ALLOWAY LAWRENCE (1926-1990)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Conservateur et critique d'art américain d'origine britannique, Lawrence Alloway a publié de nombreux essais sur l'art populaire. Il est à l'origine dans les années 1950 du terme « pop art » désormais commun, qui désigne aujourd'hui l'« art concernant la culture populaire » et non, comme il le suggérait, l'« art de la culture populaire ». De l'exposition This is tomorrow à la Whitechapel Gallery de Londres en 1956 à la rétrospective au Whitney Museum de New York en 1974, Lawrence Alloway propose une vision globale du mouvement artistique pop art.

Né le 17 septembre 1926 à Wimbledon, en Angleterre, Lawrence Alloway suit quelques cours d'histoire de l'art à l'université de Londres, mais n'obtiendra jamais de diplôme dans ce domaine. Il attire pour la première fois l'attention du public lorsqu'il dirige, de 1954 à 1957, le London Institute of Contemporary Art. Peu après ce mandat, il publie un essai influent dans le numéro de février 1958 de la revue Architectural Design, intitulé « The Arts and the Mass Media ». Il y énonce en effet les concepts clés qui régiront par la suite toute son œuvre ; ainsi, selon lui, « il existe dans l'art populaire un continuum allant des données à l'imagination ». Cet article réfute par ailleurs la dichotomie entre l'art savant et le kitsch que le critique américain Clement Greenberg avait mise en avant dans son essai « Avant-Garde and Kitsch » (1939). Il justifie également le pluralisme qu'affiche Alloway lorsqu'il considère que la culture savante et la culture populaire ne doivent pas être perçues comme antagonistes. Selon le critique d'art, elles correspondent plutôt à deux versions différentes, l'une raffinée, l'autre élémentaire, du même ensemble de codes et de pratiques culturels en évolution, versions qui par ailleurs s'influencent et s'entraînent souvent mutuellement. L'émergence du pop art qu'il observe en Angleterre à la fin des années 1950 et aux États-U [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Classification


Autres références

«  ALLOWAY LAWRENCE (1926-1990)  » est également traité dans :

LES ANNÉES POP 1956-1968 (exposition)

  • Écrit par 
  • Hervé VANEL
  •  • 1 140 mots

En 1962, la Boutique de Ben ou The Store de Claes Oldenburg troublaient à leur manière la mince frontière qui séparait encore galerie et commerce, commerçant et artiste et, finalement, objet d'art et produit de consommation. Depuis lors, ce nouvel évangile de la consommation de masse s'est propagé jusqu'à nous pour imprégner l'exposition […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-annees-pop-1956-1968/#i_11833

ENVIRONNEMENT, art

  • Écrit par 
  • François LOYER
  • , Universalis
  •  • 3 220 mots

Dans le chapitre « Environnement ou lieu »  : […] Cependant, pour certains critiques d'art, le terme environnement a pris en France un sens déformé. C'est ainsi qu'à propos de l'exposition de Gérard Singer à la galerie Jeanne Bucher (où l'artiste présente un environnement), R. Cogniat rappelle L'Espace pour autre chose de la Biennale de 1961 et établit une comparaison avec les Demeures d'Étienne Marti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/environnement-art/#i_11833

POP ART

  • Écrit par 
  • Bertrand ROUGÉ
  •  • 3 814 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le pop art anglais »  : […] On cite parfois Francis Bacon comme précurseur du pop art anglais, parce qu'il s'inspira, dès 1949, de reproductions photographiques. Mais il faudrait aussi mentionner Eduardo Paolozzi, Écossais d'origine italienne qui inclut, dès 1947, dans son collage I Was a Rich Man's Plaything (Tate Gallery, Londres), une pin-up, une bouteille de Coca-Cola et le mot « pop ». Cependant, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pop-art/#i_11833

Pour citer l’article

« ALLOWAY LAWRENCE - (1926-1990) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lawrence-alloway/