HAÜY RENÉ JUST (1743-1822)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les formes extérieures des cristaux et la loi des décroissements

Emprisonné en 1792 comme prêtre non assermenté, Haüy échappa de justesse aux massacres de septembre. Ce fut la seule alerte grave qu'il connut. Étranger aux débats politiques et ne vivant que pour la science, il retrouva sa place dans les institutions scientifiques, et l'Empire lui donna les moyens de poursuivre ses travaux.

Le concept de molécule intégrante (ou celui de molécule soustractive) lui permet en effet de définir les lois qui régissent le faciès des cristaux. Prenons un exemple simple, celui d'un cristal de symétrie cubique dans lequel la molécule intégrante est cubique (cas de NaCl évoqué précédemment). Imaginons que l'on construise le cristal à partir de cubes élémentaires c et que l'on ait ainsi formé un cube C comportant par exemple 17 × 17 × 17 cubes élémentaires (figure extraite des œuvres de Haüy). Continuons la construction en ajoutant une couche de cubes élémentaires c sur chacune des faces de C, mais en laissant le long de chaque arête une rangée libre formant décrochement. On ajoute ainsi, sur chacune des faces de C, 15 × 15 cubes c ; puis on ajoute une nouvelle couche avec 13 × 13 cubes c, puis une troisième avec 11 × 11 cubes c, etc., en décrochant chaque fois d'une rangée. Le cube C se trouve alors coiffé sur chacune de ses faces d'une pyramide, et (si l'on fait abstraction des gradins) l'ensemble forme un dodécaèdre régulier.

Loi d'Haüy

Dessin : Loi d'Haüy

Dessin

La loi des décroissements d'Haüy. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Mais nous aurions pu imaginer une autre construction dans laquelle, par exemple, le décrochement aurait été de deux rangées à chaque nouvelle couche. Nous aurions obtenu un autre faciès final : celui d'un cube pyramidé. À chaque « loi de décroissement » (donnée de la largeur et de la hauteur des degrés, en nombre de molécules intégrantes) dans la construction ainsi décrite correspond un faciès différent, et, inversement, il n'est pas possible d'imaginer la formation d'un faciès qui ne puisse s'analyser, au moins en principe, de cette façon.

Si donc on connaît la forme (angles et rapports des longueurs des arêtes) du parallélépipède qu'est la molécule intégr [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

William Lawrence Bragg

William Lawrence Bragg
Crédits : Hulton Getty

photographie

Loi d'Haüy

Loi d'Haüy
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie, membre de l'Académie des sciences, ancien ministre

Classification

Autres références

«  HAÜY RENÉ JUST (1743-1822)  » est également traité dans :

ANDÉSITES ET DIORITES

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CARRON, 
  • Maurice LELUBRE, 
  • René MAURY
  • , Universalis
  •  • 2 064 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Diorites »  : […] C'est à l'abbé Haüy ( Traité de géognosie de J. F. d'Aubuisson de Voisins, 1819), qui mettait ainsi l'accent sur la présence, dans ces roches plutoniques, de minéraux différant nettement les uns des autres par leur couleur, que les diorites doivent leur nom (du grec diorizô , je distingue). Elles sont formées essentiellement d'un feldspath plagioclase relativement sodique (de l'oligoclase à l'an […] Lire la suite

CRISTAUX

  • Écrit par 
  • Marc AUDIER, 
  • Michel DUNEAU
  •  • 7 291 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La cristallographie »  : […] La science des cristaux naît véritablement au xviii e  siècle, lorsqu'elle se distingue de la minéralogie dont l'histoire, jalonnée par les noms d'Aristote, d'Avianne et de Georgius Agricola, est beaucoup plus longue. L'idée que toute matière, solide, liquide ou gazeuse, est faite d'unités microscopiques élémentaires remonte pourtant à Platon pour qui ces particules fondamentales n'ont que cinq fo […] Lire la suite

ÉCLOGITES

  • Écrit par 
  • Gérard GUITARD
  •  • 1 520 mots
  •  • 3 médias

Les éclogites – ainsi désignées par l'abbé Haüy pour indiquer la « sélection » (ἐκλογή) singulière de leurs minéraux – sont des roches essentiellement formées de grenat et de clinopyroxène particuliers ; leur composition chimique, généralement analogue à celle de basaltes et de gabbros, est souvent déficitaire en silice. Loin de constituer une famille homogène, les éclogites traduisent des condi […] Lire la suite

MATIÈRE

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME, 
  • Hélène VÉRIN
  •  • 10 672 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'idéalisation de l'espace cristallin ; un détour heuristique vers les structures moléculaires »  : […] De longue date, la distinction et l'identification des minéraux se faisait d'après leurs attributs organoleptiques ; le repérage de formes caractéristiques n'était que l'un des arguments d'une diagnose mal assurée dans la hiérarchie des critères. Cependant, à la fin du xviii e  siècle, sur la voie de la reconnaissance d'espèces minérales (et non plus seulement de « sortes »), l'identification de f […] Lire la suite

MINÉRALOGIE

  • Écrit par 
  • Claude GUILLEMIN
  •  • 12 132 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Historique »  : […] Ce sont des minéraux – éléments natifs comme le cuivre, l'or – qui ont été les premiers métaux utilisés par l'homme. En particulier, le cuivre a ouvert l'ère des métaux avec l'âge du cuivre ou Chalcolithique (vers 6000 av. J.-C.). Aristote divisa en deux classes le monde minéral : les métaux et les « fossiles » (roches et minéraux non métalliques). On trouve ensuite les travaux des naturalistes ar […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Hubert CURIEN, « HAÜY RENÉ JUST - (1743-1822) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/rene-just-hauy/