INTERMÉTALLIQUES COMPOSÉS

Lorsque deux éléments A et B sont miscibles en toutes proportions et forment une solution solide continue pour certains domaines de concentration, il peut se former des surstructures. Les composés A3B, AB, AB3 sont des exemples de ces nouvelles phases. Le nom de phases intermédiaires est plutôt réservé à celles qui possèdent une structure différente de celle des métaux de base ou des solutions solides terminales. On parle de composé intermétallique lorsque la phase intermédiaire n'existe qu'à l'état ordonné. Ces composés ont un caractère métallique plus ou moins marqué. Leur stabilité dépend de différents facteurs : facteur de valence (ou de concentration électronique), facteur de taille, facteur électrochimique (différence d'électronégativité). La prédominance de ces facteurs permet de classer les phases intermédiaires : phases de Hume Rothery (la structure de certains alliages dépend du nombre d'électrons par atome des composants), phases de Laves, phases complexes de type o, et composés semi-métalliques (composés d'un métal avec un élément des sous-groupes B, ou présence des atomes intersticiels H, B, C, N, O en solution d'insertion dans un métal).

Ces composés présentent des propriétés intéressantes pour de nombreuses applications. Les composés intermétalliques sous forme de particules dispersées dans une matrice métallique (phénomène de précipitation) modifient de façon notable les propriétés de cette matrice. De nombreux alliages sont durcis par précipitation : précipitation des carbures (aciers spéciaux), des composés intermétalliques (alliages légers, aciers à hautes performances). Les eutectiques contrôlés possèdent de remarquables propriétés mécaniques : ce sont des composés intermétalliques sous forme de longues baguettes ou de grandes lamelles, régulièrement disposées parallèlement à une même direction, dans une matrice plus ductile (principe du renforcement par fibres). Les composés à grande maille ont souvent une très grande dureté, accompagnée d'une fragilité très marquée ; ils sont souvent utilisés sous forme de pièces frittées (carbures pour outil de coupe). Des composés covalents comme InSb et GaAs sont utilisés comme semiconducteurs, d'autres (de type A3B) ont des températures critiques de supraconduction élevées : 18,05 K pour Nb3Sn et 17,9 K pour V3Si.

—  Alain LE DOUARON

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  INTERMÉTALLIQUES COMPOSÉS  » est également traité dans :

MOLYBDÈNE

  • Écrit par 
  • Fernand MARATRAY
  •  • 2 652 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Influence sur le système Fe-C »  : […] Dans les aciers riches en éléments d'alliage, le molybdène peut former des composés intermétalliques ou entrer dans leur composition : phase σ (Fe-Cr et Fe-Mo) de structure quadratique, phase ε ou μ (Fe7Mo6) de structure hexagonale, phase de Laves (Fe2Mo) de structure hexagonale, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/molybdene/#i_31440

Pour citer l’article

Alain LE DOUARON, « INTERMÉTALLIQUES COMPOSÉS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/composes-intermetalliques/