RÉGIME PRÉSIDENTIEL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Régime présidentiel et régime parlementaire

Une des idées les plus répandues dans le public, même politiquement cultivé, est que, par opposition au régime parlementaire, le régime présidentiel conférerait à l'exécutif incarné dans le président une sorte de toute-puissance, ce qui conduit souvent à mettre en cause le caractère démocratique de ce régime.

L'exemple américain, auquel il faut toujours revenir, prouve cependant le contraire. Sans doute le président des États-Unis est-il la pièce maîtresse du système politique et ses pouvoirs sont-ils très importants. Mais ils se trouvent à la fois limités et contrôlés, et cela pour deux raisons essentielles (même si l'on fait abstraction du fédéralisme) : tout d'abord les Chambres demeurent détentrices exclusives du pouvoir législatif et du pouvoir budgétaire sans que le président puisse se passer d'elles et sans qu'il puisse les contraindre à s'incliner devant lui ; d'autre part, la faiblesse du système de partis dont peut se contenter un régime présidentiel, dans lequel le soutien quotidien de l'Assemblée au cabinet n'est pas nécessaire, ne met pas à la disposition du président la mécanique d'un parti discipliné. « Si le régime présidentiel aboutit à un gouvernement stable, il n'aboutit pas nécessairement à un gouvernement fort » (M. Duverger).

Paradoxalement, la situation d'un Premier ministre dans un régime parlementaire de type britannique apparaît comme plus forte que celle du chef de l'État en régime présidentiel. La raison en est que le véritable two-party system, dont la Grande-Bretagne offre le modèle, a pour effet de conférer au parti victorieux aux élections législatives un mandat qu'il exerce en divisant son travail politique en deux formations qui ont pour chef unique le Premier ministre : le gouvernement et la majorité parlementaire ne sont que deux « sections » du parti au pouvoir. En fait, toute séparation traditionnelle des pouvoirs est abolie dans un tel régime puisque l'exécutif et la majorité du législatif sont indissolublement liés. La responsabilité du gouvernement devant la Chambre des communes n'a [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-II et à l'Institut d'études politiques, ancien président du Conseil constitutionnel

Classification

Autres références

«  RÉGIME PRÉSIDENTIEL  » est également traité dans :

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période gaullienne (1958-1969)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 8 834 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « L'adoption de la nouvelle Constitution »  : […] Les députés doivent donc accepter de remettre le pouvoir constituant au général, dans des conditions d'ailleurs non conformes aux textes puisque, pour modifier la Constitution de 1946, le processus était normalement très long et difficile. Les députés, craignant une dérive vers un régime autoritaire comme en 1940, vont mettre des conditions pour encadrer le processus de refonte des institutions. […] Lire la suite

CONSTITUTION FRANÇAISE DE 1791

  • Écrit par 
  • Nicolas NITSCH
  •  • 485 mots

Première constitution écrite de France, la Constitution du 3 septembre 1791 inclut la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen du 26 août 1789. C'est dire qu'elle incarne les idéaux de la Révolution dans leur forme originelle. Rédigée par l'Assemblée nationale constituante, elle reflète les grandes idées de l'époque : le droit de vote, la souveraineté nationale, les limitations apportées à […] Lire la suite

CONSTITUTION DE LA Ve RÉPUBLIQUE (France)

  • Écrit par 
  • Arnaud LE PILLOUER
  •  • 3 427 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un Parlement étouffé »  : […] Il convient de souligner que les régimes parlementaires tendent tous, en ce début du xxi e  siècle, à accorder une place prépondérante à l'exécutif. Les majorités parlementaires sont de plus en plus structurées, homogènes, et peu enclines à se disloquer en cours de législature. Dès lors, les coalitions gouvernementales (quand ce n'est pas un parti seul qui dispose d'une majorité) s'avèrent d'une […] Lire la suite

CONVENTION ÉLECTORALE AMÉRICAINE

  • Écrit par 
  • Marie-France TOINET
  •  • 704 mots

Aux États-Unis, la convention est le congrès d'une organisation, par exemple un parti politique. Les deux grands partis nationaux (le Parti républicain et le Parti démocrate) sont en fait composés d'une multitude de partis locaux qui ont leurs intérêts et leur vie propres. C'est ainsi que, au niveau de chaque État, les partis, avant tout organismes électoraux, se réunissent régulièrement pour dési […] Lire la suite

ÉGYPTE - L'Égypte républicaine

  • Écrit par 
  • Sandrine GAMBLIN, 
  • Robert SANTUCCI
  •  • 36 086 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Anouar Sadate maître du terrain »  : […] Débarrassé de ses rivaux, le nouveau raïs annonce, le 15 mai, des élections libres, de nouvelles institutions, un nouvel État. Symboliquement, il fait brûler des enregistrements téléphoniques dans la cour du ministère de l'Intérieur et donne le premier coup de pioche pour la démolition du pénitencier de Tourah. Plusieurs centaines de Frères musulmans sont libérés, et 112 magistrats écartés en 1969 […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - La démocratie institutionnelle

  • Écrit par 
  • Serge HURTIG
  • , Universalis
  •  • 10 415 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le Congrès »  : […] Composé du Sénat (deux membres par État, élus pour six ans et renouvelables par tiers, soit un total de 96 jusqu'en 1958, de 100 depuis l'admission de l'Alaska et de Hawaii au rang d'États membres de l'Union) et de la Chambre des représentants (435 membres élus pour deux ans, répartis proportionnellement à la population de chaque État), le Congrès des États-Unis continue lui aussi à fonctionner s […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - La France d'aujourd'hui

  • Écrit par 
  • Serge BERSTEIN
  •  • 6 682 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Un nouveau système politique »  : […] La nouvelle Constitution, rédigée durant l'été de 1958 et adoptée par les Français en septembre, se réclame du principe républicain de la souveraineté de la nation constatée par le suffrage universel, des libertés individuelles définies par la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 et de l'énoncé des droits sociaux contenu dans le préambule de la Constitution de 1946. Mais, à par […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2000

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 2 817 mots

Dans le chapitre « Le référendum sur le quinquennat, crise de la participation politique ? »  : […] Au-delà du jeu des partis et de l'équilibre entre les camps, une désaffection envers la classe politique gagne les électeurs. Les études d'opinion montrent que, si les attentes envers la politique demeurent toujours aussi fortes, l'érosion de la confiance envers les hommes politiques pour améliorer la condition des gens et prendre en compte leurs problèmes ne cesse de s'effriter depuis au moins di […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 1997

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 2 880 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'affaiblissement élyséen »  : […] Au soir du second tour des élections législatives, le 1 er  juin 1997, la droite se voit privée, vraisemblablement pour cinq ans, du pouvoir qu'elle exerçait sans partage depuis quatre années. Elle a perdu son chef en même temps que sa majorité. Certes, le président de la République doit exercer son mandat jusqu'en 2002. Mais il apparaît comme le principal instigateur de la déroute de son camp et […] Lire la suite

GAULLE CHARLES DE (1890-1970)

  • Écrit par 
  • Jean LACOUTURE
  •  • 7 636 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Le renouveau »  : […] Trois tâches s'imposent d'emblée : rebâtir l'État, rétablir la monnaie, et trouver une issue à la guerre d'Algérie. Celle-ci le sollicite d'abord. Dès le 4 juin, il est sur le Forum d'Alger – où a jailli la source de son nouveau pouvoir. A-t-il vraiment un projet algérien ? Ce qui est clair, c'est qu'il a d'abord considéré l'affaire algérienne comme un explosif susceptible de faire sauter les bar […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

Maldives. Élections législatives. 6 avril 2019

, Mohamed Nasheed est rentré dans son pays en novembre 2018 après l’annulation de sa condamnation par la Cour suprême. Il promet un retour à la démocratie et la suppression du régime présidentiel instauré par la Constitution d’août 2008. […] Lire la suite

Venezuela. Blocage aux frontières de l’aide humanitaire. 4-28 février 2019

l’organisation d’un scrutin présidentiel. D’autres États les imiteront au cours du mois. Le 7, l’aide humanitaire envoyée par les États-Unis commence à arriver dans la ville frontalière de Cúcuta, en Colombie. Nicolás Maduro qui nie l’existence d’une crise humanitaire dans son pays, la rejette […] Lire la suite

Turquie. Adoption de la réforme constitutionnelle instituant un régime présidentiel. 21 janvier 2017

Le Parlement adopte le projet de réforme constitutionnelle qui institue un régime hyper-présidentiel, rompant avec le système politique établi en 1923 par Mustafa Kemal, fondateur de la Turquie moderne. Le Parti de la justice et du développement et le Parti d’action nationaliste réunissent […] Lire la suite

Turquie. Victoire de l’A.K.P. aux élections législatives. 1er novembre 2015

des actions violentes par le Parti des travailleurs du Kurdistan. Le renforcement de la répression de la rébellion kurde par le pouvoir a par ailleurs séduit une partie de l’électorat nationaliste. L’A.K.P. ne dispose toutefois pas de la majorité qualifiée qui lui permettrait de modifier la Constitution en vue d’instituer un régime présidentiel. […] Lire la suite

Turquie. Revers pour l’A.K.P. aux élections législatives. . 7 juin 2015

politique depuis 2002. L’instauration d’un régime présidentiel prônée par Recep Tayyip Erdogan nécessitait que son parti obtienne une majorité des deux tiers – pour faire modifier la Constitution par le Parlement –, ou au moins 330 sièges pour être en mesure d’organiser un référendum sur le sujet. Les pouvoirs du chef de l’État sont honorifiques. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Georges VEDEL, « RÉGIME PRÉSIDENTIEL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/regime-presidentiel/