PROTACTINIUM

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Composés

De nombreux composés solides de PaIV et de PaV ont été isolés par voie humide, par voie sèche ou bien préparés en milieu non aqueux. On peut obtenir à partir des solutions aqueuses de PaV : PaF5 . 2H2O ; les séries de sels doubles MPaF6, M2PaF7 et M3PaF8 (M ≡ alcalin) ; l'oxyde Pa2O5 . nH2O ; le peroxyde Pa2O9 . 3H2O ; le peroxyprotactinate NaPaO6 . nH2O ; l'acide H3PaO(SO4)3 ; le nitrate PaO(NO3)3 . nH2O ; des phosphates et oxyphosphates complexes tel PaO(H2PO4)3 . 2H2O et enfin l'oxalate PaO(C2O4)OH . nH2O. À partir des solutions de PaIV, on aboutit à PaF4 . nH2O et à PaF2SO4 . nH2O. La chimie par voie sèche s'est développée plus tardivement que celle des milieux aqueux : tous les pentahalogénures et tétrahalogénures sont connus, et également des oxyhalogénures : Pa2OX8(X = F, Cl), PaOX3(X = Cl, Br, I), PaO2X (X = Br, I) pour PaV, et PaOX2 (X = Cl, Br, I) pour PaIV. Le composé Pa4F17 et des fluorures doubles d'éléments alcalins PaF4 . nMF ont été isolés. De très nombreux halogéno-complexes de PaIV et PaV ont été obtenus. Les plus simples sont du type M2PaX6(X = F, Cl, Br, I ; M = alcalin, ion ammonium quaternaire) et M Pa X6, M3 Pa X8. De même, on a isolé et caractérisé de très nombreux composés de coordination de PaIV et PaV et on peut dire qu'il existe une très riche chimie organométallique de cet élément, particulièrement intéressante. Les composés sont essentiellement synthétisés à partir des halogénures, véritables composés clés de la chimie du protactinium en milieu non aqueux. Les oxydes Pa2O5 et PaO2 sont bien connus ainsi que certaines phases non stoechiométriques. À partir des oxydes simples, on peut préparer quantité d'oxydes mixtes avec des éléments monovalents à pentavalents. Enfin, plusieurs phosphates sont connus : Pa(PO3)4, PaP2O7 de PaIV, et une série de phosphates de PaV : le perrhenate PaO(ReO4)3, le nitrure PaN1,1, les carbures PaC et PaC2, l'hydrure PaH3 et l'oxysulfure PaOS. Des composés intermétalliques entre Pa et As, Sb, Rh, Ir et Pt peuvent être obtenus.

Curieusement, cert [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages






Écrit par :

  • : professeur honoraire à l'université de Paris-XI, Orsay, directeur du laboratoire de radiochimie de l'Institut de physique nucléaire d'Orsay, membre de l'Académie des sciences de Paris

Classification


Autres références

«  PROTACTINIUM  » est également traité dans :

MEITNER LISE (1878-1968)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 219 mots
  •  • 1 média

Physicienne et chimiste nucléaire autrichienne. Après des études à Vienne où elle était née, Lise Meitner se rend, en 1907, à Berlin pour y recevoir l'enseignement de Max Planck, qui, en introduisant, en 1900, le « quantum d'action », avait jeté les bases de l'ancienne théorie des quanta. Elle travaille ensuite avec Otto Hahn au Kaiser Wilhelm Institut ; ils découvrent ensemble l'existence de grou […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert GUILLAUMONT, « PROTACTINIUM », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/protactinium/