POLARITÉ, biologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La polarité est inhérente au vivant. Elle en traduit le besoin d'ordre ou, plus exactement, elle révèle qu'il tend vers une ordonnance intrinsèque.

Elle commence au niveau moléculaire : Pasteur a montré que toute la matière vivante est construite sur le modèle moléculaire lévogyre. Autrement dit, entre les deux situations possibles, lévogyrie ou dextrogyrie, qui correspondent à deux isomères moléculaires stœchiométriquement différents (agissant donc de façon contraire sur la lumière polarisée), une option est radicalement prise par l'être vivant, et ce une fois pour toutes.

Au niveau des assemblages macromoléculaires, on assiste à la mise en place d'un second niveau de polarité : il préside à la validité biologique des fonctions exercées par ces molécules. Ainsi en est-il notamment des molécules à pôle « actif » (site conformationnel adéquat), lequel commande leur affinité avec les substrats appropriés, ou plus généralement des molécules à pôles « complémentaires », assurant ainsi la spécificité de l'interaction moléculaire et par conséquent la fonction de reconnaissance intermoléculaire.

Non moins fondamentale est la polarité séquentielle caractérisant les acides nucléiques qui dirigent l'information génétique. Une chaîne (brin) de la molécule d'ADN, ou une chaîne de l'ARNm qui en est la copie, possède une polarité. Elle est déterminée par la différence de leurs groupements fonctionnels terminaux, l'un occupant un carbone 3′ et l'autre un carbone 5′ sur les pentoses qui composent l'ossature de la chaîne. La lecture de l'information génétique est par suite obligatoirement orientée 3′ → 5′, ce qui en garantit le « sens » puisqu'elle désigne ainsi les unités sémantiques avec une fiabilité quasi linguistique, comme l'a bien démontré le décryptage du code génétique.

Au niveau cellulaire, la structuration des constituants et leur autoassemblage résult [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  POLARITÉ, biologie  » est également traité dans :

ACTINE

  • Écrit par 
  • Gérard BISERTE, 
  • Daniel TETAERT
  •  • 690 mots

L'actine est une protéine « universelle » qui a été identifiée dans le cytoplasme de nombreuses cellules eucaryotes différentes, aussi bien animales que végétales (par exemple, l'actine identifiée dans le cytoplasme de l'algue verte Nitella ). L'actine a été également mise en évidence parmi les protéines qui constituent l'enveloppe de virus ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/actine/#i_94838

ANIMAUX MODES DE REPRODUCTION DES

  • Écrit par 
  • Catherine ZILLER
  •  • 4 437 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Reproduction sexuée : origine de la lignée germinale »  : […] Chez de nombreux animaux, la ségrégation de la lignée germinale est précoce, et s'établit dès les premiers stades du développement embryonnaire. Ainsi, chez l'ascaris du cheval, l'œuf fécondé est polarisé : un pôle « animal » et un pôle « végétatif » différent morphologiquement par l'aspect des inclusions cytoplasmiques. Dès la première division de segmentation, l'une des cellules filles ou bla […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/modes-de-reproduction-des-animaux/#i_94838

BIOLOGIE - La contruction de l'organisme

  • Écrit par 
  • Françoise DIETERLEN
  •  • 2 476 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les gradients »  : […] Les gradients de substances morphogénétiques postulés depuis un siècle (on a évoqué plus haut le gradient assurant l'organisation dorso-ventrale du mésoderme) ont pu être révélés. Au cours de travaux spectaculaires qui leur ont valu le prix Nobel de médecine en 1995, Christiane Nuesslein-Volhard et ses collaborateurs ont démontré que la mise en place de l'axe antéro-postérieur de l'embryon est co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biologie-la-contruction-de-l-organisme/#i_94838

DÉVELOPPEMENT (biologie) - Le développement animal

  • Écrit par 
  • Marc-Yves FISZMAN, 
  • Thomas HEAMS, 
  • Lieba LAZARD, 
  • Andras PALDI, 
  • Alain PRIVAT, 
  • Patricia SIMPSON
  •  • 16 172 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Mise en place du plan d'organisation »  : […] Après la fécondation, l'œuf commence à se diviser en cellules plus petites. Pour initier une activité génétique différente dans les cellules ainsi formées, une asymétrie est nécessaire, telle qu'un pôle de l'œuf diffère du pôle opposé. En général, deux axes embryonnaires perpendiculaires sont mis en place. Le plan du corps, de la tête à la queue, est défini par l'axe antéro-postérieur. L'axe dors […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/developpement-biologie-le-developpement-animal/#i_94838

DÉVELOPPEMENT (biologie) - Le développement végétal

  • Écrit par 
  • Georges DUCREUX, 
  • Hervé LE GUYADER, 
  • Jean-Claude ROLAND
  •  • 19 202 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Croissance et morphogenèse cellulaires »  : […] La différenciation cellulaire s'accompagne d'une augmentation de surface souvent très importante et orientée (fig. 18a) . Le phénomène résulte d'une croissance différentielle de la paroi. Celle-ci, qualifiée à ce stade de paroi primaire, est mince ; elle est à la fois plastique, pour permettre l'extension, et résistante, pour assurer son rôle squelettique. La paroi établit au niveau de la lamelle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/developpement-biologie-le-developpement-vegetal/#i_94838

INSECTES

  • Écrit par 
  • René LAFONT, 
  • Jean-Yves TOULLEC
  •  • 12 838 mots
  •  • 35 médias

Dans le chapitre « Développement embryonnaire »  : […] L' œuf est une cellule polarisée. Lors de sa formation, certaines molécules (ARN messagers et/ou protéines) sont déposées de façon localisée ; cette distribution sera ainsi à l'origine de l'établissement d'une polarité antéro-postérieure (ARNm et protéine bicoid ) ainsi que d'une polarité dorso-ventrale (ARNm et protéine nanos ). Dans le cas de la drosop […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/insectes/#i_94838

NUCLÉIQUES ACIDES

  • Écrit par 
  • Jacques KRUH, 
  • Ethel MOUSTACCHI, 
  • Michel PRIVAT DE GARILHE, 
  • Alain SARASIN
  •  • 13 449 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Conformation et masse moléculaires de l'ADN »  : […] L' ADN isolé à partir d'une source naturelle comme le thymus de veau se présente sous forme de fibres blanches et légères, comparables à première vue à de la cellulose. Sous forme de sel de sodium, l'ADN se dissout lentement dans l'eau pour former des solutions colloïdales extrêmement visqueuses. Depuis le début de ce siècle, on sait que l'ADN contient quatre bases principales : adénine (A), cyto […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acides-nucleiques/#i_94838

MITOSE

  • Écrit par 
  • Nina FAVARD
  •  • 6 509 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Polarité des microtubules fusoriaux  »  : […] La polarité des microtubules détermine en partie leurs possibilités d'interactions et, par là même, leurs potentialités fonctionnelles (cf.  motilité ). Les microtubules ont en effet une polarité : leurs deux extrémités n'ont pas la même configuration moléculaire. Cela résulte de l'asymétrie de la molécule de tubuline, qui comporte deux sous-unités différentes, α et β. L […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mitose/#i_94838

Pour citer l’article

Didier LAVERGNE, « POLARITÉ, biologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/polarite-biologie/