HAMILTON RICHARD (1922-2011)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Designer d'exposition

À partir de 1952, Hamilton enseigne, en particulier le design, dans diverses institutions : la Central School of Arts and Crafts de Londres (jusqu'en 1953), puis le King's College (université de Durham, Newcastle-upon-Tyne, jusqu'en 1966) et le Royal College of Art (de 1957 à 1961). Dans ce cadre, il travaille avec ses étudiants à l'organisation et à l'installation d'expositions (Wonder and Horror of the Human Head, 1953, Institute of Contemporary Art, Londres), ainsi qu'à la réalisation d'affiches et à la publication de catalogues.

Son goût pour la technique et sa connaissance des dispositifs de présentation commerciale trouvent à s'exprimer pleinement dans l'organisation de cinq expositions fondamentales pour la création artistique britannique des années 1950 : Growth and Form (1951, I.C.A.), Machine, Man and Motion (1955, Hatton Gallery, Newcastle et I.C.A.), This is Tomorrow (1956, Whitechapel Art Gallery) et An Exhibit (1957-1958, Hatton Gallery et I.C.A.). Conçues comme de véritables environnements et sur la base de collaborations entre créateurs de différents domaines (peintres, sculpteurs et architectes), ces expositions mettent non seulement en lumière une nouvelle génération d'artistes et leur intérêt commun pour le décloisonnement des disciplines, mais innovent aussi considérablement dans le domaine de la conception d'expositions. Associant œuvres, objets et documents photographiques, elles inscrivent les productions artistiques dans le vaste réseau des mutations scientifiques et sociales contemporaines. Mettant en œuvre la totalité de l'espace (par l'usage d'affiches de grand format, de structures modulaires et amovibles, de panneaux ajourés voire transparents), elles prennent en compte les déplacements des spectateurs en jouant sur la diversité et la variabilité des conditions de perception. Telles sont les réflexions qui constituent la base commune aux artistes et critiques (Hamilton, McHale, Paolozzi, Turnbull, Henderson, les Smithson, les Cordell [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Écrit par :

Classification


Autres références

«  HAMILTON RICHARD (1922-2011)  » est également traité dans :

POP ART

  • Écrit par 
  • Bertrand ROUGÉ
  •  • 3 814 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le pop art anglais »  : […] On cite parfois Francis Bacon comme précurseur du pop art anglais, parce qu'il s'inspira, dès 1949, de reproductions photographiques. Mais il faudrait aussi mentionner Eduardo Paolozzi, Écossais d'origine italienne qui inclut, dès 1947, dans son collage I Was a Rich Man's Plaything (Tate Gallery, Londres), une pin-up, une bouteille de Coca-Cola et le mot « pop ». Cependant, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pop-art/#i_29994

Pour citer l’article

Guitemie MALDONADO, « HAMILTON RICHARD - (1922-2011) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/richard-hamilton/