PSYCHIATRIE COMPARÉE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'entretien clinique

Supposons un psychiatre ou un psychologue français recevant en consultation des Africains vivant dans leur pays ou émigrés en France. Dans cette situation, les malentendus les plus fréquents proviennent soit de son ignorance des usages coutumiers, soit de son incapacité à discerner la réalité individuelle sous les formules apparemment stéréotypées.

Il faut connaître les usages. La politesse africaine est d'autant plus raffinée qu'elle met en jeu toutes les subtilités de la structure sociale. On attend que chacun agisse conformément à son statut social. Respecter le statut de chacun est une exigence morale, une affaire d'honneur. C'est pourquoi le thérapeute, au lieu d'aller droit au but comme on le fait chez nous, fera bien de prendre son temps pour faire connaissance et s'extraire lui-même d'un anonymat inquiétant ; il se présentera donc en expliquant brièvement sa fonction. Il doit savoir que poser des questions trop directes est inconvenant. D'ailleurs il ne sera pas toujours possible de s'adresser directement au malade, car celui-ci, même adulte, est venu en consultation avec un parent, un aîné que la famille a mandaté pour « porter la parole ». Si l'on pose une question au malade, le porte-parole répondra ; il est là pour expliquer la maladie au docteur ; et le patient lui-même s'en remet à l'aîné, car l'âge lui confère plus de savoir. Pour faire préciser la nature des symptômes, « le docteur » commencera donc par accepter le détour qu'on lui offre : « Que dit-on de cette maladie dans votre famille ? » Même si le malade est venu seul, cette question demeure pertinente. C'est la porte d'entrée pour tout ce qui touche à la vie privée.

Le médecin doit savoir qu'au Maghreb encore plus qu'en Afrique noire il est tout à fait incorrect d'interroger une femme ou un enfant en présence du père de famille, à moins d'avoir obtenu préalablement son autorisation. Agir autrement serait mettre la femme ou l'enfant dans une situation extrêmement gênante, paralysante. Il faut savoir en outre qu'en demandant à une femme combien elle a d'enfants, on met ces enf [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PSYCHIATRIE COMPARÉE  » est également traité dans :

ANTHROPOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élisabeth COPET-ROUGIER, 
  • Christian GHASARIAN
  •  • 16 099 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Problèmes contemporains »  : […] Résultat des efforts critiques et des rencontres théoriques, l'anthropologie moderne représente une force de réflexion vers laquelle se tournent de nombreuses disciplines, car c'est bien là son nouveau paradoxe que d'avoir recentré son objet et affirmé sa perspective holiste en décloisonnant les domaines habituels et en optant pour l' interdisciplinarité. Les travaux actuels s'orientent tous vers […] Lire la suite

SOCIO-ANALYSE

  • Écrit par 
  • Jean POIRIER
  •  • 3 054 mots

Dans le chapitre « Les théories culturalistes »  : […] Les premiers ethnologues qui ont utilisé les hypothèses de la psychanalyse au cours d'enquêtes de terrain l'ont fait dans une volonté de relativiser ces hypothèses et parfois de les remettre en cause. Durant les années vingt, aux États-Unis, cette nouvelle interprétation des faits sociaux s'est affirmée en réaction contre l'évolutionnisme ; elle postulait l'existence de corrélations rigoureuses en […] Lire la suite

Pour citer l’article

Edmond ORTIGUES, « PSYCHIATRIE COMPARÉE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/psychiatrie-comparee/