CONSCIENCE PRISE DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le paradoxe aurait dû s'imposer depuis Freud : la prise de conscience ne rend pas conscient ce qui ne l'est pas ; elle n'admet (et ne garde) à la conscience claire que ce qui la sert sans la gêner, sans l'humilier, sans la troubler. Si quelque chose l'ennuie, elle le chasse ou s'y efforce. Si quelque chose l'offusque, l'irrite, elle ne l'affronte guère, ou elle ne l'affronte que le jour où elle est en mesure de le dominer : en attendant, elle ne l'aborde que de biais, elle le tient en retrait ou en réserve (la mémoire des offenses n'est pas la plus transparente, mais c'est la plus tenace). Si enfin quelque chose heurte la conscience ou la blesse, ou, comme on dit, la traumatise, elle réagit si vite et si intensément qu'elle ne s'en rend même pas compte : elle l'enregistre (elle opère donc bien comme conscience), mais elle le refoule, elle le comprime activement ; elle le vit comme comprimé, refoulé. Et elle préfère subir les contrecoups de ce braquage plutôt que de soutenir en face ce qui lui paraît insoutenable. Elle continue à se comporter comme conscience, puisque le refoulé fait encore partie de ses prises, puisque aussi elle applique sa règle constante qui est de distinguer parmi ses prises réelles ce qu'elle peut laisser venir, sans en être trop agitée, trop perturbée, jusqu'à la prise en considération. N'accède à cette dernière, qui est la prise de conscience psychologique, que ce qu'elle peut supporter, même sous forme déguisée, contrefaite, névrotique, de ce qui est tombé une fois sous ses prises effectives, de ce qui reste pris en elles.

Mais comment la conscience peut-elle prendre réellement sans prendre en considération (si ce n'est quand elle en a les moyens, sous des formes atténuées, détournées, triées) ? Il lui suffit de sentir et de percevoir, de requérir et de jouir, de requérir et de souffrir (déception), avec un minimum de discrimination que garantit la représentation minimale de la différenciation minimale (appétence et satisfaction, attente et frustration, mère bonne et mère mauvaise, présence et absence de l'objet). Ces expériences laissent des traces, en particulier mnésiques, et les expériences qui sont éprouvées comme bienfaisantes, comme réussies, exigent d'être renouvelées. Cependant un progrès décisif intervient à l'occasion de la première différence nommée (certains jeux parlés de présence-absence) ; avec la première opposition nommément désignée, la conscience possède virtuellement tout le système du langage et, corrélativement, tout le système du monde (l'éducation actualise progressivement ces potentialités). À partir du moment où la conscience parle, elle sédimente des représentations et des mots, et pas seulement des impressions et des représentations qui, faute de liaisons verbales, restent vagues ou incertaines. La conscience, depuis toujours, inscrit en elle tout ce qui retentit sur elle. Mais aucune sédimentation ne devient significative pour elle qu'attrapée ou rattrapée, à un moment donné, par l'éruption du langage. Pourtant la phase linguistique n'a pas que des avantages : elle déclenche et soutient une fonction de mémoire qui n'est pas de pur rappel, mais de construction et d'interprétation ; dès qu'il est possible de balbutier un ressenti antérieur, on le modifie, on l'idéalise, on le travestit. Aussi bien le psycho-neurologue Delgado enjoint-il de se méfier des souvenirs trop précoces : à ceux qui se vantent de leurs souvenirs de berceau, il demande ironiquement de remonter jusqu'à leurs souvenirs intra-utérins ; il pousse l'humour jusqu'à les prier d'évoquer leurs souvenirs spermatozoïdaux. En fait, la première prise de conscience reprend assurément tout le passé, l'inné et l'acquis, mais elle est un après-coup (qui comporte des risques, des aléas, des décalages), et elle n'est possible que du jour où le langage, les rudiments du langage commencent à prendre. La conscience liante et remémorante, la conscience qui déjà romance et commente ne se constitue que comme parlante. C'est en quoi elle ne peut être inconsciente. Son inconscience (ce qu'on appelle l'inconscient) n'est certes pas qu'une façon de parler, une expression sans portée. Mais c'est une manière qu'elle a de parler elle-même, de se parler à elle-même, et de parler plus bas qu'elle n'entend, qu'elle n'est disposée à entendre. Dans le premier âge, il est évident qu'elle n'entend pas clairement ce qu'elle entend obscurément (avec assez de clarté pour le capter et le fixer). Ensuite, elle n'entendra, de ce qu'elle aura entendu, que ce qu'elle voudra entendre parce qu'elle le pourra, à la mesure de ce qu'elle pourra (sans être submergée ou écrasée). Il y a donc bien deux niveaux de prise : une prise linguistique, qui est reprise de tout ce qu'est la conscience à un instant déterminé ; un aveu en prise sur cette prise, mais vigilant, sélectif, et même partial, timoré, erroné, car il ne laisse passer que de l'avouable ou jugé tel : son tort, s'il en a un, n'est pas de filtrer (aucune conscience ne pourrait livrer la masse de ses fantasmes, ou ne pourrait expliciter entièrement sa thématique intérieure), mais de ne pas vérifier si son filtre est bon, si son autocritique repose sur des critères raisonnables (plutôt que sur des craintes irraisonnées, héritées du long servage de l'enfance).

Ce qui complique le problème, c'est que la conscience vigile ne comprend bien que l'information logique, tandis que la conscience enfantine, la conscience onirique et aussi la conscience qui, à tout âge, parle et se parle plus bas que n'entendent l'intérêt et l'attention actuels sont capables d'énoncer et de se prononcer dans un langage qui, apparemment, n'a rien de logique (il est incohérent, sorte de bric-à-brac qui ressemble à un déchet, à un tas de rebuts). L'effort de la psychanalyse contemporaine est de montrer, au contraire, que ce langage disloqué est pourtant structuré et déchiffrable. Au reste, le point capital c'est que la conscience parle et tienne à parler, même lorsqu'elle plisse ou distribue le langage autrement que ne fait la parole surveillée. Parce que le langage est système, il peut être froissé, chiffonné, sans qu'il se désordonne ; il peut même être décomposé, recomposé de mille façons, sans que le fil distendu soit brisé : ses fragments ont encore du sens, ne serait-ce que comme les pièces d'un puzzle qui appellent leurs compléments. Ainsi se comprend la démarche du psychanalyste, qui reconstitue une totalité de sens, non dans l'abstrait, mais en recollant des morceaux. Là est la chance de la conscience inconsciente : elle ne se comprend plus, elle se comprend mal, mais elle parle et elle se parle. Elle parle le langage désuni, qui est celui de ses prises secrètes, en deçà des prises en considération qu'elle se refuse ou qu'elle ne tolère qu'à demi (c'est cette intolérance à la surface qui provoqu [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur de philosophie à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  CONSCIENCE PRISE DE  » est également traité dans :

INCONSCIENT

  • Écrit par 
  • Christian DEROUESNE, 
  • Hélène OPPENHEIM-GLUCKMAN, 
  • François ROUSTANG
  •  • 8 260 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les relations entre les deux systèmes »  : […] S'il est si difficile de parler de l'inconscient, c'est qu'il ne peut être connu que par la conscience. Or la notion d'inconscient comporte comme corollaire le refoulement, c'est-à-dire, en une première approximation, le rejet par la conscience de tout ce qui, venant de l'inconscient, pourrait la troubler. Posée en ces termes, la question est insoluble. Car comment la conscience connaîtrait-elle […] Lire la suite

NON-VIOLENCE

  • Écrit par 
  • Jacques SEMELIN
  •  • 5 880 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'affirmation du sujet résistant »  : […] Changer sa position d'esclave suppose un processus d'éducation, de « conscientisation » dirait-on en Amérique du Sud, par lequel l'esclave peut parvenir à briser sa mentalité de dominé. Autrement dit, le premier combat de l'opprimé doit être de s'affirmer en tant que personne, en tant que sujet affranchi de sa propre sujétion. Au commencement de l'action non violente est ce travail qui vise à rév […] Lire la suite

RÉALITÉ PRINCIPE DE

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 1 195 mots

Que la réalité doive constituer un « principe », telle est la conclusion nécessaire à laquelle nous conduit toute étude de la folie. Mais il s'agit moins ici d'un principe théorique établissant au sens kantien la possibilité a priori de l'intuition et de la liaison des phénomènes que d'un principe pratique, en vertu duquel le sujet se détermine à pénétrer consciemment la « réalité », mouvement dou […] Lire la suite

Les derniers événements

30 juin 2017 Allemagne. Approbation par le Bundestag du mariage entre personnes de même sexe.

prise de décision en conscience » sur le sujet. Le mariage entre personnes de même sexe constituait un des points forts du programme de campagne du SPD en vue des élections législatives prévues en septembre. L’Allemagne est le onzième pays de l’Union européenne à légaliser le mariage entre personnes de même sexe. […] Lire la suite

1er-30 janvier 2008 Israël – Autorité palestinienne. Visite du président George W. Bush et blocus israélien de Gaza

prise de contrôle du territoire par le Mouvement de la résistance islamique en juin 2007. Les forces de sécurité égyptiennes laissent faire, puis tenteront de contenir la ruée des Palestiniens. Le président égyptien Hosni Moubarak dénonce le blocus de la bande de Gaza par Israël et appelle le Hamas et le Fatah au dialogue. Le 27, à l'issue de leur  […] Lire la suite

3-10 février 1993 Vatican – Afrique. Voyage du pape Jean-Paul II au Bénin, en Ouganda et au Soudan

prise de conscience » des Africains et prône « des solutions africaines aux problèmes africains ». Le 9, Jean-Paul II annonce que le synode des évêques africains, dont il avait lancé l'idée en janvier 1989, aura lieu à Rome, à partir du 10 avril 1994. Le 10, le pape fait escale à Khartoum, au Soudan, pays dévasté par une guerre civile ethnique et religieuse […] Lire la suite

9 mars 1989 Roumanie. Condamnation de la Roumanie par la Commission des droits de l'homme de l'O.N.U.

prise de conscience – tardive, pour certains – de la communauté occidentale, il marque également l'isolement croissant du régime de Nicolae Ceauşescu au sein même des pays de l'Est, puisque l'U.R.S.S. et l'Ukraine, ainsi que la Bulgarie et l'Allemagne de l'Est, seules représentées à la Commission, se sont abstenues, et que l'initiative était coparrainée […] Lire la suite

Pour citer l’article

Henry DUMÉRY, « CONSCIENCE PRISE DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/prise-de-conscience/