LULLE RAYMOND (1233 env.-1316)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La doctrine lullienne

Entre le non-être et l'être : l'agir

L'expérience pluriconfessionnelle de Lulle l'amène à fonder sa doctrine sur des critères philosophiques qui puissent être acceptés par les trois grandes religions du Livre. Sa conviction d'avoir reçu d'en haut, par une faveur spéciale de la divinité, sa méthode de raisonnement explique qu'il ne sente presque jamais le besoin de mélanger à son discours des arguments empruntés explicitement à d'autres philosophes, ou aux théologiens. Il greffe néanmoins sa réflexion sur les raisonnements formant l'axe de la tradition augustiniano-anselmienne ; mais, en les faisant siens, il y introduit trois nouveautés différentielles : la théorie des « dignités », celle des « corrélatifs », la notion d'agentia.

Par les dignités, il explique l'unité divine, mais raisonne sur la diversité intrinsèque de l'agir divin et sa pluralité extrinsèque. Grâce à la théorie des corrélatifs, il décompose l'action, quelle qu'elle soit, divine, humaine, matérielle, en trois constitutifs – l'« agissant », l'« agible », l'« agir » –, dont elle est le point de convergence et qui constituent le nexus de l'être ; il prétend ainsi subordonner à l'agir l'être lui-même et l'exister. L'être, n'ayant de statut qu'agissant, apparaît dans la philosophie lullienne comme discontinu ; et le non-être, sous l'apparence du non-faire, y sera doué d'une « réalité » toute particulière. Au fond des explications que Lulle propose de l'agir souverain, de l'agir humain et de l'agir naturel, il y a toujours un combat entre l'être, qui entend demeurer, et le non-être – dont toute chose est tirée –, qui entend réabsorber les étants dans une otiositas totale.

Ce tiraillement donne à toute la philosophie lullienne une couleur particulièrement dramatique. La trilogie divine, elle, est pur agir. La trilogie humaine, ou n'importe quelle trilogie créée, lorsqu'elle est véritablement, n'est qu'agir, mais les inactions réduisent au non-être l'inactif. La nature, subordonnée à l'homme, peut être condamnée à l'oisiveté anéantissante lorsque celui-ci la détourne de sa propre finalité. Et l'homme lui-même ne peut jamais dominer totalement son penchant co-essentiel pour le retour au non-être dont il est sorti. Le drame de la situation de l'homme, à mi-chemin entre l'être et le non-être, est manifeste. Et, par conséquent, est manifeste aussi l'altérité infinie de l'Autre dans la mystique lullienne : le néant dont l'homme est porteur ne saurait se confondre, s'unifier avec l'Agissant plus que parfait, c'est-à-dire Dieu.

Ainsi, le fin mot de la mystique de Raymond Lulle est l'établissement d'un rapport purement agentiel entre la créature et le créateur, et ce rapport est établi par la parole et par elle seule, au-dessus d'une infinie distance. Car la parole, formulée par l'agir trilogique qu'est l'homme, est la seule réalité qui échappe totalement au non-faire, la seule donc qui convienne à la perfection de la suprême trilogie. Par cette sauvegarde farouche de la distance entre Dieu et l'homme et par cette vision d'un dynamisme outrancier (qui va bien au-delà d'un simple trinitarisme) – tout aussi bien que par l'insistance sur le rôle des épiphanies divines (les « dignités »), sur l'universelle positivité d'un néant qui précède l'être et l'absolue négativité d'un néant qui l'annihile –, l'œuvre de Lulle, tout en demeurant chrétienne, manifeste franchement sa vocation d'intégrer certains types de réflexion musulmane et juive.

La médiation de l'homme

Cette synthèse suppose un cheminement et un aboutissement pratique au-delà d'elle-même. La réflexion philosophique de Lulle est précédée du désarroi éprouvé par celui qui, voulant se tenir sur une voie, se trouve placé au milieu d'un carrefour. La découverte quasi simultanée de son existence propre et de l'Être divin ébranle alors la faculté de penser. C'est le premier émerveillement qui ouvre la voie du philosopher ou de la quête de merveilles. Chacun a conscience de sa propre existence : seul celui qui connaît la relation entre l'idée de Dieu et l'idée de soi se réjouit d'une joie dont la splendeur illumine les profondeurs de l'esprit.

Cette première réflexion philosophique est, en réalité, la captation d'un message, par lequel se manifeste en l'homme la présence du signe de l'Infini solitaire. La sagesse ne consiste dès lors qu'en la formulation, en langage, de ce signe muet. Ce langage éclaire le monde et en perce les secrets ; il situe celui qui le parle au milieu d'une trilogie préétablie, dont les trois termes sont Dieu, l'homme, le monde. Ainsi, l'homme rend intelligibles les perfections de Dieu au monde, qui, incapable de les manifester clairement, n'en montre que les vestiges ; il ne crée ni Dieu ni le monde, mais dialogue avec la vie divine, en l'humanisant, et avec le monde, qu'il divinise.

La doctrine des dignités porte ce dialogue. L'Ars magna ne fait que lui fournir une rigueur scientifique et un fondement logique, car il est surtout un contenant, ce qui explique que la Renaissance l'ait fait sien pour le remplir de mille contenus divers. La théorie des corrélatifs sert à tenir ensemble la totalité du discours, de l'intuition première à la formulation dernière. Mais elle sert aussi à expliquer philosophiquement la perfectibilité du sujet, qui n'est qu'agissant et dont la nature trilogique est portée par une constante : celle du désir né de l'appel. L'appel de la perfection dans l'être est co-essentiel à l'esprit (défini par l'agir), qui ne sera que pour approcher le plus possible la perfection agentielle des dignités divines dont il a l'idée et qui sont les causes et archétypes de ses propres perfections.

« Personnes communes » et circulation de vie

À côté de cette philosophie, la science de Raymond Lulle est l'instrument que le sage se donne pour déceler d'abord, puis pour mettre en lumière l'omniprésence d'un agir unificateur et des dignités. Qu'il parle des principes du droit, de ceux de la médecine ou des mathématiques, qu'il traite du chaos initial ou de la cité ordonnée, Lulle montre que, en deçà des postulats de chaque science, l'intellect humain peut et doit trouver des critères constants et harmonieux capables de fonder en l'unité la diversification des sciences et leur convergence ultime. La société lullienne est le résultat logique de toute cette philosophie.

Pour la construire, Lulle recourt à la théorie des « personnes communes », qui découle directement de celles des dignités et des corrélatifs. Il faut entendre par persona communis toute personne ayant autorité sur un groupe. À la manière du tronc d'un arbre, qui véhicule la sève et contient la potentialité de toute floraison et germination, chaque personne c [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite de philosophie politique, universités de Paris-I et de Toulouse-II

Classification

Autres références

«  LULLE RAYMOND (1233 env.-1316)  » est également traité dans :

CATALOGNE

  • Écrit par 
  • Mathilde BENSOUSSAN, 
  • Christian CAMPS, 
  • John COROMINAS, 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Robert FERRAS, 
  • Jean MOLAS, 
  • Jean-Paul VOLLE
  •  • 22 415 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Chevaliers et bourgeois »  : […] Vers la seconde moitié du xiii e  siècle, une nouvelle classe, la bourgeoisie, qui était née à la faveur de la crise de la féodalité et de l'expansion progressive de ce qu'on a appelé la révolution mercantile, acquit une influence qui se fit de plus en plus décisive sur la marche du pays. Elle a remis en question les formes culturelles et linguistiques en vigueur jusqu'alors. Le latin a commencé à […] Lire la suite

DIALOGUE

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD, 
  • Robert MISRAHI
  •  • 4 421 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La relation dialoguée des mystiques »  : […] C'est, paradoxalement, chez les mystiques que l'on trouve, fécondé, le meilleur, quant à son contenu, de l'inspiration platonicienne. Le néo-platonicien Plotin (Alexandrin du ii e  s.) avait déjà, dans les Ennéades , symbolisé la relation de l'âme individuelle avec l'Un (substance ultime et unifiante de la totalité du cosmos) par la relation « érotique » de deux âmes, assoiffées l'une de l'autre e […] Lire la suite

LOGIQUE

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ, 
  • Jan SEBESTIK
  •  • 12 997 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Raymond Lulle »  : […] En marge de la scolastique, Raymond Lulle pensait avoir trouvé, par son Grand Art , le moyen de convertir infailliblement les infidèles. S'il n'y a rien à retenir de sa technique, qui a été souvent moquée et qui frise en effet le ridicule, du moins l'idée d'une mécanisation des opérations logiques allait-elle, par de tout autres moyens, faire ensuite son chemin. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Louis SALA-MOLINS, « LULLE RAYMOND (1233 env.-1316) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/raymond-lulle/