicien américain John Archibald Wheeler, né le 9 juillet 1911 à Jacksonville en Floride, est connu pour ses importantes contributions à la physique nucléaire et à la relativité générale. Fils aîné d'un bibliothécaire, John Archibald Wheeler soutient sa thèse de doctorat à l'université Johns Hopkins de Baltimore (Maryland) en 1932. Après quelques mois à l'université de New York où il étudie a […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain LAVERNE, « FEYNMAN RICHARD PHILLIPS - (1918-1988) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/richard-phillips-feynman/