Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

RELIEF, sculpture

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

En sculpture, le relief se définit comme un « ouvrage relevé en bosse » (Littré) ; il comporte donc une partie qui est en saillie par rapport à une autre qui sert de fond. Cette saillie peut être faible dans le cas du bas-relief ou forte dans celui du haut-relief. Par opposition à la ronde-bosse, le relief est créé pour être vu sous un angle unique et toujours de face. Il constitue un mode d'expression artistique privilégié dans le monde grec où il a connu un développement considérable. On trouve des reliefs sur les petits monuments votifs et funéraires, généralement des stèles, mais aussi sur les sarcophages ou bien, dans les arts mineurs, sur la vaisselle, sur les bijoux, sur les parures de guerre, sur les petites plaques décoratives. Mais ils ornent aussi, dès le début de l'architecture monumentale, les édifices du culte (temples, autels, etc.).

À toutes les époques de l'art grec, le relief est présent partout et se trouve réalisé dans les matériaux les plus divers, bois, argile, ivoire, métal, pierre, impliquant des techniques elles-mêmes fort variées. Pour le relief taillé dans la pierre, il semble qu'après avoir utilisé la seule incision on ait recreusé légèrement le fond autour des silhouettes qu'on voulait dégager (sculptures du temple de Prinias en Crète, seconde moitié du ~ viie siècle). La saillie demeure alors très faible (bas-relief) et n'autorise qu'une composition figée. Mais le mouvement que tentent déjà de rendre les peintres céramistes va, au début du ~ vie siècle, gagner les frontons de l'Acropole (fronton de L'Apothéose d'Héraclès, ~ 580-~ 570, et le fronton de l'ancien temple d'Athéna : Lutte d'Héraclès et de Triton, ~ 570-~ 560) où les plans se multiplient (haut-relief) et engendrent des compositions beaucoup plus animées qui conviennent mieux aux thèmes représentés. Cette recherche aboutira à la fin de l'archaïsme à la réalisation des sculptures des trésors de Delphes, et les frontons du temple d'Égine s'orneront de figures qui, pour la première fois, se détacheront du fond tympanal et constitueront la première série de statues en ronde bosse conçues pour un décor architectural.

Cette évolution technique, qui s'effectue en moins de deux siècles dans le décor architectural, permettra désormais aux sculpteurs de combiner les différentes formules conçues pour animer davantage un monument. Ainsi, les métopes du Parthénon seront exécutées en haut relief, la frise ionique en bas relief, tandis que les figures des frontons sont détachées du fond. Pour les stèles et les petits monuments, votifs, funéraires, ou concernant la vie civique, le même développement se remarque au cours des ~ vie et ~ ve siècles, et les thèmes représentés, dégagés des contraintes techniques, seront de plus en plus libres dans leur composition, comme dans le rendu des figures et de leurs attitudes. On pourrait considérer que les sculpteurs grecs ont atteint une totale aisance dans le travail du relief au milieu du ~ ive siècle. Le tambour de colonne, que Scopas aurait exécuté alors pour le temple d'Éphèse, est orné d'une ronde dont l'un des personnages, représenté de dos, semble s'enfoncer dans le relief. Cette audace sera reprise dans les frises de l'autel de Zeus à Pergame (~ 180 env.), qui marque le véritable achèvement de la sculpture en relief à l'époque hellénistique.

Stèle de Phainippos et Mnésarétè - crédits :  Bridgeman Images

Stèle de Phainippos et Mnésarétè

Groupe d’Athéna, frise du Grand Autel de Pergame - crédits : Erich Lessing/ De Agostini/ Getty Images

Groupe d’Athéna, frise du Grand Autel de Pergame

— Martine Hélène FOURMONT

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : archéologue, rédacteur en chef de la Revue archéologique, ingénieur du C.N.R.S., Institut de recherche sur l'architecture antique, Centre de documentation photographique et photogrammétrique

Classification

Pour citer cet article

Martine Hélène FOURMONT. RELIEF, sculpture [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

Stèle de Phainippos et Mnésarétè - crédits :  Bridgeman Images

Stèle de Phainippos et Mnésarétè

Groupe d’Athéna, frise du Grand Autel de Pergame - crédits : Erich Lessing/ De Agostini/ Getty Images

Groupe d’Athéna, frise du Grand Autel de Pergame

Autres références

  • ABYDOS

    • Écrit par
    • 2 681 mots
    • 4 médias
    ...rois, bien qu'incomplète, est une des sources historiographiques les plus importantes pour la chronologie égyptienne. Toutes ces représentations, en léger relief rehaussé de couleurs qui ont gardé leur éclat, constituent par leur finesse, leur précision, leur équilibre et leur élégance, un des sommets de...
  • ACROPOLE D'ATHÈNES

    • Écrit par
    • 8 215 mots
    • 9 médias
    ...la divinité, diviniser l'homme, faire affleurer – ici miroiter dans le marbre – ce qu'il y a de divin en lui. Que représente cette frise en très bas relief, aux rythmes divers subtilement enchaînés, avec cette cavalcade d'éphèbes, ces prêtres, ces quelques jeunes filles – trois cent soixante personnages...
  • ACROTÈRE

    • Écrit par
    • 473 mots

    Élément décoratif, géométrique, végétal ou figuré, placé au faîte et aux angles des édifices antiques et dont la silhouette se profilait sur le ciel. Dans l'architecture grecque, l'acrotère apparaît avec les temples primitifs de Crète où, dès la fin du ~ viiie siècle,...

  • AFGHANISTAN

    • Écrit par , , , , , , et
    • 37 316 mots
    • 19 médias
    Les modeleurs sont intervenus pour décorer de reliefs historiés deux salles du palais, autant qu'on peut le comprendre en examinant les débris tombés au pied des murs, parmi lesquels on retrouve des fragments de membres, bras et jambes nues, des morceaux de draperies assez hellénistiques, et même des...
  • Afficher les 49 références