CASSITÉRITE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Bioxyde d'étain, la cassitérite, de couleur jaunâtre, brun-rouge à noire, avec des bandes alternées dans un même cristal, se caractérise par sa forte densité, ses cristaux prismatiques bipyramidaux souvent agglomérés et maclés en « bec d'étain » (macle appelée aussi « visière »). Elle se présente aussi en aiguilles, en encroûtements brun-rouge et en masses fibroradiées dans les remaniements alluvionnaires (étain de bois).

formule : SnO2 ;

système : quadratique ;

dureté : 6-7 ;

poids spécifique : 6,8-7,1 ;

éclat : de submétallique à adamantin ;

transparence : de translucide à transparente ;

cassure : de subconchoïdale à quelconque.

La cassitérite, du grec kassiteros (étain), représente le principal minerai pour l'extraction de l'étain avec une teneur pouvant dépasser 78 p. 100. En raison de sa valeur économique, on l'exploite même dans des gisements de faible teneur (à partir de 0,5 p. 100) comme en Bolivie ou en Chine (Yunnan). La cassitérite cristallise dans les filons hydrothermaux de haute température, dans les coulées de lave rhyolitique (Durago, Mexique) et comme minéral primaire des pegmatites. Elle est souvent associée à la wolframite, à la topaze, à la tourmaline, à la fluorite, au quartz, etc. On trouve de beaux cristaux de 10 à 15 centimètres dans les gisements réputés de Horni-Slavkov (République tchèque) et du Minas Gerais (Brésil), mais la cassitérite est exploitée dans de nombreux endroits : en Cornouailles (depuis l'époque romaine), aux États-Unis (Californie et Virginie), dans les formations alluvionnaires en Malaisie et en Indonésie. En France, elle est connue à Villeder (Morbihan), à Meymac (Corrèze) et à Montrebras-en-Soumans (Creuse).

La cassitérite est infusible ; maintenue dans une solution froide d'acide chlorhydrique dilué en présence de zinc, elle se couvre d'un film brillant d'étain. L'étain est employé notamment dans la préparation d'alliages (bronze, laiton), comme antioxydant (étamage) et, métal non nocif, pour l'emballage de produits alimentaires (boîtes de conserves, papier d'étain).

—  Yves GAUTIER

Écrit par :

  • : docteur en sciences de la Terre, concepteur de la collection La Science au présent à la demande et sous la direction d'Encyclopædia Universalis, rédacteur en chef de 1997 à 2015

Classification


Autres références

«  CASSITÉRITE  » est également traité dans :

ÉTAIN

  • Écrit par 
  • Claude FOUASSIER, 
  • Michel PÉREYRE
  •  • 3 422 mots

L'étain est l'élément chimique de symbole Sn (du latin stannum ), de numéro atomique 50. Il appartient au sous-groupe IV b de la classification périodique. Il y est compris entre le germanium, fort peu métallique, et le plomb. Il se présente d'ailleurs sous plusieurs formes cristallines dont l'une, l'étain gris (forme α), n'est pas métallique. Sous sa forme β, l'étain blanc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etain/#i_2701

MÉTAUX - Gisements métallifères

  • Écrit par 
  • Marie-José PAVILLON
  •  • 7 825 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Relations des corps minéralisés avec les roches encaissantes »  : […] Les corps métallifères se rencontrent aussi bien dans les roches sédimentaires et métamorphiques que dans les roches volcaniques ou plutoniques. Ils sont de formes variées, concordants ou non avec la stratification des roches (fig. 1) . La minéralisation peut y être disséminée dans la roche sous forme de « mouches » (gisement disséminé) ; elle peut y être en lits et concordante avec la stratifica […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metaux-gisements-metalliferes/#i_2701

OXYDES ET HYDROXYDES NATURELS

  • Écrit par 
  • Joseph BOLFA
  •  • 4 165 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Groupe du rutile »  : […] Le rutile TiO 2 cristallise dans le système quadratique (groupe spatial P 4 2 / mnm ). La structure est représentée sur la figure  d : les titanes sont placés aux sommets et au centre de la maille ; les oxygènes sont situés deux par deux sur deux diagonales des deux faces carrées opposées et sur la diagonale non parallèle aux deux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oxydes-et-hydroxydes-naturels/#i_2701

Pour citer l’article

Yves GAUTIER, « CASSITÉRITE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cassiterite/