TAGORE RABĪNDRANĀTH (1861-1941)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Expérience spirituelle : amour et épreuve

À la mort de sa mère, vers l'âge de quatorze ans, Rabindranāth trouva la première personnification de l'amour humain chez une de ses belles-sœurs. Un jour, en 1883, Rabindranāth eut la révélation que l'amour humain ne faisait qu'un avec celui de la nature et de Dieu : « Le soleil se levait lentement au-dessus des feuilles [...] ; soudain un rideau semblait disparaître devant mes yeux. Je trouvai le monde entier baigné d'une gloire ineffable, des vagues de joie et de beauté éclatante et déferlant de tous côtés [...]. Il n'y avait rien ni personne que je n'aimais pas à ce moment-là [...]. Dans la totalité de ma vision, je semblais être témoin des mouvements du corps de toute l'humanité, et sentir la musique et le rythme d'une danse mystique. » (Jīvan-smriti, 1912) [Réminiscences]. Ce fut la genèse du poème « Le Réveil de la source ».

En 1884, le suicide de sa belle-sœur, qui le bouleversa, lui fut une expérience fondamentale : il fallait renoncer à l'amour du particulier pour mieux aimer l'humanité entière, la nature et Dieu. Les événements tragiques de sa vie, loin de l'aigrir, élargissaient l'horizon de son humanisme théiste. Devant la mort qui frappait cruellement autour de lui – entre 1902 et 1918, lui sont arrachés sa femme, trois de ses enfants ainsi que son père – il se sentait comme une fleur qui, perdant ses pétales un à un, deviendrait graduellement un fruit que la Mort viendrait cueillir à sa pleine maturité, en offrande au seigneur de la Vie.

Doué d'une vitalité débordante et d'un corps aussi exceptionnellement robuste que beau, Rabindranāth hébergeait dans son cœur la révolte et l'impétuosité du Bengali. Il dénonçait, aussi bien dans ses poèmes que dans sa vie, « celui qui commet l'injustice et celui qui la tolère », et sa prière était : « Que Ta haine puisse les consumer comme brins d'herbe sauvage. » La vaste sérénité, la maîtrise de soi et la résignation devant Dieu qu'il avait héritées de son père lui conféraient une rare grandeur. Pour lui la mort n'avait pas de mystère. Il ne fuyait pas la souffrance. Parmi s [...]



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : docteur d'État (histoire), chargé de recherche au département d'ethnomusicologie, Lacito, C.N.R.S., Paris

Classification


Autres références

«  TAGORE RABINDRANATH (1861-1941)  » est également traité dans :

L'OFFRANDE LYRIQUE, Rabindranath Tagore - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Prithwindra MUKHERJEE
  •  • 806 mots
  •  • 1 média

Parue en 1913, L'Offrande lyrique (Gītānjali) du poète indien Rabindranath Tagore (1861-1941), Prix Nobel de littérature la même année, est essentiellement ressentie par les Européens, dans le contexte de la Première Guerre mondiale, comme une invitation à soutenir les valeurs essentielles de l'existence humaine. Pour les lecteurs indiens, cet ouvrage représ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-offrande-lyrique/#i_29141

BENGALI LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • France BHATTACHARYA, 
  • Jharna BOSE
  •  • 5 137 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le roman »  : […] Le roman, inspiré des maîtres anglais de l'époque, fut d'abord la peinture d'une société ; elle s'accompagnait d'une intention moralisante. Tekchānd Thākour et Kaliprasanna Sinha sont les premiers maîtres du récit. Avec Bankim Chandra Chatterji (1838-1894), le roman se fait historique. On y sent passer un souffle patriotique d'une grande vigueur. Dans Ānanda Maṭh , il donne aux nationalistes indie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-bengali/#i_29141

CRESTON PAUL (1906-1985)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 994 mots

Le compositeur américain Paul Creston représentait la tendance traditionnelle de la musique aux États-Unis ; mais, malgré une abondante production et une activité importante dans le monde musical américain, sa renommée a tardé à s'étendre de l'autre côté de l'Atlantique. D'origine italienne, Paul Creston, de son vrai nom Giuseppe Guttoveggio, voit le jour à New York le 10 octobre 1906. Il étudie l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-creston/#i_29141

INDE (Arts et culture) - Langues et littératures

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Jacqueline FILLIOZAT, 
  • François GROS
  •  • 10 532 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Réalisme et poésie »  : […] Avec Mulk Raj Anand (1905-2004), le roman indien puise aux sources du réalisme européen des années 1930. Inspiré par une esthétique marxiste, Anand dénonce l'exploitation sociale fondée sur le système des castes dans Untouchable (1935) et Coolie (1936). Dans son roman philosophique The Serpent and the Rope ( Le Serpent et la corde , 1960), Raja Rao (1908-2006) amorce une recherche au carrefour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-langues-et-litteratures/#i_29141

INDE (Arts et culture) - L'art

  • Écrit par 
  • Raïssa BRÉGEAT, 
  • Marie-Thérèse de MALLMANN, 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 49 132 mots
  •  • 62 médias

Dans le chapitre « Le « Calcutta Group » »  : […] Par sa position géographique, Calcutta eut particulièrement à souffrir des conséquences de la partition. Le Calcutta Group, un autre collectif d’artistes, est né de la prise de la conscience du tragique de la condition du paysan indien lors de la famine de 1943. Les membres fondateurs en furent les sculpteurs Pradosh Dasgupta, son épouse Kamala, les peintres Gopal Ghosh, Nirode Mazumdar, Paritosh […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-l-art/#i_29141

RAY SATYAJIT (1921-1992)

  • Écrit par 
  • Charles TESSON
  •  • 1 258 mots
  •  • 1 média

L'Inde est un pays connu pour être le plus gros producteur de films au monde, à travers deux centres (Madras et Bombay) qui distillent des œuvres mythologiques ou d'action, chantées ou dansées. Satyajit Ray s'est toujours tenu éloigné des règles de l'industrie du cinéma commercial et a choisi de demeurer fidèle à sa ville (Calcutta, où il naît en 1921), à sa région (le Bengale), à sa langue et à s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/satyajit-ray/#i_29141

Pour citer l’article

Prithwindra MUKHERJEE, « TAGORE RABĪNDRANĀTH - (1861-1941) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rabindranath-tagore/