Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

RESSOURCES MINÉRALES

Estimer des réserves, mais disposer de ressources

Les prédictions pessimistes se fondent souvent sur une confusion entre réserves et ressources et oublient le fait que ces estimations sont constamment révisées. Les réserves correspondent à des quantités de métal pour des gisements connus dont le tonnage, la teneur et les conditions d’exploitation sont établis à partir de nombreux sondages et d’essais de traitement du minerai en laboratoire. Les ressources, quant à elles, correspondent à des quantités de métal estimées à partir de sondages plus espacés, voire extrapolées à des domaines géologiques aux caractéristiques similaires, mais pour lesquels aucune exploration n’a été réalisée.

Les estimations des réserves et des ressources évoluent au cours du temps au fur et à mesure de l’évolution du prix des métaux, de l’augmentation de la densité de forages, du développement de processus de traitement des minerais plus efficaces, du lancement de nouvelles campagnes d’exploration avec des outils de plus en plus performants, à des profondeurs de plus en plus grandes sur les continents et à l’extension des domaines prospectés au milieu sous-marin (plate-forme continentale, nodules de manganèse sur le plancher océanique, amas sulfurés sur les rides océaniques, etc.). Il faut donc rester tout à fait modeste sur ces estimations de réserves, qui ne reflètent que l’intensité de l’effort d’exploration par les géologues en fonction des budgets et des techniques disponibles à un instant donné. De plus, les problèmes d’approvisionnement pour de nombreuses ressources peuvent être résolus si des quantités suffisantes d’énergie à bas coût peuvent être disponibles. Par exemple, l’eau de mer peut être dessalée et les nombreuses substances dissoutes qu’elle contient, même à très faible teneur, peuvent être extraites ; de même, les minerais à très basse teneur en métaux peuvent être valorisés, le recyclage des déchets peut être accru…

En France, un rapport du Sénat de 2011 illustre bien ce débat. Ce rapport affirme que « le territoire français est dépourvu de ressources métalliques, hormis l’or de Guyane et le nickel de Nouvelle-Calédonie, ainsi que les nodules polymétalliques... Cette situation expose notre économie à une forte vulnérabilité aux aléas des marchés, tant pour les prix que pour les quantités ». Si la dernière phrase reflète bien la réalité française, la première devrait être modifiée de cette manière : « Les ressources métalliques ne sont pas exploitées sur le territoire français. » Les mines qui existaient ont fermé dans les années 1980 à 1990 lorsque les cours des métaux étaient très bas et aucune activité d’exploration minière significative n’a repris en France depuis plus de vingt-cinq ans, principalement du fait du refus croissant des populations à l’ouverture de carrières ou de mines souterraines. Il est toutefois admis de manière un peu contradictoire, dans ce même rapport quelques pages avant (p. 7) : « Il y a encore 30 ans, l’industrie minière française était florissante. Cette situation s’est ensuite dégradée du fait d’une évaluation trompeuse de notre destin économique, qui a conduit la France, comme les autres pays européens, à estimer que le métier minier, risqué, polluant et à faible rentabilité, ne méritait pas d’être maintenu. Cette erreur stratégique reposait sur l’idée que l’économie de services, vers laquelle s’orientaient les pays développés, n’utiliserait désormais que très peu de ces ressources de base et que leur obtention à faible prix resterait garantie. Nous savons aujourd’hui qu’il n’en est rien… » Faut-il cantonner l’activité extractive dans des pays lointains en augmentant les risques de rupture d’approvisionnement et les coûts de transport ?

La France reste toutefois un pays producteur significatif[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur de recherche émérite au C.N.R.S., Centre de recherches sur la géologie des matières premières minérales et énergétiques, U.M.R. GeoRessources, Vandœuvre-lès-Nancy

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Ressources métalliques

Ressources métalliques

Production de ressources minérales dans le monde

Production de ressources minérales dans le monde

Besoins en ressources naturelles

Besoins en ressources naturelles

Autres références

  • CHARBON - Industrie charbonnière

    • Écrit par Michel BENECH, Pierre BERTE, Jacques BONNET, Robert PENTEL
    • 11 928 mots
    • 3 médias
    En premier lieu, le charbon est la source d'énergie dont les réserves sont les plus importantes : celles qui existent et qui sont économiquement exploitables dépassent les 800 milliards de tonnes, ce qui correspond, au rythme actuel d'exploitation, à plus de 160 années de production (valeur à comparer...
  • ENGRAIS

    • Écrit par Albert DAUJAT, Philippe ÉVEILLARD, Jean HEBERT, Jean-Claude IGNAZI
    • 9 982 mots
    • 5 médias
    La situation est différente pour les phosphates et la potasse, qui sont liées à des ressources minières et des durées d'investissement beaucoup plus longues (il faut au moins sept ans pour ouvrir un nouveau gisement et créer ses infrastructures). Pour ces deux éléments fertilisants, il n'est pas prévu...
  • GAZ DE SCHISTE

    • Écrit par Pierre THOMAS
    • 3 006 mots
    • 1 média
    Dans le monde, les ressources en gaz de schiste seraient du même ordre de grandeur que celles de gaz conventionnel. Toutefois, elles seraient mieux réparties géographiquement, puisque les roches renfermant ce gaz sont présentes dans la plupart des bassins sédimentaires. Les réserves sont difficiles à...
  • GAZ NATUREL

    • Écrit par Bernard CLÉMENT, Évrard DE FOSSEUX, François DEBIEN, Jean-Pierre PERRET, Odile PUYRAIMOND, Patrick de RENÉVILLE, Michel RICHARD
    • 16 904 mots
    • 25 médias
    ...mondiale commercialisée a été multipliée par près de 2,9, passant de 1 009 milliards de mètres cubes à près de 2 900 milliards de mètres cubes (tabl. 2). Dans le même temps, les réserves prouvées étaient multipliées par 4,5, pour atteindre 181 000 milliards de mètres cubes au 1er janvier 2007. ...
  • Afficher les 13 références

Voir aussi