CAVALIERS POÈTES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Par une distinction sociale et politique plutôt que littéraire, on nomme poètes cavaliers, au milieu du xviie siècle, les poètes profanes, antipuritains, qui ont appartenu au parti royaliste. Successeurs de Ben Jonson, ils tirent de lui des exemples de sobriété et de régularité qui préparent le classicisme ; ils continuent aussi la tradition pétrarquiste et élisabéthaine par leur goût de la musique mariée à la poésie, mais en y mêlant quelque chose de l'ingénieuse dialectique « métaphysique » qu'avait pratiquée, avec plus de contention, leur grand chef de file, John Donne (1572-1631).

C'est précisément à celui-ci que Thomas Carew (1598-1638) a consacré une admirable élégie dont l'émotion et la profondeur critique font contraste avec le libertinage de son poème A Rapture et la frivolité élégante de ses madrigaux.

Sir John Suckling (1609-1642), grand joueur et beau galant, modèle du courtisan connaisseur en musique, en peinture et en poésie, n'est pas incapable de sérieux comme le révèle son savant traité An Account of Religion by Reason, mais se complaît dans des improvisations désinvoltes (Ballad upon a Wedding), dans un cynisme qui rappelle nos « libertins » : impliqué dans un complot, il passe en France et se suicide.

Richard Lovelace (1618-1658) prouve par deux emprisonnements et une fin misérable son attachement à la cause royaliste ; son talent est fort inégal mais rehaussé d'un certain panache, ainsi dans ce poème où, partant pour la guerre, il s'en excuse ainsi auprès de sa maîtresse : « Je ne pourrais pas, chère, aimer d'amour autant si je n'aimais pas l'honneur davantage. »

John Cleveland (1613-1658), très célèbre en son temps, imitateur zélé de Donne, retient moins notre attention par ses poèmes galants et contournés que par sa vigoureuse satire, The Rebel Scot, où il attaque la nation qui vient de livrer Charles aux parlementaristes ; il annonce John Dryden.

Lord Herbert of Cherbury (1538-1648), frère de George Herbert, peut prendre place ici en raison d'un pétrarquisme raffiné et par son élégie en mémoire de Donne, mais son attitude résolument philosophique le met à part.

On pourrait leur adjoindre James Shirley (1596-1666), dramaturge considérable, plus ou moins disciple de Ben Jonson, et à la rigueur Robert Herrick (1591-1674), musicien exquis, savant manipulateur, et, tout pasteur qu'il était, d'un savoureux anacréontisme.

—  Louis BONNEROT

Écrit par :

  • : professeur honoraire à la Faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification

Autres références

«  CAVALIERS POÈTES  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 328 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « John Donne et Milton »  : […] Au début du xx e  siècle, un nom nouveau, celui de John Donne (1572-1631), s'est insinué et imposé entre Shakespeare et Milton, succession traditionnelle dans les histoires littéraires ; le profil de la littérature anglaise s'en est trouvé changé. On a même soutenu que dans cette littérature les seules forces comparables à l'influence de John Donne sont celles de Shakespeare, en permanence, et de […] Lire la suite

CAREW THOMAS (1595-1639)

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 423 mots

Fils de sir Matthew Carew, juriste éminent, qui siégea à la Haute Cour de justice ( Chancery ), ce poète « cavalier », après des études à Merton College (Oxford), voyagea sur le continent en qualité de secrétaire de sir Dudley Carleton, ambassadeur à Venise, puis à La Haye. Il servit également lord Herbert of Cherbury (1583-1648), ambassadeur en France (1619-1624), lui-même poète « métaphysique » […] Lire la suite

CLEVELAND JOHN (1613-1658)

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 422 mots

Très célèbre en son temps par ses poèmes satiriques en faveur de la cause royaliste, John Cleveland, étudiant à Christ Church (Cambridge), s'y fit remarquer par son aptitude au latin, et devint, en 1634, fellow de St. John's où il enseigna pendant quinze ans. Il y acquit la réputation d'un debater accompli. Peu après le début de la guerre civile (1642), il quitta Cambridge et rejoignit le camp d […] Lire la suite

MARVELL ANDREW (1621-1678)

  • Écrit par 
  • Robert ELLRODT
  •  • 1 416 mots

Dans le chapitre « Au service de la patrie »  : […] Andrew Marvell naquit à Winestead (Yorkshire) d'un père « facétieux et pourtant calviniste », élu prédicateur par les négociants de Hull. Dès 1633, boursier à Trinity College, qui tenait alors à Cambridge le juste milieu entre le puritanisme et le ritualisme, il entend prêcher Whichcote, théologien rationaliste et platonisant, mais son père doit l'arracher à la séduction des jésuites. Quand la gue […] Lire la suite

MÉTAPHYSIQUES POÈTES

  • Écrit par 
  • Robert ELLRODT
  •  • 3 063 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Approximations »  : […] « Vers le début du xvii e  siècle, apparut une lignée d'écrivains qu'on peut nommer les poètes métaphysiques. » Ce jugement de Samuel Johnson dans sa Vie de Cowley fit la fortune d'un terme ambigu dès l'origine, souvent contesté, mais consacré par l'usage. Le grand critique classique reprochait à Donne et à ses émules de concevoir l'esprit ou wit comme une discordia concors  : « une combinaison d' […] Lire la suite

SHIRLEY JAMES (1596-1666)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 267 mots

Après avoir enseigné, Shirley devint ministre protestant puis se convertit au catholicisme. Sa première pièce, L'École de la galanterie ( The School of Complement ), fut représentée en 1625. À la fermeture des théâtres de Londres, en 1636, il écrivit pour le théâtre de Saint Werburgh, de Dublin. De retour à Londres en 1640, Shirley obtint la charge de dramaturge de la maison du roi, au théâtre de […] Lire la suite

SUCKLING JOHN (1609-1642)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 277 mots

Poète, cavalier, dramaturge et courtisan, célèbre surtout pour ses poèmes lyriques, Suckling était gentilhomme de la chambre de Charles I er d'Angleterre et ami de Thomas Carew, de Richard Lovelace et de sir William d'Avenant. Lorsque la guerre contre l'Écosse éclata, en 1639, Suckling leva à ses frais une troupe de cavaliers et accompagna Charles I er dans sa désastreuse expédition. Les costume […] Lire la suite

Pour citer l’article

Louis BONNEROT, « CAVALIERS POÈTES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/poetes-cavaliers/