PYROPHYLLITE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Très semblable au talc, la pyrophyllite est un phyllosilicate d'alumine, de formule chimique : Al2(Si4O10)(OH)2, ou Al2O3, 4 SiO2, H2O. Elle possède une certaine aptitude à se débiter en feuillets, d'où l'origine de son nom (de deux mots grecs : pyros, feu, et phullon, feuille).

À l'analyse, elle apparaît composée de : Al2O3 (28,3 p. 100), SiO2 (66,7 p. 100), H2O (5 p. 100). Elle peut contenir comme impuretés : MgO, FeO, Fe2O3, CaO, Na2O, K2O et des oxydes de titane.

Cristallisée dans le système monoclinique, la pyrophyllite ne se présente jamais en cristaux isolés, mais sous forme de lamelles blanches, jaunes ou vert-brun, à éclat perlé ; ces lamelles à exfoliation basale sont assemblées en masses radiées ou parfois compactes crypto-écailleuses comme dans le cas de la variété agalmolite, ou pagodite, très recherchée jadis en Chine et au Japon.

De très faible dureté (1) et de masse volumique 2,66 à 2,90 g/cm3, ce minéral ne fond pas au chalumeau : il s'exfolie simplement, en prenant une couleur argentée. Il n'est pas attaqué par les acides.

On différencie la pyrophyllite du talc en la baignant dans une solution de nitrate de cobalt, rouge et chauffée, dans laquelle elle devient bleue, tandis que le talc soumis au même traitement devient violacé.

La pyrophyllite se rencontre dans certains filons hydrothermaux de basse température, où elle est associée au quartz, à des carbonates, à de l'hématite. Quand elle est présente dans les schistes métamorphiques riches en alumine, elle est fréquemment associée aux quartz, micas et disthène. Il existe d'ailleurs des pseudomorphoses de pyrophyllite en silicates d'alumine, tels que disthène, andalousite et muscovite, et qui sont dues à des altérations hydrothermales.

Les principaux gisements se trouvent en Chine (où elle a servi jadis à confectionner des statuettes), aux États-Unis (Arkansas, Caroline du Nord et Georgie), au Brésil (Ouro Preto), accessoirement en Russie (Oural).

Elle est connue en Espagne, notamment dans la province de Caceres, où elle entre dans la gangue de certaines occurrences de cassitérite, et également sous la forme d'agalmolite, dans le granite des alentours de Figueras (Gerona).

L'intérêt industriel de la pyrophyllite est certain : ce minéral est utilisé dans les industries du textile, du papier, de la céramique, du caoutchouc, de la parfumerie, ainsi que dans l'industrie électrique.

—  Guy TAMAIN

Écrit par :

  • : docteur ès sciences, chargé de recherche au C.N.R.S.

Classification


Autres références

«  PYROPHYLLITE  » est également traité dans :

ARGILES

  • Écrit par 
  • Daniel BEAUFORT, 
  • Maurice PAGEL
  •  • 2 644 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Classification des minéraux argileux »  : […] La classification des phyllosilicates repose sur un ensemble de critères regroupant le nombre de couches mises en commun dans le feuillet élémentaire, le mode d'empilement et la chimie des feuillets. Il est possible de regrouper la quasi-totalité des minéraux argileux en trois grandes familles structurales. Dans les feuillets de la famille 1 :1, une couche tétraédrique est liée à une couche octaé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/argiles/#i_49213

SILICATES

  • Écrit par 
  • Jean WYART
  •  • 8 500 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Groupe talc-mica-montmorillonite (1 nm) »  : […] Le feuillet élémentaire est constitué par deux couches tétraédriques entre lesquelles se trouve la couche octaédrique, d'où leur symbole 2/1. On désigne aussi ce groupe comme celui des « phyllites à 1 nm », 1 nm étant l'épaisseur du feuillet. Le feuillet est électriquement neutre dans le talc Mg 3 Si 4 O 10 (OH) 2 , qui est trioctaédrique, et la pyrophyllite Al 2 Si 4 O 10 (OH) 2 , dioctaédrique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/silicates/#i_49213

Pour citer l’article

Guy TAMAIN, « PYROPHYLLITE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pyrophyllite/