HAMILTON RICHARD (1922-2011)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le « Big Daddy of Pop » (M.G. McNay) ?

À partir de 1966, Hamilton abandonne ses différentes charges d'enseignement, ainsi que ses fonctions de designer d'exposition, pour se consacrer entièrement à la création. L'ampleur de ses activités de diffusion et de pédagogue ne doit pas éclipser l'importance de son œuvre picturale. Après avoir entamé, au début des années 1950, une réflexion sur l'abstraction géométrique, Hamilton réagit rapidement aux mutations profondes de la société de son temps en ouvrant sa peinture aux objets du quotidien et à une réflexion approfondie sur la place qu'y tiennent les moyens de communication alors en plein essor. Il participe activement à l'élaboration de ce que le critique Lawrence Alloway a baptisé « pop art » et dont le peintre livre en 1957 cette définition : « Le pop art est : populaire (conçu pour un public de masse)/ transitoire (solution à court terme)/ jetable (facilement oublié)/ bon marché/ produit en série/ jeune (destiné à la jeunesse)/ spirituel/ sexy/ plein d'astuces/ séduisant/ un commerce juteux. » Par son iconographie novatrice, le collage Just what is it that Makes Today's Homes so Different, so Appealing ? (Qu'est-ce qui rend les intérieurs d'aujourd'hui si différents, si séduisants ?, 1956), reproduit dans le catalogue de This is Tomorrow et ayant servi d'affiche à l'exposition, fait figure de manifeste de cette tendance née en Grande-Bretagne et largement diffusée aux États-Unis. Une telle attention au quotidien découle tout autant, pour Hamilton, de la lecture de James Joyce qui n'a cessé de l'accompagner depuis ses premières illustrations de l'Ulysse en 1948 jusqu'aux gravures réalisées en 1981, que de sa réflexion picturale sur la mutabilité du langage et sur les rapports entre la forme et le message.

Science et technique occupent chez lui, de par sa formation, une importante part dans sa conception de la peinture, qu [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  HAMILTON RICHARD (1922-2011)  » est également traité dans :

POP ART

  • Écrit par 
  • Bertrand ROUGÉ
  •  • 3 814 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le pop art anglais »  : […] On cite parfois Francis Bacon comme précurseur du pop art anglais, parce qu'il s'inspira, dès 1949, de reproductions photographiques. Mais il faudrait aussi mentionner Eduardo Paolozzi, Écossais d'origine italienne qui inclut, dès 1947, dans son collage I Was a Rich Man's Plaything (Tate Gallery, Londres), une pin-up, une bouteille de Coca-Cola et le mot « pop ». Cependant, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pop-art/#i_29994

Voir aussi

Pour citer l’article

Guitemie MALDONADO, « HAMILTON RICHARD - (1922-2011) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/richard-hamilton/