PSYCHOPHARMACOLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Classification des psychotropes

La classification des substances psychoactives qui a été généralement adoptée est celle de J. Delay et P. Deniker. Elle est fondée sur les effets dominants au point de vue clinique et expérimental, et distingue trois principaux groupes d'agents : les psycholeptiques, ou sédatifs ; les psychoanaleptiques, ou stimulants du tonus mental ; les psychodysleptiques, qui dévient ou perturbent l'activité psychique.

autre :

autre

 

Crédits :

Afficher

Dans le groupe des psycholeptiques, on trouve : les hypnotiques, dépresseurs de la vigilance et inducteurs de sommeil ; les tranquillisants, qui ont des actions sédatives symptomatiques ; les neuroleptiques, caractérisés par de puissantes activités thérapeutiques dans les psychoses et par une aptitude à produire des symptômes neurologiques (à laquelle ils doivent leur nom). Il convient d'y ajouter le sous-groupe des « régulateurs de l'humeur » dont le prototype est le lithium, qui se situe entre les neuroleptiques et les antidépresseurs. Des premiers, il partage l'action sédative dans les états d'excitation (maniaques), mais il exerce aussi une action préventive pour les dépressions.

Dans le groupe des psychoanaleptiques, on distingue : les stimulants de la vigilance, ou antihypnotiques, dont le type est l'amphétamine ; les stimulants de l'humeur, ou antidépresseurs, capables de redresser les tendances dépressives, voire de les inverser ; les autres psychotoniques, ou neurostimulants.

Dans le groupe des psychodysleptiques se situent : les hallucinogènes, ou onirogènes, capables de produire un état de rêve éveillé ; les stupéfiants, ou euphorisants, tels que la morphine et le chanvre indien ; les agents producteurs d'ivresse (alcool, éther).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Neuroleptiques : caractéristiques psychophysiologiques

Neuroleptiques : caractéristiques psychophysiologiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Antidépresseurs : caractéristiques

Antidépresseurs : caractéristiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Neuroleptiques

Neuroleptiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Neuroleptiques : utilisation

Neuroleptiques : utilisation
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

  • : membre de l'Académie de médecine, professeur à la faculté de médecine, médecin des hôpitaux de Paris

Classification

Autres références

«  PSYCHOPHARMACOLOGIE  » est également traité dans :

ABRÉACTION

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 418 mots

Terme utilisé en psychiatrie et en psychothérapie et qui traduit l'allemand Abreagiren , mot inconnu sans doute avant Breuer et Freud. Dans le sens le plus général, l'abréaction désigne toute décharge émotionnelle qui permet à un sujet d'extérioriser un affect lié à un souvenir traumatique et, en conséquence, de se libérer de son poids pathogène. Parfois, le malade « abréagit » spontanément (abréa […] Lire la suite

AMPHÉTAMINES

  • Écrit par 
  • Michel HAMON
  •  • 502 mots

Drogues sympathicomimétiques dérivées de la phényl-éthylamine. Ainsi l'amphétamine racémique proprement dite est la ± α-méthyl-phényl-éthylamine. Deux propriétés caractérisent ce groupe : suppression de de l'appétit (effet anorexigène), stimulation de l'activité du système nerveux central. Le dérivé dextrogyre, la dexamphétamine, est deux fois plus actif que le racémique. Chez l'homme, il fait dis […] Lire la suite

ANALEPTIQUES

  • Écrit par 
  • Marie-Christine STÉRIN
  •  • 189 mots

Drogues qui ont une action stimulante sur le fonctionnement des différents appareils de l'organisme. Les plus connus des analeptiques sont ceux qui agissent sur le système cardio-vasculaire et ceux qui agissent sur le système nerveux (psycho-analeptiques). Les analeptiques cardio-vasculaires sont surtout utilisés en cas de collapsus ; ils ont, en plus de leur action propre sur le cœur, une action […] Lire la suite

ANXIÉTÉ

  • Écrit par 
  • Daniel WIDLÖCHER
  •  • 2 615 mots

Dans le chapitre « Thérapeutique »  : […] La complexité des mécanismes impliqués dans le cycle de l'anxiété explique la diversité des modalités thérapeutiques. Les thérapies comportementales ont surtout pour effet de réduire la peur phobique, particulièrement si elle est secondaire à la survenue d'événements traumatiques (J. Cottraux et E. Mollard). Les thérapies d'inspiration psychanalytique portent sur les mécanismes d'inhibition des pl […] Lire la suite

ANXIOLYTIQUES

  • Écrit par 
  • Dominique BIDET, 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT
  •  • 521 mots
  •  • 1 média

Par opposition aux tranquillisants majeurs ou neuroleptiques dont les indications thérapeutiques sont différentes, les anxiolytiques ou tranquillisants mineurs forment un groupe de produits vaste et hétérogène. Ces médicaments agissent principalement dans l'anxiété névrotique ou réactionnelle sur laquelle ils produisent une réduction du symptôme anxieux et une diminution des manifestations concom […] Lire la suite

BARBITURIQUES

  • Écrit par 
  • A. M. HAZEBROUCQ
  •  • 1 031 mots

Composés organiques dérivant de la malonylurée improprement appelée acide barbiturique en raison de la forme de ses cristaux « semblables à une lyre » ( barbitos ), les barbituriques constituent un groupe homogène tant sur le plan chimique que sur le plan pharmacologique. Leur action dépressive sur le système nerveux central en fait essentiellement des sédatifs, à doses plus fortes des hypnotiques […] Lire la suite

DELAY JEAN (1907-1987)

  • Écrit par 
  • Jean MÉTELLUS
  •  • 1 040 mots

De sa naissance à Bayonne le 14 novembre 1907 jusqu'à sa tétralogie généalogique Avant mémoire , en passant par l'Académie de médecine et l'Académie francaise, chaque moment de la vie de Jean Delay a fait l'objet d'enquêtes, de réflexions, et tout n'a suscité qu'admiration. Delay a-t-il pu vivre sereinement ce respect et cet enthousiasme quasi généralisés de la part d'hommes que ses succès n'ont s […] Lire la suite

DENIKER PIERRE (1917-1998)

  • Écrit par 
  • Henri LOO, 
  • Jean-Pierre OLIÉ
  •  • 662 mots

Membre de l'Académie nationale de médecine, Pierre Deniker a effectué sa carrière en qualité de professeur de psychiatrie à la faculté de médecine Cochin et chef du service hospitalo-universitaire de santé mentale et de thérapeutique de l'hôpital Sainte-Anne. D'abord interne puis assistant dans cet hôpital, il fut l'élève proche de Jean Delay. Leurs travaux ont donné naissance à la psychopharma […] Lire la suite

DROGUE

  • Écrit par 
  • Alain EHRENBERG, 
  • Olivier JUILLIARD, 
  • Alain LABROUSSE
  • , Universalis
  •  • 12 113 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Poisons de l'esprit, drogues, « came » »  : […] En 1924, Louis Lewin, célèbre pharmacologue berlinois, présentait dans Phantastica la première classification de ce qu'il appelait non sans fascination les poisons de l'esprit. La connaissance biochimique des substances utilisées par les toxicomanes contemporains et des mécanismes physiques qu'elles induisent n'est encore qu'incertaine et fort controversée ; aussi cette classification reste encor […] Lire la suite

HALLUCINATIONS

  • Écrit par 
  • Henri FAURE
  •  • 3 279 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le traitement »  : […] Il semble bien que les thérapeutiques anciennes (sédatifs et calmants, hydrothérapie et physiothérapie, thérapeutiques suggestives) restaient sans grand effet face à la prégnance des structures perceptives hallucinatoires. Plus tard, les méthodes de choc permirent des résultats plus sensibles et surtout plus sélectifs, comme le prouvent l'efficacité remarquable de la sismothérapie sur les accès co […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre DENIKER, « PSYCHOPHARMACOLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/psychopharmacologie/