BASTIDE ROGER (1898-1974)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Nîmes, où il commença ses études, qu'il poursuivit à Bordeaux et à Paris, Roger Bastide enseigna plusieurs années dans des établissements secondaires en province et à Paris, après avoir obtenu l'agrégation de philosophie en 1924. Il publia Problèmes de la vie mystique (1931) et Éléments de sociologie religieuse (1935) avant de partir pour le Brésil, en 1938, où il fut professeur de sociologie à l'université de São Paulo jusqu'en 1953. Le Brésil, croisée de civilisations, lui offrit un prodigieux terrain pour développer ses réflexions autour des centres d'intérêt qui furent toujours les siens : l'ethnologie religieuse, les phénomènes d'acculturation et la psychiatrie sociale. De 1940 à 1961, il publie un grand nombre d'articles et d'études en portugais, tandis qu'en France paraissent Sociologie et psychanalyse (1951), Le Candomblé de Bahia, rite nagô (1958) et Les Religions africaines au Brésil (1961). Il soutient à la Sorbonne en 1957 sa thèse de doctorat. À son retour à Paris, il commence par être directeur d'études en psychiatrie sociale à l'École pratique des hautes études (VIe section). En 1959, à la Sorbonne, il est nommé professeur d'ethnologie et de sociologie religieuses, avant de partager la chaire d'ethnologie avec André Leroi-Gourhan.

D'emblée, Roger Bastide incitait ses étudiants à chercher l'« ailleurs » dans la vie quotidienne, et non pas nécessairement dans un « exotisme », qui devait s'effacer pour devenir, lui aussi, quotidien. À ses activités d'enseignement et de recherche, s'ajoutait la participation à de nombreuses associations sud-américaines et françaises, ainsi qu'à la rédaction et à l'animation de revues scientifiques telles que l'Année sociologique, dont il fut l'un des directeurs de 1962 à sa mort. En tant que sociologue, Bastide se préoccupait constamment de questionner la société en profondeur, au sens de Marx et de Durkheim, et, comme son ami Georges Gurvitch, de déterminer des niveaux d'appréhension du réel. Sa rigueur méthodologique le conduisait à rechercher « les causalités inter [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : anthropologue, maître de conférences à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  BASTIDE ROGER (1898-1974)  » est également traité dans :

MÉMOIRE COLLECTIVE

  • Écrit par 
  • Pierre ANSART
  •  • 1 933 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une double perspective »  : […] Dans ses premiers travaux, comme dans ses articles ultérieurs, Halbwachs multiplie les études de cas – la famille, les classes sociales, les catégories professionnelles, les institutions – pour démontrer que c'est au sein de ces groupes qu'une mémoire est produite et partagée par leurs membres. Par exemple, chaque famille, à partir de la vie et des pratiques communes, forme une mémoire qui tient, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/memoire-collective/#i_44458

SOCIO-ANALYSE

  • Écrit par 
  • Jean POIRIER
  •  • 3 054 mots

Dans le chapitre « Les orientations de la socio-analyse »  : […] Une perspective néo-culturaliste pourrait, au-delà des querelles d'écoles ou d'auteurs, reprendre l'essai d'identification des civilisations possibles entre la culture et l'ego, sans contredire pour cela l'acquis de la psychanalyse ; la source des malentendus vient du fait que l'on n'a pas distingué entre les trois niveaux de l'inconscient, du pré-conscient et du conscient. On s'est aussi beaucoup […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/socio-analyse/#i_44458

Pour citer l’article

Jean-Claude PENRAD, « BASTIDE ROGER - (1898-1974) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/roger-bastide/