DEVEREUX GEORGES (1908-1985)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Lugós, petite ville de Transylvanie alors hongroise, d'un père avocat socialiste, homme tranquille et doux, et d'une mère germanophile, Georges Devereux était âgé de dix ans lorsque, sa région devenant partie intégrante de la Roumanie, il fut obligé, du jour au lendemain, de changer de langue pour ses études. Il ne s'y soumit qu'à contrecœur et devait refouler totalement, par la suite, la langue roumaine. La mort d'un frère, d'un an son aîné, survenue alors qu'il était lui-même adolescent le bouleversa si profondément qu'il lui sembla toujours vivre à la fois sa propre vie et celle du disparu. Événement sans doute décisif chez un savant qui devait cumuler successivement la maîtrise de plusieurs disciplines hétérogènes et avoir, en quelque sorte, plusieurs vies intellectuelles.

De la musique à la psychanalyse

Très doué pour la musique, il se destine d'abord à une carrière de pianiste de concert, mais les séquelles d'un accident à la main droite le contraignent à changer d'orientation. Jusqu'à la fin de sa vie, il continuera cependant à composer des œuvres pour piano. À l'âge de dix-huit ans, refusant de faire son service militaire dans l'armée roumaine, il vient en France étudier la physique avec Marie Curie et Jean Perrin. Il espère y découvrir des certitudes pour le protéger des contradictions qui déchiraient son milieu d'origine ; mais c'est précisément cette année-là que Heisenberg et Bohr avancent leur théorie de l'indéterminisme, qui devait par la suite avoir sur lui une influence profonde.

Rêvant alors de voyages lointains, il passe un diplôme de malais à l'École des langues orientales, ce qui le conduit à suivre les enseignements d'ethnologie de Marcel Mauss, de Lucien Lévy-Bruhl et de Paul Rivet. Étudiant extrêmement brillant, il obtient en 1932 une bourse de la Fondation Rockefeller pour ses recherches de terrain. Il part d'abord pour les États-Unis, chez les Indiens Hopi, et fait la connaissance de plusieurs grands anthropologues américains tels que R. H. Lowie et A. L. Kroeber ; puis il passe dix-huit mois chez les Sedang Moï du Vietnam. À son retour, devant la xénophobie déclenchée par l'affaire Stavisky, il se rend de nouveau aux États-Unis pour préparer une thèse de doctorat sur les Indiens Mohave de Californie, sous la direction de Kroeber. Naturalisé américain, il fait la guerre dans la marine, où il obtient le grade de lieutenant. À son retour à Paris, il entreprend une formation psychanalytique avec Schlumberger ; il poursuit son analyse, un bref moment, avec Geza Róheim, à New York, puis avec Jokl à Topeka (Kansas), la Meninger Clinic de cette ville étant alors l'une des deux seules institutions américaines permettant à un non-médecin d'acquérir une formation psychanalytique. Jusqu'en 1959, il partage son temps entre sa propre formation et l'enseignement de l'anthropologie dans diverses universités des États-Unis. Il s'installe en 1959 comme psychanalyste, à New York. En 1962, sollicité par Claude Lévi-Strauss et par Roger Bastide, il est chargé d'enseigner l'ethnopsychiatrie à l'École pratique des hautes études de Paris. Interrompant son activité clinique, il se consacrera jusqu'à sa mort à cette discipline qu'il a créée. Privé de terrain ethnologique, il se met, à l'âge de cinquante ans, à apprendre le grec classique et devient rapidement un des meilleurs spécialistes de la mythologie grecque.

La vie de Georges Devereux a été une succession de spécialisations très approfondies : d'abord la musique, puis les mathématiques et la physique, ensuite l'ethnologie et la psychanalyse et, pour finir, les études grecques. De plus, il parlait à la perfection sept langues : le hongrois (et le roumain dans son enfance), l'allemand, le français, l'anglais, le malais et le sedang. Homme d'une intelligence extraordinairement aiguë, passionné et batailleur, à la mode hongroise, mais, aussi, malicieux et intuitif, il détestait la banalité et a introduit des idées originales et fécondes dans un domaine où l'on croyait depuis longtemps révolue l'ère des grands pionniers. Il a défini l'ethnopsychiatrie qu'il a fondée comme une psychopathologie soucieuse de prendre en compte la culture du patient. À travers une douzaine d'ouvrages et plus de deux cent cinquante articles, il en a décrit les principales perspectives.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : docteur en psychologie, docteur ès lettres et sciences humaines, psychanalyste, maître assistant de psychopathologie à l'université de Paris-XIII

Classification

Autres références

«  DEVEREUX GEORGES (1908-1985)  » est également traité dans :

ANTHROPOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élisabeth COPET-ROUGIER, 
  • Christian GHASARIAN
  •  • 16 099 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Problèmes contemporains »  : […] Résultat des efforts critiques et des rencontres théoriques, l'anthropologie moderne représente une force de réflexion vers laquelle se tournent de nombreuses disciplines, car c'est bien là son nouveau paradoxe que d'avoir recentré son objet et affirmé sa perspective holiste en décloisonnant les domaines habituels et en optant pour l' interdisciplinarité. Les travaux actuels s'orientent tous vers […] Lire la suite

FOLKLORE

  • Écrit par 
  • Nicole BELMONT
  •  • 12 224 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Folklore et psychanalyse »  : […] Sigmund Freud, qui s'est beaucoup intéressé au folklore, déclare : « On retrouve [la symbolique du rêve] dans toute l'imagerie inconsciente, dans toutes les représentations collectives, populaires, notamment dans le folklore, le mythe, les légendes, les dictons, les proverbes, les jeux de mots courants : elle y est même plus complète que dans les rêves. » Il écrit, par ailleurs : « Chaque fois qu […] Lire la suite

LA CONDITION FŒTALE (L. Boltanski) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Sandrine GARCIA
  •  • 1 016 mots

Pour le trentième anniversaire de la loi Veil (21 décembre 1974), Luc Boltanski comble un vide en abordant une question curieusement peu travaillée en sociologie : l'avortement. Dans La Condition fœtale. Une sociologie de l'engendrement et d e l'avortement (Gallimard, 2004), son ambition est de traiter celui-ci comme un objet sociologique « ordinaire », sans chercher à conforter, comme c'est souv […] Lire la suite

PSYCHIATRIE COMPARÉE

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 5 772 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Comparaisons nosographiques »  : […] Il est facile d'illustrer par de nombreux exemples la distinction que l'on vient de faire entre comportement et structure, entre trait symptomatique et organisation de la personnalité. On trouve dans les sociétés archaïques un grand nombre de conduites obsessionnelles (telles que les ritualisations phobiques destinées à écarter un danger), alors que les structures névrotiques obsessionnelles sont […] Lire la suite

SOCIO-ANALYSE

  • Écrit par 
  • Jean POIRIER
  •  • 3 054 mots

Dans le chapitre « Psychiatrie sociale ou ethnopsychiatrie »  : […] Une discipline nouvelle s'est développée à partir des années 1960, la psychiatrie sociale (Roger Bastide, « Psychiatrie sociale et ethnologie ») ou ethnopsychiatrie (G.  Devereux, Essais d'ethnopsychiatrie générale ). C'est incontestablement Freud qui, encore une fois, a posé les problèmes des « névroses sociales » et proposé une « pathologie des ensembles culturels » ( Malaise dans la civilisatio […] Lire la suite

SOCIOLOGIE CLINIQUE

  • Écrit par 
  • Vincent DE GAULEJAC
  •  • 2 756 mots

Dans le chapitre « Une façon différente de faire de la sociologie  »  : […] Ce n’est pas tant son objet mais sa pratique qui spécifie la sociologie clinique comme telle. La référence clinique conduit à faire de la sociologie d'une façon différente. Il s’agit de rompre avec la position d'expertise du chercheur, de placer la question du transfert et du contre-transfert au centre de l’attention du sociologue, de changer la relation entre le chercheur et ses interlocuteurs, d […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Tobie NATHAN, « DEVEREUX GEORGES - (1908-1985) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-devereux/