PROTOPLASTES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On obtient expérimentalement des protoplastes au laboratoire à partir de cellules bactériennes ou végétales.

On appelle protoplaste bactérien une cellule bactérienne (provenant d'une bactérie Gram+) libérée de sa paroi mucopolysaccharidique, généralement après hydrolyse puis dissolution des « muréines » de cette paroi par une enzyme extraite du blanc d'œuf, le lysozyme. Le protoplasme de la cellule bactérienne ainsi libéré dans le milieu prend une forme sphérique en milieu hypertonique ; ce « protoplaste » reste entouré par un plasmalemme intact et fonctionnel. Nombre d'activités métaboliques se poursuivent dans les protoplastes bactériens mais ceux-ci sont incapables de se multiplier. Les protoplasmes des bactéries Gram— sont plus difficilement séparés de leur paroi que ceux des bactéries Gram+ ; certains procédés enzymatiques permettent cependant de réaliser cette séparation et l'on désigne sous le nom de sphéroplastes des protoplasmes isolés des cellules bactériennes Gram—.

Les protoplastes végétaux proviennent de cellules végétales ayant perdu leur paroi pecto-cellulosique. Dès 1892, Klercker employait un procédé mécanique pour préparer de tels protoplastes. Le procédé consistait à plasmolyser fortement les cellules d'une tranche de tissu végétal, puis à dilacérer les parois pecto-cellulosiques à l'aide d'un scalpel. Le broyat de tissu était ensuite remis en suspension dans un milieu légèrement hypotonique. Les protoplasmes cellulaires non meurtris par l'opération s'échappaient des cadres cellulosiques brisés et prenaient une forme sphérique dans le milieu. C'étaient les protoplastes végétaux. Le rendement de ce procédé mécanique était extrêmement faible.

Vers 1960, Cocking introduisit la méthode enzymatique pour la préparation des protoplastes végétaux. Cette méthode consiste à attaquer par des cellulases et pectinases les parois cellulaires d'un tissu ou d'un cal de tissu végétal en culture, ou bien encore celles d'une suspension de cellules végétales isolées cultivées sur milieu artificiel. Les cellules ayant été au pr [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur honoraire de biologie cellulaire à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification


Autres références

«  PROTOPLASTES  » est également traité dans :

BACTÉRIES

  • Écrit par 
  • Jean-Michel ALONSO, 
  • Jacques BEJOT, 
  • Patrick FORTERRE
  •  • 11 039 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Structure anatomique des bactéries »  : […] En microscopie optique, les bactéries apparaissent comme des corpuscules sphériques (coques ou cocci) ou cylindriques à pôles hémisphériques, à axe droit ( bacilles), ou incurvé (vibrions), ou hélicoïdal (spirochètes et tréponèmes), dont la plus grande dimension n'excède généralement pas deux micromètres en moyenne (fig. 1 ). Leur forme est stabilisée par une couche rigide (paroi) entourant le cor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bacteries/#i_80555

BACTÉRIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jean-Michel ALONSO, 
  • Jacques BEJOT, 
  • Michel DESMAZEAUD, 
  • Didier LAVERGNE, 
  • Daniel MAZIGH
  •  • 18 332 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Modification génétique du métabolisme bactérien »  : […] Le principe de sélection des mutants auxotrophes fait intervenir deux notions importantes de la bactériologie expérimentale : la mutagenèse et le clonage. La mutagenèse est une technique consistant à l'aide de mutagène, c'est-à-dire d'agent physique (radiations ionisantes, ultraviolets, chaleur) ou chimique (produit alkylant ou désaminant), à augmenter la fréquence de mutation, c'est-à-dire des m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bacteriologie/#i_80555

DÉVELOPPEMENT (biologie) - Le développement végétal

  • Écrit par 
  • Georges DUCREUX, 
  • Hervé LE GUYADER, 
  • Jean-Claude ROLAND
  •  • 19 202 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Reprogrammation cellulaire et totipotence »  : […] Les cellules dans les organes végétaux se différencient, comme il a été indiqué plus haut, là où l'ontogenèse les a situées (absence de migration), et la simple observation d'une préparation anatomique montre combien la disposition des tissus a un caractère fixé et constant pour une espèce donnée. Cela suggère que chaque cellule subit à la fois de ses voisines et du milieu des contraintes et des i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/developpement-biologie-le-developpement-vegetal/#i_80555

GÉNOMIQUE - La transgenèse

  • Écrit par 
  • Pascale BRIAND
  •  • 7 278 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Obtention de plantes transgéniques »  : […] Des plantes transgéniques sont « naturellement » produites par l'action d'une bactérie ( Agrobacterium tumefaciens ) qui contient un plasmide porteur de gènes capables d'induire des tumeurs dites « galle du collet » et de s'intégrer dans le génome des plantes. En remplaçant les gènes capables de provoquer la tumeur par le gène que l'on désire introduire dans une plante, on transforme le plasmide b […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/genomique-la-transgenese/#i_80555

VACUOLE VÉGÉTALE

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 826 mots

La cellule végétale typique (cellule foliaire, cellule corticale de racine ou de tige) renferme une grande vacuole centrale, ce qui signifie que le protoplasme de cette cellule est creusé d'une vaste dépression remplie d'une solution saline ou colloïdale diluée — le liquide vacuolaire — et bordée par une membrane simple, le tonoplaste . Certains colorants « vitaux », comme le rouge neutre, envahi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vacuole-vegetale/#i_80555

Pour citer l’article

Paul MAZLIAK, « PROTOPLASTES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/protoplastes/