PROCÈS DE MAJESTÉ

Les premières lois et les premiers procès de majesté à la fin de la République

La première lex de maiestate daterait de 100 avant J.-C. (J.-L. Ferrary). Son auteur, le tribun populaire C. Appuleius Saturninus, la fait voter pour opposer à l'autorité toute-puissante du Sénat la majesté du peuple romain. Il désigne par là moins la cité tout entière que l'organe politique représentant les intérêts du peuple – les assemblées populaires et le tribunat de la plèbe –, par opposition à ceux qui défendent les intérêts de l'aristocratie – les autres magistratures et le Sénat. Par cette loi, les atteintes à la maiestas populi romani, c'est-à-dire les actes qui ont pour effet de « diminuer la majesté du peuple romain », deviennent un crime capital qu'un tribunal permanent (une quaestio, composée de jurés équestres) est chargé de réprimer, tranchant par là avec l'antique délit de perduellio (se conduire en ennemi de la cité), justiciable devant le peuple. Mais l'orientation populaire de la loi est rapidement contrecarrée par la chute de Saturninus. La réaction sénatoriale qui s'ensuit voit en effet se retourner l'accusation de majesté, puisque les premiers procès attestés, en 98 avant J.-C., concernent d'anciens partisans du tribun populaire. Cette orientation cosevatrice se trouve confirmée une dizaine d'années plus tard par la deuxième loi de majesté connue – lex cornelia de maiestate –, sous la dictature de Sylla. Celle-ci réunit, sous une même qualification pénale, des infractions commises soit dans l'exercice du pouvoir, soit contre le pouvoir, recouvrant ainsi la presque totalité des crimes d'État (I. Thomas). On voit donc que, dès l'origine, l'utilisation du crimen maiestatis est essentiellement politique, notamment du fait de l'imprécision du champ couvert par la notion. Si les Anciens peinent le plus souvent à en proposer une définition complète (voir la Rhétorique à Herennius et le De Oratore de Cicéron), les Modernes s'opposent quant à eux sur deux points : les liens entre le crimen maiestatis et le délit de perduellio, d'une part, et, d'autre part, l'existence d'une loi julienne de[...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  PROCÈS DE MAJESTÉ  » est également traité dans :

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Le Haut-Empire

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC, 
  • Paul PETIT
  •  • 35 200 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les Flaviens »  : […] dans l'administration. À leur petite guerre de libelles, de moqueries et de pamphlets Domitien riposta par la terreur : les procès de majesté se multiplièrent contre les sénateurs (les délateurs étant largement récompensés), que condamnaient docilement leurs pairs épouvantés. Il se fit appeler « maître et dieu ». Tacite et Pline le Jeune […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-le-haut-empire/#i_42320

Voir aussi

Pour citer l’article

Xavier LAPRAY, « PROCÈS DE MAJESTÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/proces-de-majeste/