GELL-MANN MURRAY (1929-2019)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Physicien théoricien américain, né à New York le 15 septembre 1929. Nommé en 1952 professeur assistant à l'université de Chicago, Gell-Mann rejoint en 1955 le California Institute of Technology (Caltech) à Pasadena. Il y est nommé professeur de physique théorique en 1967. Lauréat du prix Nobel de physique en 1969, Gell-Mann est à l'origine des idées les plus fécondes de la théorie moderne des particules élémentaires. On lui doit l'introduction d'un nouveau nombre quantique caractérisant les particules, l'étrangeté, qui se conserve dans les interactions fortes et électromagnétiques. La formule de Gell-Mann et de Nishijima (1953-1955), qui relie l'étrangeté à la charge électrique, à l'isospin et au nombre baryonique, a joué un rôle important dans la classification des particules élémentaires déjà connues, tandis que le schéma de l'octet (The Eightfold Way, 1964), fondé sur la théorie des groupes, a permis la prévision de nouveaux hadrons (Gell-Mann et Ne'eman, 1961 ; formule de Gell-Mann et Okubo, 1962). On doit également à Gell-Mann et à Goldberger la méthode des relations de dispersion pour l'étude des hadrons (1955), à Gell-Mann ainsi qu'à Zweig le modèle des quarks, particules de charge fractionnaire qui constituent les hadrons (1974). Dans le problème des interactions faibles, Gell-Mann et Feynman ont émis l'hypothèse du « magnétisme faible » (1958) et Gell-Mann a introduit la fructueuse méthode de l'« algèbre des courants » (1964).

Plus tard, Gell-Mann, notamment en collaboration avec William Bardeen et Harald Fritzsch, a contribué à l'élaboration de la chromodynamique quantique, théorie de l'interaction des quarks et des gluons colorés (1972). Gell-Mann a été aussi conseiller scientifique du gouvernement américain au temps de la guerre du Vietnam, activité qui lui a valu parfois quelques critiques.

Son dernier ouvrage Le Quark et le Jaguar. Voyage au cœur du simple et du complexe (1998) reste un livre de référence et un aboutissement dans les réflexions de l'auteur  : il montre comment la physique des particules et le monde biologique, dans son évolution et sa diversité, sont intrinséquement liés.

—  Viorel SERGIESCO

Écrit par :

Classification


Autres références

«  GELL-MANN MURRAY (1929-2019)  » est également traité dans :

INTERACTIONS (physique) - Interaction nucléaire forte

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 1 945 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les quarks »  : […] À la fin des années 1960, les interactions fortes semblent défier la théorie quantique des champs, alors que ce cadre théorique issu des révolutions relativiste et quantique décrit avec une précision stupéfiante les processus électromagnétiques. La structure des noyaux atomiques, leurs déformations, leurs fusions ou leurs fissions échappent aux prédictions de ce formalisme. On n'arrive même pas à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interactions-physique-interaction-nucleaire-forte/#i_43440

PARTICULES ÉLÉMENTAIRES - Caractères généraux

  • Écrit par 
  • Maurice JACOB, 
  • Bernard PIRE
  •  • 8 162 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La physique des particules des années 1960 »  : […] La première grande surprise, au début des années 1960, fut une prolifération énorme du nombre des hadrons, particules ayant des interactions fortes. Au cours de chocs avec des énergies dépassant largement les 100 MeV par particule, on ne brise pas le proton, mais on crée de nouvelles particules. L'énergie disponible se transforme en matière et antimatière. Les énergies mises en jeu pour pénétrer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/particules-elementaires-caracteres-generaux/#i_43440

PARTICULES ÉLÉMENTAIRES - Fermions

  • Écrit par 
  • Jean-Eudes AUGUSTIN, 
  • Michel PATY, 
  • Bernard PIRE
  •  • 16 242 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « La structure du proton »  : […] Les expériences réalisées avec les premiers accélérateurs de particules dans les années 1950 et 1960 avaient montré que les protons et les neutrons ont une taille de l'ordre du femtomètre. Mais le pouvoir de résolution de ces gigantesques « microscopes » n'était pas suffisant pour explorer plus finement la nature des protons et autres « hadrons », objets dont la caractéristique essentielle est le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/particules-elementaires-fermions/#i_43440

PARTICULES ÉLÉMENTAIRES - Hadrons

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 4 239 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Le modèle des quarks constituants »  : […] La spectroscopie des hadrons a été à la base de l'introduction du concept de quarks. Remarquant une régularité dans l'ordonnancement des masses des premiers mésons et baryons découverts dans les années 1950, Murray Gell Mann, George Zweig et Yuval Ne'eman proposaient indépendamment au début des années 1960 qu'une symétrie sous-jacente a pour conséquence le regroupement en octets ou en décuplets d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/particules-elementaires-hadrons/#i_43440

PREUVE EXPÉRIMENTALE DE LA STRUCTURE EN QUARKS

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 167 mots

L'expérience menée à l'accélérateur linéaire à électrons de Stanford (S.L.A.C) par Jerome Friedman, Henry Kendall et Richard Taylor permet de démontrer en 1968 la présence de structures ponctuelles chargées à l'intérieur du proton. Bien qu'on eût expliqué depuis plusieurs années le spectre des particules connues comme dû à une structure sous-jacente, on ne considérait pas que les quarks, imaginés […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/preuve-experimentale-de-la-structure-en-quarks/#i_43440

PROTON

  • Écrit par 
  • Nicole d' HOSE
  •  • 4 575 mots

Dans le chapitre « Hypothèse de la structure en quarks dans la famille des hadrons »  : […] Le premier état excité du nucléon, encore appelé résonance Δ de masse 1 232 MeV/c 2 , est observé en 1951 au laboratoire de Chicago, en bombardant une cible de protons par un faisceau de mésons π dont l'énergie varie jusqu'à 200 MeV. L'expérience met en évidence que le nombre de mésons diffusés sur les protons varie considérablement quand on modifie l'énergie du faisceau incident. Ce nombre prése […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proton/#i_43440

SYMÉTRIES, physique

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 5 990 mots

Dans le chapitre «  Les symétries approchées »  : […] Un des ajouts essentiels du travail du physicien à celui du mathématicien est l'art des approximations. C'est déjà vrai dans la description des matériaux cristallins où la structure parfaitement périodique est une idéalisation de la situation concrète où les défauts sont si fréquents qu'ils jouent parfois un rôle essentiel dans les propriétés d'un échantillon réel. Cela n'empêche évidemment pas d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symetries-physique/#i_43440

Pour citer l’article

Viorel SERGIESCO, « GELL-MANN MURRAY - (1929-2019) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/murray-gell-mann/