LULLE RAYMOND (1233 env.-1316)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sources multiples du lullisme

Il est particulièrement difficile d'analyser les sources précises d'une pensée aussi originale que celle de Lulle. Toutefois, on peut la rattacher légitimement à la tradition augustiniano-anselmienne, et il est indéniable que, par des chemins qui restent à défricher, Boèce et Denys l'Aréopagite marquent à leur tour cette pensée. Plus près historiquement, c'est aux victorins, et notamment à Richard, que Lulle doit l'inspiration de son trinitarisme. Il connaît aussi le Liber sententiarum de Pierre Lombard et, parmi les Arabes, al-Ghazālī, dont il traduit la logique, Avicenne et, surtout, Averroès qu'il combat avec beaucoup de zèle. Il emprunte à la littérature soufie la forme particulière du Livre de l'ami et de l'aimé ; et c'est pour montrer aux Arabes que le centième nom de Dieu n'est en rien supérieur aux quatre-vingt-dix-neuf autres qu'il écrit Les Cent Noms de Dieu. Il montre dans Le Livre du gentil et des trois sages qu'il connaît assez les différents courants de pensée qui s'affrontent, en son temps, au sein du judaïsme, d'une part, de l'islamisme, d'autre part. Mais, en autodidacte formé loin des grands centres intellectuels de l'époque, il profite de tout et, si la forme de sa pensée est décidément moderne, il apparaît, par son enracinement didactique, comme un « ancien ». L'influence de la culture arabe sur Lulle est indéniable, mais on ne peut accepter la thèse de l'arabisation radicale du penseur catalan ; pas davantage celle qui relie à Bonaventure, voire à Bernard de Clairvaux, la mystique lullienne. Le débat reste ouvert, selon certains, quant à l'influence sur celle-ci de Jean Scot. Dans l'état actuel des recherches, il faut retenir, pour expliquer cette curieuse pensée, les noms et les courants mentionnés ; mais surtout, d'une façon moins formelle et combien plus frappante, la confluence des trois cultures dans la Majorque du xiiie siècle et l'arrivée en Catalogne et aux Baléares du courant littéraire et culturel occitan qui, refoulé hors de son lieu naturel par la lutte des papes et des rois de France contre le Midi, se repliait à l'ombre des maisons royales de Barcelone et de Palma. Les rimes de Raymond Lulle sont provençales, provençaux les modèles de sa langue, provençales encore les images et les conventions de son langage mystique.

Lulle mort, les cénacles du lullisme ne tardèrent pas à se former. Et si toute une lignée de pseudo-Lulles manipula l'Ars et transforma son auteur en astrologue ou en distillateur d'élixirs de jouvence, le lullisme féconda généreusement la renaissance italienne et française. Giordano Bruno et Pic de La Mirandole, d'un côté, Lefèvre d'Étaples et Raymond de Sebonde, de l'autre, pour ne citer que ceux-là, l'utilisent, le commentent et l'expliquent. Mais c'est en Allemagne – avec Nicolas de Cues, qui étudie à fond l'œuvre de Lulle dont la sienne est profondément marquée ; beaucoup plus tard, avec Leibniz, dont l'admiration pour la combinatoire est bien connue ; avec, enfin, la grande édition mayencienne de nombreux traités de Lulle – que cette pensée originale a franchi le cap de la Renaissance et intéressé la philosophie moderne.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite de philosophie politique, universités de Paris-I et de Toulouse-II

Classification

Autres références

«  LULLE RAYMOND (1233 env.-1316)  » est également traité dans :

CATALOGNE

  • Écrit par 
  • Mathilde BENSOUSSAN, 
  • Christian CAMPS, 
  • John COROMINAS, 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Robert FERRAS, 
  • Jean MOLAS, 
  • Jean-Paul VOLLE
  •  • 22 415 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Chevaliers et bourgeois »  : […] Vers la seconde moitié du xiii e  siècle, une nouvelle classe, la bourgeoisie, qui était née à la faveur de la crise de la féodalité et de l'expansion progressive de ce qu'on a appelé la révolution mercantile, acquit une influence qui se fit de plus en plus décisive sur la marche du pays. Elle a remis en question les formes culturelles et linguistiques en vigueur jusqu'alors. Le latin a commencé à […] Lire la suite

DIALOGUE

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD, 
  • Robert MISRAHI
  •  • 4 421 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La relation dialoguée des mystiques »  : […] C'est, paradoxalement, chez les mystiques que l'on trouve, fécondé, le meilleur, quant à son contenu, de l'inspiration platonicienne. Le néo-platonicien Plotin (Alexandrin du ii e  s.) avait déjà, dans les Ennéades , symbolisé la relation de l'âme individuelle avec l'Un (substance ultime et unifiante de la totalité du cosmos) par la relation « érotique » de deux âmes, assoiffées l'une de l'autre e […] Lire la suite

LOGIQUE

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ, 
  • Jan SEBESTIK
  •  • 12 997 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Raymond Lulle »  : […] En marge de la scolastique, Raymond Lulle pensait avoir trouvé, par son Grand Art , le moyen de convertir infailliblement les infidèles. S'il n'y a rien à retenir de sa technique, qui a été souvent moquée et qui frise en effet le ridicule, du moins l'idée d'une mécanisation des opérations logiques allait-elle, par de tout autres moyens, faire ensuite son chemin. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Louis SALA-MOLINS, « LULLE RAYMOND (1233 env.-1316) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/raymond-lulle/