PREMIÈRE OBSERVATION D'UNE LENTILLE GRAVITATIONNELLE À L'ÉCHELLE D'UNE GALAXIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Généralement, dans l’espace, trois coordonnées suffisent à définir la position géométrique d’un point, et l’on raisonne comme si le temps, unique et identique en tout point, était donné par une sorte d’horloge universelle. La relativité restreinte, formulée par Albert Einstein (1879-1955) en 1905, est venue rompre cette vision et a introduit une quatrième coordonnée, celle de temps, qui n’est plus identique en tout point. L’Univers a ainsi acquis une structure dite d’espace-temps dans laquelle ces deux paramètres – espace et temps – sont intimement liés. Entre deux points, la lumière suit un parcours dont la durée doit être minimale. En l’absence de masses de matière dans cet espace, ce parcours est rectiligne. En présence de ces masses – une galaxie par exemple –, le parcours devient courbe. Cette courbure est source d’effets optiques qui sont visibles sur certaines images astronomiques et appelés « mirages gravitationnels » ou « effets de lentilles gravitationnelles ». Un tel effet dû au Soleil a été observé en 1919, puis pour la première fois en 1979 à l’échelle des galaxies. Depuis et grâce à ces effets, l’astrophysique dispose d’un nouveau moyen pour étudier la répartition des masses dans l’Univers.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite de l'université Paris-VII-Denis-Diderot, membre de l'Académie des sciences

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre LÉNA, « PREMIÈRE OBSERVATION D'UNE LENTILLE GRAVITATIONNELLE À L'ÉCHELLE D'UNE GALAXIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/premiere-observation-d-une-lentille-gravitationnelle-a-l-echelle-d-une-galaxie/