JUIVE QUESTION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Expression apparue à l'époque des Lumières, en Allemagne, lorsque se posa, à la fois sur le plan idéologique et sur le plan politique, le problème de l'émancipation des Juifs d'Occident.

Idéologiquement, la question juive se trouve ouverte en Allemagne à travers l'activité de C. W. Dohm, auteur du manifeste Über die Bürgliche Verbesserung der Juden (1781), ainsi que par Lessing (Nathan der Weise), et en France par les démarches et écrits de l'abbé Grégoire (Essai sur la régénération physique, morale et politique des Juifs). Sur le plan politique, Frédéric-Guillaume en Prusse, Joseph II en Russie et Louis XVI en France esquisseront une approche, encore bien insuffisante, des problèmes posés par la condition juive de l'époque. Mais le facteur décisif en la matière est constitué par les bouleversements nés de la Révolution française et des guerres napoléoniennes, qui provoquent l'émancipation légale des Juifs français, émancipation qui sera définitive en dépit du « décret infâme » de Napoléon lui-même en 1807. Néanmoins, la réaction qui suit la défaite napoléonienne remet en cause, en Allemagne, l'émancipation accordée par la Prusse en 1812 ; une longue période de luttes s'ouvre alors pour les Juifs allemands, qui ne s'achèvera qu'autour de 1870.

C'est dans le contexte de cette lutte que s'inscrit la parution de La Question juive de Karl Marx, ouvrage qui constitue lui-même une réponse au livre de Bruno Bauer, Die Judenfrage, publié en 1843. Dans ce pamphlet, Marx définit les Juifs par la religion juive et identifie cette totalité religieuse du judaïsme avec le culte pratique de l'argent et l'activité quotidienne du troc : « Le monothéisme du juif est donc en réalité le polythéisme des besoins multiples. » Il ajoute : « L'argent est le dieu jaloux d'Israël devant qui nul autre Dieu ne doit subsister. » Il soutient encore, à partir de là, l'équivalence entre judaïsme et bourgeoisie, d'où découle logiquement le devoir de supprimer le premier. Cette analyse passionnelle, antisémite — et peu marxiste d'esprit — devait peser lourdement sur la théorie et la pratique des mouvements révolutionnaires lorsqu'ils se trouvèrent confrontés à la question juive.

La question juive ne cesse de se poser au long du xixe siècle en Europe centrale et en Europe orientale, tout spécialement en raison des transformations fondamentales qui marquent le judaïsme européen au cours de cette période. La population juive européenne passe de deux millions à huit millions sept cent mille personnes entre 1800 et 1900, grâce à l'abaissement du taux de mortalité, qui se trouve conjugué, au moins pendant la première partie du siècle, avec un taux de naissances élevé. Ce développement démographique entraîne sur le plan économique la dislocation de la communauté juive traditionnelle, l'exode des Juifs des régions rurales vers les régions industrielles et leur concentration dans le tissu urbain, plus particulièrement des grandes villes.

Sur le plan politique, leur condition reste précaire en Russie et en Europe centrale, où ils participent pourtant activement à l'industrialisation de ces contrées. Mais leur participation progressive à la vie des nations européennes provoque en retour, presque partout, une réaction antisémite. Celle-ci attribue imaginairement aux Juifs une importance considérable sur le plan financier et économique en dépit du fait qu'à l'exception d'une frange numériquement peu nombreuse de la haute bourgeoisie (symbolisée par le nom de Rothschild) la plupart de ceux-ci appartiennent à la classe moyenne, position qui les soumet aux fluctuations et aux destinées de cette classe.

À la fin du xixe siècle, à la suite de l'affaire Dreyfus en France, de la création d'un parti antisémite en Allemagne, des pogroms en Russie, la question juive revient au premier plan de l'actualité. C'est alors qu'un certain nombre de Juifs, désillusionnés par l'échec de l'idéal de l'émancipation, commencent à revendiquer l'« auto-émancipation » (C. Pinsker en 1882), puis l'organisation d'un « État juif » (T. Hertzl en 1895). Après la Première Guerre mondiale et la révolution russe, la question juive trouve en principe une solution, d'une part avec l'adoption d'un statut de minorités juives officiellement reconnues en Europe centrale (statut qui ne sera guère respecté) et surtout avec la déclaration Balfour de 1917, qui décida de la création en Palestine d'un foyer national juif. En Union soviétique, on propose aux Juifs la création d'une région autonome dans le lointain Birobidjan, mais cette tentative ne suscite pas un grand enthousiasme auprès des intéressés.

Les répercussions de la crise économique de 1929 ayant permis l'accès au pouvoir, en 1933, du Parti national-socialiste dans une Allemagne humiliée par le traité de Versailles, Hitler réalise, étape par étape, le programme de son ouvrage Mein Kampf ; ce programme comporte d'abord l'élimination des Juifs d'Allemagne par une législation d'exception, puis, à la faveur de la Seconde Guerre mondiale, la mise en œuvre de la « solution finale » de la question juive. En clair, cette expression désigne le génocide du judaïsme européen qui coûtera la vie à plus de six millions de Juifs, systématiquement exterminés dans l'indifférence complice du monde dit civilisé.

Découverte des camps de concentration, 1945

Vidéo : Découverte des camps de concentration, 1945

En avril 1945, progressant vers Berlin, Américains et Britanniques libèrent les camps de concentration situés sur le territoire du Reich. Si leur existence était déjà connue, la découverte constitue un véritable choc. Fosses communes débordantes de cadavres, morts-vivants hébétés,... 

Crédits : National Archives

Afficher

Après 1945, les survivants devront encore se battre contre la Grande-Bretagne pour pouvoir atteindre les rivages de la Palestine, dont une partie deviendra, en 1948, l'État d'Israël. Celui-ci, par sa présence en un Proche-Orient hostile, provoque un rebondissement de la question juive, puisqu'il ne se maintient qu'au prix de quatre guerres successives en l'espace de vingt-cinq ans.

Bombes égyptiennes sur Tel-Aviv

Photographie : Bombes égyptiennes sur Tel-Aviv

L'aviation égyptienne vient de bombarder la ville israélienne de Tel-Aviv, lors de la guerre israélo-arabe de 1948. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

À chaque développement historique réel de la question juive a correspondu une réflexion nouvelle sur le sujet. C'est ainsi que J.-P. Sartre rédigea, immédiatement après le génocide hitlérien, ses Réflexions sur la question juive où, après avoir mis en évidence la nature manichéiste du mythe antisémite, il s'efforce de définir le Juif à partir de la notion de situation : « Le Juif est un homme que les autres tiennent pour Juif : voilà la vérité dont il faut partir. » Mais, si l'on admet avec Sartre que l'homme est une liberté en situation, il en découle que le Juif peut se choisir comme authentique ou comme inauthentique. L'authenticité juive consiste à se choisir comme Juif, c'est-à-dire à réaliser sa condition juive soit à l'intérieur de la nation française, soit dans le cadre de la nouvelle communauté juive en gestation sur le sol palestinien.

Dans des styles et [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Découverte des camps de concentration, 1945

Découverte des camps de concentration, 1945
Crédits : National Archives

vidéo

Bombes égyptiennes sur Tel-Aviv

Bombes égyptiennes sur Tel-Aviv
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur des Universités, directeur du département d'études hébraïques et juives de l'université de Strasbourg-II, professeur associé à l'Université libre de Bruxelles

Classification

Autres références

«  JUIVE QUESTION  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République démocratique allemande

  • Écrit par 
  • Georges CASTELLAN, 
  • Rita THALMANN
  •  • 19 315 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La perspective de l'« État socialiste du peuple » (1981-1989) »  : […] Dans la perspective historique du marxisme, la République démocratique allemande s'attacha à « l'édification intégrale du socialisme » ( Vollendendung des Sozialismus ) qui la ferait accéder à « l'État socialiste du peuple » ( sozialistischer Volksstaat ) dont l'U.R.S.S. était l'exemple. À ce stade, « la totale unité politico-morale de tout le peuple » devait se substituer à la dictature du prol […] Lire la suite

CODREANU CORNELIU (1899-1938)

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER
  •  • 280 mots
  •  • 1 média

Agitateur roumain, chef de la Garde de fer . Fils d'un Polonais et d'une Allemande, Corneliu Codreanu est capitaine dans l'armée roumaine lorsqu'il rejoint le mouvement nationaliste du professeur Couza, la Ligue chrétienne, mais s'en sépare bientôt. C'est un exalté, qui assassine en 1923 le préfet de Iassy. Sous la pression de l'opinion, il est bientôt relâché et déchaîne sa propagande contre la m […] Lire la suite

WANNSEE CONFÉRENCE DE (20 janv. 1942)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 213 mots
  •  • 1 média

Réunissant une quinzaine de dignitaires ou de hauts fonctionnaires du régime nazi sous la présidence de Reinhard Heydrich et en présence d'Adolf Eichmann, la conférence de Wannsee (du nom d'un faubourg de Berlin) se tient le 20 janvier 1942, dans le but de résoudre les problèmes logistiques posés par la « solution finale » de la question juive, souhaitée de longue date par Hitler et décidée en jui […] Lire la suite

SHOAH

  • Écrit par 
  • Philippe BURRIN
  •  • 5 886 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'entreprise d'extermination »  : […] Rappelons au départ les traits majeurs du génocide et son bilan. L'entreprise d'extermination commença en 1941 . Dans les années précédentes, les juifs avaient eu à subir discriminations et violences de la part du régime nazi. Plusieurs centaines de juifs allemands furent assassinés dans les mois qui suivirent la prise du pouvoir en 1933 et surtout lors du pogrom d'État connu sous le nom de Nuit […] Lire la suite

LES BIENVEILLANTES (J.Littell) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre CAMPION
  •  • 1 046 mots

Des tirages exceptionnels, et deux des grands prix de l'année 2006 (prix de l'Académie française, prix Goncourt), ont accueilli le premier roman de Jonathan Littell, un jeune Américain qui écrit en français (il obtiendra la nationalité française en 2007). Les Bienveillantes (Gallimard) se veut le récit minutieux de certains épisodes de la « solution finale de la question juive », tels qu'ils se d […] Lire la suite

SIONISME

  • Écrit par 
  • Alain DIECKHOFF
  •  • 9 990 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le sionisme dans les relations internationales »  : […] Herzl, et c'est là son apport majeur, cherche à faire du sionisme un enjeu diplomatique. «  La question juive » ne doit pas être envisagée dans une perspective sociale ou humanitaire, elle doit être tenue pour éminemment politique et traitée comme telle par les nations du monde. Herzl agira constamment pour qu'elle vienne sur le tapis vert des négociations diplomatiques. Dans un premier temps (189 […] Lire la suite

Les derniers événements

14-25 avril 2021 France. Décision controversée relative à l'irresponsabilité pénale du meurtrier de Sarah Halimi.

juive. Le 19, le président Emmanuel Macron, qui avait exprimé en janvier 2020 le sentiment du « besoin d’un procès » dans l’affaire Halimi, demande au ministre de la Justice « un changement de la loi » régissant l’irresponsabilité pénale. Le 23, le rapport commandé en juin 2020 par l’ancienne garde des Sceaux Nicole Belloubet, sur la question de  […] Lire la suite

20-21 mars 2013 États-Unis – Israël – Autorité palestinienne. Visite du président Barack Obama à Jérusalem et Ramallah

question du nucléaire iranien, Barack Obama reconnaissant à Israël « le droit et le devoir de se défendre lui-même et par lui-même contre toute menace » et Benyamin Nétanyahou admettant que la « ligne rouge » évoquée dans son discours devant l'Assemblée générale de l'O.N.U. en septembre 2012 n'est pas encore franchie. Au sujet de la situation israélo-palestinienne […] Lire la suite

13 février 2008 France. Discours du président Nicolas Sarkozy sur le rôle de la religion et sur la mémoire de la Shoah

question spirituelle et à la dimension de Dieu ». Il annonce son intention de confier à chaque élève de C.M.2 la mémoire d'un des onze mille enfants juifs français victimes de la Shoah. Cette initiative suscite des critiques de la part d'historiens, de pédagogues et de psychologues, ainsi qu'au sein même de la communauté juive.  […] Lire la suite

2-30 juillet 2003 Israël – Autorité palestinienne. Processus de paix au point mort

question de la libération des prisonniers et la poursuite de la colonisation juive dans les territoires occupés. Le 27, Ariel Sharon obtient l'accord de son gouvernement pour la libération de 210 prisonniers supplémentaires, membres du Hamas et du Djihad islamique. Le 29, George W. Bush et Ariel Sharon se rencontrent à Washington. Le président américain […] Lire la suite

23 juillet 1997 Suisse. Publication d'une liste de comptes juifs en déshérence

juive annonce la publication d'une liste de quinze mille à vingt mille personnes disparues ayant ouvert des comptes en Suisse par l'intermédiaire de citoyens helvétiques.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roland GOETSCHEL, « JUIVE QUESTION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/question-juive/