DONNE JOHN (1572-1631)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chef de file des poètes «  métaphysiques », John Donne a régné par l'esprit, ou wit, sur la poésie anglaise de l'âge baroque. Il n'a jamais sombré dans l'oubli : Pope l'apprécie, Coleridge l'admire, Browning l'imite. Mais sa fortune n'atteint un nouvel apogée qu'au xxe siècle. Yeats en sa vieillesse, T. S. Eliot en ses premières œuvres et, à sa suite, tous les jeunes poètes de l'entre-deux-guerres se réclament de son exemple. On proclame et on accentue sa modernité. Cependant, on saisit mieux encore l'originalité de Donne si on le situe dans son époque.

John Donne

John Donne

Photographie

Anonyme, «Portrait de John Donne», vers 1616. National Portrait Gallery, Londres. 

Crédits : Courtesy of the National Portrait Gallery, London

Afficher

La « conversion » de Donne

Il naît à Londres de parents catholiques. Son père, John, riche ferronnier, est d'ascendance galloise. Sa mère, Anne, est la fille de l'épigrammatiste John Heywood et la sœur d'un jésuite, Jasper, qui traduisit en anglais trois tragédies de Sénèque. Sir Thomas More est un de ses ancêtres, et son jeune frère mourra en prison pour avoir donné asile à un prêtre. L'idée du martyre l'obsédera. Pourtant, avant la fin du siècle, il s'est rallié à l'Église anglicane. Par conviction ou par opportunisme ? Les deux peut-être. Il a lu les théologiens, mais il a l'ambition de faire carrière dans les grands services de l'État. S'il s'inscrit à Thavies Inn en 1591, puis à Lincoln's Inn, c'est moins pour étudier le droit que pour « se pousser » dans le monde. Il mène la vie d'un gentilhomme élisabéthain, « assidu auprès des dames, habitué des théâtres », voyage sur le continent, prend part aux expéditions maritimes d'Essex en 1596 et 1597. À son retour, il entre au service de sir Thomas Egerton, garde des Sceaux. Bel esprit, poète déjà en renom, il voit s'ouvrir devant lui toutes les portes du succès. Il les ferme toutes – par mégarde ou par bravade ? – quand il épouse secrètement, en décembre 1601, une nièce de sir Thomas, Anne More. Destitué, il vivra plusieurs années à Mitcham, dans le désœuvrement, chargé d'enfants et d'embarras financiers. Un théologien anglican, Thomas Morton, fait appel à lui pour amener les catholiques anglais à prêter le serment d'allégeance [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  DONNE JOHN (1572-1631)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 328 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « John Donne et Milton »  : […] Au début du xx e  siècle, un nom nouveau, celui de John Donne (1572-1631), s'est insinué et imposé entre Shakespeare et Milton, succession traditionnelle dans les histoires littéraires ; le profil de la littérature anglaise s'en est trouvé changé. On a même soutenu que dans cette littérature les seules forces comparables à l'influence de John Donn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-litterature/#i_961

CAVALIERS POÈTES

  • Écrit par 
  • Louis BONNEROT
  •  • 435 mots

Par une distinction sociale et politique plutôt que littéraire, on nomme poètes cavaliers, au milieu du xvii e siècle, les poètes profanes, antipuritains, qui ont appartenu au parti royaliste. Successeurs de Ben Jonson, ils tirent de lui des exemples de sobriété et de régularité qui préparent le classicisme ; ils continuent aussi la tradition pétr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poetes-cavaliers/#i_961

HEMINGWAY ERNEST (1899-1961)

  • Écrit par 
  • Roger ASSELINEAU
  •  • 2 809 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Mort de l'individualisme et « engagement » »  : […] Après le succès de ses premiers romans et son second mariage, il s'était installé en 1928 à Key West, à l'extrême pointe de la Floride, toujours en marge des États-Unis. Il s'en éloigna même davantage quelques années plus tard en allant à Cuba où il résida (aux environs de La Havane) jusqu'en 1960. Tous ses loisirs se passaient à pratiquer sur son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernest-hemingway/#i_961

HERBERT GEORGE (1593-1633)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 591 mots

Poète religieux anglais, né le 3 avril 1593 au château de Montgomery (pays de Galles), mort le 1 er  mars 1633 à Bemerton (Wiltshire). George Herbert est le frère cadet d'Herbert de Cherbury (1583-1648), poète métaphysique séculier connu. En 1610, à l'occasion du nouvel an, George envoie deux sonnets à sa mère sur le thème de l'amour de Dieu, plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-herbert/#i_961

MARVELL ANDREW (1621-1678)

  • Écrit par 
  • Robert ELLRODT
  •  • 1 416 mots

Dans le chapitre « Puritanisme et lyrisme »  : […] Les satires de Marvell n'ont d'intérêt que pour l'histoire politique et littéraire. Ses éloges de Cromwell lancent des gerbes d'hyperboles, mais leur force oratoire se pénètre d'émotion vraie dans l'évocation vécue de la mort. Le lyrisme sobre et dense de l' Ode horatienne élève le thème politique au diapason de la plus haute poésie. Dans l'œuvre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andrew-marvell/#i_961

MÉTAPHYSIQUES POÈTES

  • Écrit par 
  • Robert ELLRODT
  •  • 3 063 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Approximations »  : […] « Vers le début du xvii e  siècle, apparut une lignée d'écrivains qu'on peut nommer les poètes métaphysiques. » Ce jugement de Samuel Johnson dans sa Vie de Cowley fit la fortune d'un terme ambigu dès l'origine, souvent contesté, mais consacré par l'usage. Le grand critique classique reprochait à Donne et à ses émules de concevoir l'esprit ou wit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poetes-metaphysiques/#i_961

POÉSIES, John Donne - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Claude-Henry du BORD
  •  • 1 054 mots
  •  • 1 média

John Donne (1572-1631) est sans doute le plus grand des « poètes métaphysiques » de l'âge élisabéthain, selon l'expression de Samuel Johnson, éminent critique du siècle des Lumières. Né de parents catholiques, l'auteur des Sonnets sacrés (1633) se rallie à l'Église anglicane en 1615, après une période de doutes. Malgré trois ans d'études à Oxford […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poesies-john-donne/#i_961

RUINES, esthétique

  • Écrit par 
  • Mario PRAZ
  •  • 2 917 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La période baroque »  : […] C'est l'art baroque qui a renouvelé le thème des ruines. L'esthétique baroque, qui substitua au principe de l'harmonie le principe du contraste (d'où jaillissait le concetto , l' agudeza , le mot d'esprit), créa aussi une nouvelle catégorie du beau, le bizarre ; et, de même que dans la poésie, on trouvait piquant de chanter les louanges de la vie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ruines-esthetique/#i_961

SATIRE

  • Écrit par 
  • Roger ZUBER
  •  • 2 689 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Indignation et correction »  : […] Depuis Juvénal, les poètes satiriques sont les zélateurs d'une Muse qui n'existait pas avant eux : l'Indignation (Hugo, Introduction des Châtiments ). La satire littéraire se nourrit donc de l'humeur de l'écrivain. Malheureusement, l'humeur n'a jamais été un principe de continuité, et comme il faut bien qu'entre les sautes de cette humeur le poème […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/satire/#i_961

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert ELLRODT, « DONNE JOHN - (1572-1631) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-donne/