RELIEF, sculpture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En sculpture, le relief se définit comme un « ouvrage relevé en bosse » (Littré) ; il comporte donc une partie qui est en saillie par rapport à une autre qui sert de fond. Cette saillie peut être faible dans le cas du bas-relief ou forte dans celui du haut-relief. Par opposition à la ronde-bosse, le relief est créé pour être vu sous un angle unique et toujours de face. Il constitue un mode d'expression artistique privilégié dans le monde grec où il a connu un développement considérable. On trouve des reliefs sur les petits monuments votifs et funéraires, généralement des stèles, mais aussi sur les sarcophages ou bien, dans les arts mineurs, sur la vaisselle, sur les bijoux, sur les parures de guerre, sur les petites plaques décoratives. Mais ils ornent aussi, dès le début de l'architecture monumentale, les édifices du culte (temples, autels, etc.).

À toutes les époques de l'art grec, le relief est présent partout et se trouve réalisé dans les matériaux les plus divers, bois, argile, ivoire, métal, pierre, impliquant des techniques elles-mêmes fort variées. Pour le relief taillé dans la pierre, il semble qu'après avoir utilisé la seule incision on ait recreusé légèrement le fond autour des silhouettes qu'on voulait dégager (sculptures du temple de Prinias en Crète, seconde moitié du ~ viie siècle). La saillie demeure alors très faible (bas-relief) et n'autorise qu'une composition figée. Mais le mouvement que tentent déjà de rendre les peintres céramistes va, au début du ~ vie siècle, gagner les frontons de l'Acropole (fronton de L'Apothéose d'Héraclès, ~ 580-~ 570, et le fronton de l'ancien temple d'Athéna : Lutte d'Héraclès et de Triton, ~ 570-~ 560) où les plans se multiplient (haut-relief) et engendrent des compositions beaucoup plus animées qui conviennent mieux aux thèmes représentés. Cette recherche aboutira à la fin de l'archaïsme à la réalisation des sculptures des trésors de Delphes, et les frontons du temple d'Égine s'orneront de figures qui, pour la première fois, se détacheront du fond tympanal et constitueront la première série de statues en ronde bosse conçues pour un décor architectural.

Cette évolution technique, qui s'effectue en moins de deux siècles dans le décor architectural, permettra désormais aux sculpteurs de combiner les différentes formules conçues pour animer davantage un monument. Ainsi, les métopes du Parthénon seront exécutées en haut relief, la frise ionique en bas relief, tandis que les figures des frontons sont détachées du fond. Pour les stèles et les petits monuments, votifs, funéraires, ou concernant la vie civique, le même développement se remarque au cours des ~ vie et ~ ve siècles, et les thèmes représentés, dégagés des contraintes techniques, seront de plus en plus libres dans leur composition, comme dans le rendu des figures et de leurs attitudes. On pourrait considérer que les sculpteurs grecs ont atteint une totale aisance dans le travail du relief au milieu du ~ ive siècle. Le tambour de colonne, que Scopas aurait exécuté alors pour le temple d'Éphèse, est orné d'une ronde dont l'un des personnages, représenté de dos, semble s'enfoncer dans le relief. Cette audace sera reprise dans les frises de l'autel de Zeus à Pergame (~ 180 env.), qui marque le véritable achèvement de la sculpture en relief à l'époque hellénistique.

Stèle de Phainippos et Mnésarétè

Photographie : Stèle de Phainippos et Mnésarétè

Stèle funéraire attique : scène d'adieux entre les époux, Phainippos et Mnésarétè. Période attique. Vers 350 avant J.-C. Marbre. Hauteur : 1,47 m. Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Groupe d'Athéna, frise du Grand Autel de Pergame

Photographie : Groupe d'Athéna, frise du Grand Autel de Pergame

Groupe d'Athéna: Athéna tient par les cheveux le géant ailé Alkyoneus autour duquel s'enroule le fidèle serpent de la déesse. La Terre, Gê, sa mère, implore Athéna, mais elle ne pourra sauver son fils. Détail de la frise du Grand Autel de Pergame, vers 180-160 av. J.-C., marbre.... 

Crédits : J. Laurentius/ Pergamonmuseum

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Stèle de Phainippos et Mnésarétè

Stèle de Phainippos et Mnésarétè
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Groupe d'Athéna, frise du Grand Autel de Pergame

Groupe d'Athéna, frise du Grand Autel de Pergame
Crédits : J. Laurentius/ Pergamonmuseum

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : archéologue, rédacteur en chef de la Revue archéologique, ingénieur du C.N.R.S., Institut de recherche sur l'architecture antique, Centre de documentation photographique et photogrammétrique

Classification

Autres références

«  RELIEF, sculpture  » est également traité dans :

ABYDOS

  • Écrit par 
  • Christiane M. ZIVIE-COCHE
  •  • 2 685 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les cénotaphes royaux et le temple de Séti Ier »  : […] Les pharaons adoptèrent également l'usage du cénotaphe, dont le temple de Séti I er est l'exemple le plus remarquable. Avant lui, dans la partie sud du site, à près de trois kilomètres de Kom es-Sultan, des bâtiments ayant la même fonction avaient été édifiés pour Sésostris III (XII e  dynastie), Amosis, le fondateur de la XVIII e  dynastie, et sa grand-mère Tetisheri. D'autres constructions de […] Lire la suite

ACROPOLE D'ATHÈNES

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 8 215 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'Acropole classique »  : […] Avant la bataille de Platées, les Grecs, pour cimenter l'union sacrée, avaient, dit-on, fait le serment de ne pas relever les sanctuaires ravagés tant qu'ils n'auraient pas chassé les Perses de Grèce et d'Ionie ; or la lutte devait durer, sporadiquement ranimée, jusqu'en 449-448. De fait, les travaux de construction du Parthénon commencent dès l'année suivante. Tout serait donc simple si le Parth […] Lire la suite

ACROTÈRE

  • Écrit par 
  • Martine Hélène FOURMONT
  •  • 474 mots

Élément décoratif, géométrique, végétal ou figuré, placé au faîte et aux angles des édifices antiques et dont la silhouette se profilait sur le ciel. Dans l'architecture grecque, l'acrotère apparaît avec les temples primitifs de Crète où, dès la fin du ~ viii e siècle, deux sphinges affrontées surmontent à Prinias le centre de la frise des cavaliers. À l'époque archaïque, ces pièces, comme toutes […] Lire la suite

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 335 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « L'art du Kapiça »  : […] Le Kapiça, plaine fertile aux riches cultures, est situé au pied de l'Hindou-Kouch, au nord de Kaboul. Sa capitale ancienne, Begram, fut peut-être une ville bactrienne puis le séjour d'été des monarques kouchans. Quelques travaux de fouilles furent exécutés sur le site par R. Ghirshman et la D.A.F.A. de 1936 à 1946. C'est la découverte fortuite d'un trésor d'objets de luxe appartenant aux culture […] Lire la suite

ALGARDE ALESSANDRO ALGARDI dit (1595-1654)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 411 mots
  •  • 2 médias

Alessandro Algardi reçut sa formation dans l'académie fondée par les Carrache, et qu'animait alors le seul Ludovic. Il s'établit à Rome en 1625, sous la protection du cardinal Ludovisi, fréquentant familièrement le Dominiquin, son compatriote. Occupé d'abord à des travaux secondaires, comme la restauration des statues antiques de la collection Borghèse, il acquit lentement de la réputation. C'est […] Lire la suite

AMARĀVATĪ ÉCOLE D'

  • Écrit par 
  • Mireille BENISTI
  •  • 1 929 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les œuvres »  : […] Le stūpa est l'édifice religieux par excellence du bouddhisme. Il était constitué, aux époques anciennes (par exemple à Sāñcī), d'une base cylindrique sur laquelle reposait, en retrait, un dôme hémisphérique surmonté d'une structure quadrangulaire et d'une hampe à parasols ; il était entouré, au-delà d'un espace circulaire permettant le rite circumambulatoire de la pradaksinā , d'une barrière ( ve […] Lire la suite

ARC DE TRIOMPHE

  • Écrit par 
  • Gilbert-Charles PICARD
  •  • 1 625 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Origine et évolution des portes magiques »  : […] La signification de l'arc de triomphe s'explique par la plus ancienne religion romaine de la guerre ; à l'issue des campagnes, on faisait passer les guerriers sous une porte magique, pour les décharger des énergies destructrices qu'ils portaient en eux et qui auraient été dangereuses pour leurs compatriotes. Ces portes étaient placées soit à l'entrée de la ville, soit à l'entrée du forum. Il exis […] Lire la suite

ARCHAÏSANT ART, Grèce antique

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 846 mots

Le terme d'art archaïsant, qui s'est imposé dans la critique de la sculpture antique à la suite des premières études détaillées de H. Bulle (« Archaisierende griechische Rundplastik », in Abhandlungen bayerischen Akademie , n o  30, 1918) et de E. Schmidt ( Archaistische Kunst in Griechenland und Rom , 1922), recouvre en français deux phénomènes voisins, mais distincts. Dès la fin de la période ar […] Lire la suite

BOROBUḌUR ou BARABUDUR

  • Écrit par 
  • Jacques DUMARÇAY
  •  • 1 583 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'architecture et la sculpture »  : […] Le Borobudur est construit sur une colline située à proximité du confluent de deux rivières, l'Elo et le Progo, sans doute pour évoquer le confluent saint, entre tous, du Gange et de la Yamuna. Le site a été entièrement aménagé par des travaux de terrassement considérables : il a fallu équarrir le sommet qui était ellipsoïdal et aplanir le plateau sur lequel se dresse le monument proprement dit. L […] Lire la suite

CALLIMACHOS (actif entre 430 av. J.-C. et 400 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 772 mots

Le sculpteur Callimachos (à Athènes entre ~ 430 et ~ 400), fut célèbre dans l'Antiquité pour la virtuosité de son style, dont la recherche un peu superficielle lui valut le surnom de Raffiné. Trois de ses œuvres sont connues par les textes anciens : une statue d'Héra assise que Pausanias (IX, ii , 7) a vue dans le temple construit à Platées après ~ 426 ; des reliefs représentant des danseuses (Pli […] Lire la suite

Pour citer l’article

Martine Hélène FOURMONT, « RELIEF, sculpture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/relief-sculpture/