EMERSON RALPH WALDO (1803-1882)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le père du romantisme américain

Au confluent de deux traditions également prolixes, celle du puritanisme et celle du romantisme, Emerson a beaucoup écrit. Il convient donc de classer et de trier dans sa production littéraire.

L'auteur inspiré apparaît dans les œuvres en prose de sa jeune maturité, Nature (1836), The American Scholar (L'Intellectuel américain, 1837), The Divinity School Address (Discours devant la faculté de théologie, 1838), Essays, First Series (Essais, première série, 1841), Essays, Second Series (Essais, deuxième série, 1844). Alternativement hymne à la toute-puissance de l'homme et rappel de sa dignité, avec les obligations qui en découlent, ce premier groupe d'écrits constitue une sorte de charte du romantisme américain. La sensibilité s'allie à la ferveur, la volonté d'indépendance à la rectitude morale pour faire surgir l'image d'un homme nouveau, en qui s'accomplira la destinée de notre espèce.

Déjà, pourtant, le second livre d'Essais reconnaissait les infranchissables limites de la nature humaine (« Expérience »). Dans les ouvrages qui suivent, Representative Men (Hommes représentatifs, 1850), English Traits (L'Âme anglaise, 1856), The Conduct of Life (La Conduite de la vie, 1860), Emerson, tout en conservant le substrat spirituel de sa pensée, s'attache davantage à suggérer le poids et l'épaisseur du réel. L'élan lyrique est brisé au profit d'une robustesse inattendue. Le portrait de l'Angleterre dans English Traits, brossé à larges traits et fouillé comme une miniature, illustre bien ce difficile mariage de l'idée et de l'observation.

Paradoxalement ce n'est pas dans sa poésie qu'Emerson réussit à être le plus original. Les Poems qu'il publie en 1847 sont tendus, elliptiques, richement suggestifs parfois, mais ils n'évitent ni la raideur ni la rugosité. Un excès de pudeur paralyse l'émotion, sauf dans les rares morceaux (« Days », « Brahma ») où l'expérience individuelle se dépouille assez pour atteindre naturellement à l'universel.

Ce jaillissement étouffé che [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur de littérature et civilisation des États-Unis à l'université de Lyon-II

Classification

Autres références

«  EMERSON RALPH WALDO (1803-1882)  » est également traité dans :

CAVELL STANLEY (1926-2018)

  • Écrit par 
  • Sandra LAUGIER
  •  • 1 176 mots
  •  • 1 média

Né 1 er  septembre 1926 à Atlanta (Georgie), Stanley Cavell, après avoir étudié et enseigné à Harvard et à Berkeley, est devenu professeur à Harvard University, où s'est déroulée toute sa carrière. Il représente, par sa revendication d'une voix philosophique de l'Amérique, un courant tout à fait original de la pensée américaine contemporaine. On a tendance, depuis que le positivisme logique vienno […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 6 285 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Sources : du puritanisme au transcendantalisme »  : […] Il est à peine besoin de dire que les puritains de la Nouvelle Angleterre obéissaient à une inspiration que nourrissait leur double refus de l'Église catholique romaine et de l'aristotélisme. Leur platonisme, lui-même expression de ce refus, contribua à forger un idéal d'indépendance qui s'illustra dans leur conception de la communauté. Il s'articula à d'autres sources qui, comme la lecture de Bac […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Marc CHÉNETIER, 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yves-Charles GRANDJEAT, 
  • Jean-Pierre MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉTILLON, 
  • Bernard POLI, 
  • Claudine RAYNAUD, 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 40 198 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Continuités et ruptures »  : […] Le transcendantalisme peut tenir ses instruments (rôles de l'entendement, de la raison, des différentes formes d'imagination) de la métaphysique européenne, mais sa problématique est bien héritée des puritains et unitariens. Emerson entend substituer l'intuition à la tradition, la révélation individuelle à la religion héritée, s'interdire d'errer parmi « les ossements desséchés du passé », exiger […] Lire la suite

NATURE WRITING, littérature

  • Écrit par 
  • Yves-Charles GRANDJEAT
  •  • 3 697 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une célébration de la nature »  : […] La représentation de l’Amérique comme tabula rasa où tout redevient possible, y compris l’expérience directe du divin et de la vérité, dans le cadre d’une nature non domestiquée, se trouve au cœur de la pensée des philosophes et écrivains transcendantalistes, Ralph Waldo Emerson et son disciple, Henry David Thoreau, figures tutélaires des écrivains de la nature américains contemporains. Dans son […] Lire la suite

THOREAU HENRY DAVID (1817-1862)

  • Écrit par 
  • Michel GRANGER
  •  • 2 196 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'intellectuel américain  »  : […] C'est au village de Concord, près de Boston, que Thoreau naît le 12 juillet 1817 et passe sa vie. Après des études à Harvard, il devient brièvement instituteur, puis décide de ne plus travailler que de façon discontinue, dans la fabrique familiale de crayons, chez Ralph Waldo Emerson comme factotum, pour le compte de fermiers ou en tant qu'arpenteur. Cette existence indépendante lui laisse le lois […] Lire la suite

TRANSCENDANTALISME

  • Écrit par 
  • Paul GILBERT
  •  • 939 mots

Transcendantalisme dépend de « transcendantal », mot qui a été inventé au début du xiv e  siècle pour distinguer de « transcendant » (est transcendant « tout objet qui est objet pour la conscience, vers lequel la conscience „s'éclate“ » [Sartre]) les caractéristiques (un, vrai, bon) qui appartiennent à tout étant, objectif ou subjectif. La théorie des transcendantaux a été développée au Moyen Âge, […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Maurice GONNAUD, « EMERSON RALPH WALDO - (1803-1882) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ralph-waldo-emerson/